Les sacrificateurs

Baal le dieu dévorateur

Selon le Grand Larousse encyclopédique, Baal désigne, dans la Bible, tous les faux dieux : dans ce sens, le culte de Baal est idolâtrique. Les Romains assimilèrent Baal à Saturne en raison de sa cruauté. Une image de ce dieu est connue sous l’appellation de Baal-Moloch, Moloch étant, dans la tradition biblique, le nom du dieu auquel les Ammonites sacrifiaient leurs enfants premiers-nés en les jetant dans un brasier. Le dieu dévorateur de Carthage apparaît dans un très grand nombre de bandes dessinées, comme par exemple (illustration ci-dessous) dans Les voyages d’Alix de Jacques Martin.

Les voyages dAlix

Bâle III : le Baal de l’économie réelle ?

Le dispositif réglementaire appelé « Bâle III » va-t-il devenir le dieu dévorateur de l’économie réelle auquel l’on sacrifie les premiers-nés des entreprises, c’est-à-dire les start-up de l’économie ?

Considérons en effet la réforme de la réglementation de Bâle sur le risque de crédit pour améliorer la solvabilité des établissements bancaires. Une disposition centrale de l’accord de Bâle est un indicateur appelé le ratio de fonds propres relatifs aux risques de crédit. La diffusion massive des normes de Bâle fait de cet indicateur un instrument réglementaire majeur à l’échelle du système financier international. La forme de ce ratio est déterminée par les modèles mathématiques de la théorie financière, qui fixent les modalités de quantification du risque de crédit. Si le premier accord de Bâle, nommé « Bâle I » répondait à des négociations entre États pour l’attribution des pondérations des encours par le risque, et relevait de critères institutionnels (appartenance ou non à l’OCDE) pour les États et les banques, le deuxième accord de Bâle, nommé « Bâle II », fait prévaloir un critère financier unique pour toutes les catégories, qui repose sur la notation des crédits par les trois agences de notation qui constituent un oligopole international. Le troisième accord de Bâle, ou « Bâle III », issue de la crise financière, durcit l’accord de Bâle II sans changer les principes de la quantification. Les conventions sociopolitiques de quantification des risques de crédit restent les mêmes. Avec ce changement de rationalité, les États ont délégué une partie de leur souveraineté à des acteurs financiers privés. De plus, cette expertise repose sur la théorie financière américaine des années 1970, de sorte que l’accord de Bâle II marque une rupture dans la gouvernance des risques bancaires à l’échelle mondiale : avec l’utilisation de la théorie financière, les critères de justice ont changé.

L’analyse des instruments de l’action publique de Bâle II met en lumière que ces instruments sont porteurs d’une rationalité qui leur est propre, issue des représentations de la théorie financière dominante, principalement celles contenues dans les équations de Black-Scholes-Merton de 1973. L’application de cette théorie au domaine bancaire par les régulateurs fait apparaître l’extraordinaire effort de construction politique qui illustre la conversion des régulateurs à la représentation dominante des risques en finance. Les compromis sociopolitiques sont évacués pour doter la méthode de Bâle II d’une apparente rigueur et neutralité scientifique construite sur cette représentation. Cette représentation a été analysée au moyen de la métaphore durkheimienne du « virus brownien » (Walter, 2009, 2013), c’est-à-dire une représentation du risque en économie et en finance qui évacue le rôle de l’homme dans la prise de décision prudentielle. Avec le virus brownien, la démarche prudentielle est automatisée par des calculs qui sont fondés sur l’hypothèse d’une continuité des activités économiques et financières (pas de crise, de ruptures, d’accidents etc.). Le virus brownien a pour effet de fragiliser considérablement les institutions qui utilisent cette représentation. Le dispositif de Bâle III, par la puissance de sa diffusion internationale, est un outil très efficace d’incitation à l’utilisation de la théorie financière dominante, et fait apparaître un volontarisme politique en faveur des modèles mathématiques de la théorie financière américaine. La réforme des outils de Bâle I à Bâle II puis Bâle III contribue ainsi à la financiarisation massive de l’économie.

Les structures pathogènes du système économique

Du point de vue de l’éthique économique et financière, il est intéressant de lire dans cette perspective les travaux des sociologues de la gestion. Dans un chapitre de l’ouvrage d’Eve Chiapello et Patrick Gilbert, Sociologie des outils de gestion. Introduction à l’analyse sociale de l’instrumentation de gestion (La Découverte, 2013), Céline Baud analyse la manière dont l’extension du capitalisme financier passe par les instruments de gestion et les dispositifs de réglementation internationale. La réforme de la réglementation de Bâle sur les risques de crédit est étudiée dans le but de faire apparaître la manière dont les représentations de la théorie financière dominante sont légitimées par les régulateurs.

 

Baal_thunderbolt_Louvre_AO15775

Parution : Le modèle de marche au hasard en finance, de Christian Walter (Economica, juin 2013)

Le modèle de marche au hasard en finance  Christian Walter | Economica 2013

Colonne vertébrale de la modélisation des variations boursières, le modèle de marche au hasard a connu différentes formes mathématiques au cours de son histoire mouvementée. Cet ouvrage présente de façon systématique ce modèle, depuis son intuition au milieu du xixe siècle jusqu’à ses transformations les plus récentes. Il décrit les origines de l’idée de la marche au hasard en finance, la validation statistique puis la domination intellectuelle de ce modèle dans les pratiques professionnelles et dresse un panorama des controverses scientifiques qui l’accompagnent sans cesse depuis sa naissance.

Plusieurs aspects spécifiques sont abordés : l’interaction entre le modèle de marche au hasard et l’hypothèse d’efficience d’un marché, la relation entre la loi normale et la gestion moderne de portefeuille, l’influence de la représentation brownienne sur la notion de couverture parfaite des options, le changement de référentiel temporel avec l’introduction du temps boursier intrinsèque. La persistance de ce modèle, alors que de nombreux problèmes subsistent, est analysée dans le cadre des débats contemporains autour des techno-sciences.

À la fois synthèse scientifique et mise en perspective historique, ce livre s’adresse à tous ceux dont l’activité professionnelle les amène à travailler sur le modèle de marche au hasard ou à réfléchir sur son usage : chercheurs universitaires, ingénieurs financiers, actuaires, étudiants. La perspective historique adoptée en fait aussi un ouvrage de référence pour les historiens des sciences et les chercheurs en sciences sociales. Enfin, il s’adresse à tous ceux qui s’interrogent sur l’impact sociétal des modèles mathématiques de la finance.

Sommaire

Préface
Contexte et actualité
Avant-propos
Remerciements
Introduction

Chapitre 1 – La construction des représentations boursières

1. Les représentations boursières
2. La fabrication d’une représentations boursières
3. La fabrication de la représentations brownienne

Chapitre 2 – Les origines du modèle de marche au hasard

1. Jules Regnault et la morale
2. Louis Bachelier et les probabilités
3. Alfred Cowles et l’économétrie

Chapitre 3 – La validation du modèle de marche au hasard

1. Alfred Cowles et l’inertie du marché
2. Holbrook Working et l’analyse technique
3. La marche au hasard dans les années 1950
4. Vers l’idée d’efficacité informationnelle

Chapitre 4 – Loi normale et gestion des portefeuilles

1. Diversification et théorie des erreurs
2. Indexation et théorie des moyennes
3. Multigestion et théorie des types

Chapitre 5 – Efficacité informationnelle et martingales

1. L’hypothèse d’efficacité informationnelle d’un marché
2. La crise de l’hypothèse d’efficacité informationnelle
3. Le maintien de l’hypothèse d’efficacité informationnelle

Chapitre 6 – L’apogée du modèle de marche au hasard

1. Le Graal des actuaires anglais
2. La pierre philosophale des financiers américains

Chapitre 7 – La crise du modèle de marche au hasard

1. Le syndrome non brownien
2. Le phénomène leptokurtique
3. L’histoire de la représentation stable
4. La mémoire des marchés
5. La représentation fractale

Chapitre 8 – La renaissance du modèle de marche au hasard

1. Marches au hasard générales
2. Marches au hasard laplaciennes
3. Marches au hasard en temps boursier

Conclusion
Annexes
Bibliographie
Index

Le second chapitre, “Les origines du modèle de marche au hasard”, est disponible en libre accès sur HALSHS, sous la forme d’un working paper de la Fondation maison des sciences de l’homme.

Pour en savoir plus et/ou commander l’ouvrage sur le site de l’éditeur

Christian Walter | Paris, Economica, juin 2013, 436 p.

Collection Assurance Audit Actuariat

ISBN : 978-2-7178-6070-2

Working paper : Les origines du modèle de marche au hasard en finance

La Bourse de Paris en 1827

Working paper de Christian Walter, responsable du programme Histoire et épistémologie de la finance de la FMSH, Les origines du modèle de marche au hasard en finance, FMSH-WP-2013-33, juin 2013.

Pour télécharger ce document sur HALSHS

Résumé

Le modèle de marche au hasard en finance peut être considéré comme issu de la convergence de trois préoccupations distinctes : une préoccupation morale avec Jules Regnault (1834-1894), une préoccupation scientifique avec Louis Bachelier (1870-1946), et une préoccupation financière avec Alfred Cowles (1891-1984). Ces trois préoccupations relèvent de trois questions distinctes. La morale de la bourse chez Regnault, la science de la bourse chez Bachelier et la pratique de la bourse chez Cowles. Trois critères répondent à ces trois questions: un critère de démarcation éthique chez Regnault, un critère de scientificité chez Bachelier, un critère d’efficacité professionnelle chez Cowles.

Mots-clefs

bourse, marche aléatoire, martingale, prévisibilité, spéculation, efficience des marchés, hasard

The origins of the random walk model in financial theory

Abstract

Three main concerns pave the way for the birth of the random walk model in financial theory: an ethical issue with Jules Regnault (1834-1894), a scientific issue with Louis Bachelier (1870-1946) and a pratical issue with Alfred Cowles (1891-1984). Three topics arise with these concerns: the morality of stock market (Regnault), the scientificity of stock market (Bachelier), the practicality of stock market (Cowles). Three demarcation criteria follow these argumentations: an ethical criterion (Regnault), a scientificity criterion (Bachelier), an efficiency criterion (Cowles). The random walk model in finance seems fulfil these goals: to separate the good from the bad speculation, to put the Government bonds variations inside mathematical model, to distinguish between skill and luck of professional fund managers.

Keywords

random walk theory, martingale, stock market predictability, speculation, efficient markets hypothesis

Sommaire

Jules Regnault et la morale

Un critère de démarcation éthique
La loi en racine carrée du temps

Louis Bachelier et les probabilités

Une thèse de finance mathématique
L’abandon de la prévisibilité
De la prévisibilité à la variabilité

Alfred Cowles et l’économétrie

La mesure de la prévisibilité
L’échec de la prévisibilité
L’apport de l’article de 1933

Références

Pour télécharger ce document sur HALSHS

Ethique de la régulation financière : les marchés font-ils la loi ?

En prolongement de la journée d’étude du 5 décembre 2012 “Ethique de la régulation financière : La directive MIF et la théorie de l’efficience des marchés financiers”, l’Institut d’administration des entreprises (IAE) et le Centre de recherche Philosophies contemporaines (PhiCo, EA 3562) de l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, en collaboration avec la Chaire Ethique et finance de l’Institut Catholique de Paris (ICP) et la Fondation Maison des sciences de l’homme (FMSH) organisent une conférence débat le lundi 27 mai 2013, de 18h à 20h sur le thème “Les marchés font-ils la loi ?”

Lieu : IAE, 21 rue Broca, 75005 Paris. Salle du Conseil au 7ème étage. Entrée libre dans la limite des places disponibles. : inscription obligatoire à l’adresse masterfin.iae@univ-paris1.fr

PROGRAMME

Accueil : 18h

Hélène Rainelli, professeur de finance, IAE, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Christian Walter, professeur associé, IAE et PhiCo, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Table ronde (18h30 – 20h).

Pierre de Lauzun, Délégué général de l’Association française des marchés financiers (AMAFI)

Philippe Tibi, Président de l’Association française des marchés financiers (AMAFI)

Emmanuel Picavet, Professeur de philosophie, PhiCo Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

 

Pour en savoir plus :

L’ouvrage de Pierre de Lauzun et Philippe Tibi : Les marchés font-ils la loi ?, Eyrolles, Revue Banque, 2012.

L’ouvrage de Jean de Maillard, Le marché fait sa loi, Éditions Mille et une nuits, 2001.

L’ouvrage d’Emmanuel Picavet, La revendication des droits. Une étude de l’équilibre des raisons dans le libéralisme, Classiques Garnier, 2011.

Ethique de la régulation financière : la directive MIF en question

Journée d’étude “Ethique de la régulation financière : La directive MIF et la théorie de l’efficience des marchés financiers” organisée par la Chaire Ethique et finance de l’Institut Catholique de Paris (ICP), l’Institut d’administration des entreprises (IAE), le Centre de recherche Philosophies contemporaines (EA 3562) de l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, et la Fondation Maison des sciences de l’homme (FMSH) le mercredi 5 décembre 2012, 9h30 – 16h.

Lieu : IAE, 21 rue Broca, 75005 Paris. Salle du Conseil au 7ème étage. Entrée libre dans la limite des places disponibles.

PROBLÉMATIQUE

La directive européenne sur les marchés d’instruments financiers, ou MIFID (MIF en langue française) régit les services d’investissement dans le domaine des instruments financiers ainsi que le fonctionnement des bourses traditionnelles et des plateformes de négociation. L’objectif de la directive MIF est de promouvoir de nouvelles règles pour rendre les marchés financiers européens « plus efficients, plus résilients et plus transparents » (communiqué de presse réf. IP/11/1219 du 20/10/2011). Le but du colloque est de mettre en débat cette directive depuis la théorie des marchés efficients qui la sous-tend. Il s’agira d’étudier la normativité de la MIF et la performativité de la théorie financière qui la sous-tend.

Nous visons un double objectif. D’abord, à l’heure où le destin de la construction européenne et de la puissance publique dans les Etats européens semble plus que jamais lié au fonctionnement de l’économie financiarisée (et en partie globalisée) qui sous-tend l’activité des hommes et des femmes, il importe de comprendre dans quel processus s’inscrit la deuxième directive MIF, qui doit s’appliquer à partir du début de 2013. Est-ce un processus dans lequel les erreurs du passé et les problèmes rencontrés trouvent des solutions, ou sont mis en perspective d’une manière nouvelle ? Pour le savoir, il sera nécessaire de situer la nouvelle directive par rapport au fonctionnement des marchés (pratiques habituelles, formes de l’organisation, problèmes rencontrés, critiques). Il sera nécessaire également de chercher à comprendre son référentiel éthique, prudentiel et politique, s’agissant en particulier des notions de transparence, d’efficacité, de sécurité.

Un second objectif, important pour nous, est de progresser dans la compréhension des rapports entre théories, croyances et pratiques. Deux écoles de pensée se sont opposées dans l’élaboration de la directive MIF : promouvoir la plus grande liberté possible pour les intermédiaires financiers, ou bien chercher à assurer la qualité de la formation des prix pour que les négociations aient lieu sur des plateformes adéquates. Mais dans les deux cas, il s’est agi d’organiser les marchés dans le sens d’un rapprochement encore plus étroit avec la notion théorique d’efficience. Il est admis que cette proximité avec la théorie permet aux marchés d’être au service de l’économie réelle. L’objectif du régulateur est de concrétiser une notion abstraite à travers un ensemble de normes financières réglementaires. Un des enjeux de ce colloque sera d’étudier comment une représentation scientifique se diffuse auprès des acteurs professionnels et d’analyser quelles en sont les conséquences pour les marchés financiers. Rares sont les domaines où la décision humaine est à ce point guidée par des indicateurs, des méthodes et des logiciels qui portent la marque de théories spécifiques. Par là, ces théories acquièrent une forme de performativité : ce qu’elles décrivent du réel se trouvent affecté par les relais qu’elles trouvent dans les prévisions et les formes de compréhension que développent les agents qui s’appuient sur elles.

A cet égard, il importe particulièrement d’interroger la doctrine contemporaine de l’efficience des marchés et d’interroger son influence sur la manière dont on conçoit l’organisation et la régulation des marchés financiers. La deuxième directive MIF constitue à cet égard un point de référence important, propre à susciter des questions de fond sur la manière dont l’action collective et l’initiative publique dépendent de nos représentations théoriques au sujet du monde social, de la nature du hasard et du risque, du degré d’autonomie de la sphère des transactions économiques. Une réflexion plus large se trouvera dès lors engagée, à propos du rôle des théories dans la légitimation de la réglementation que met en place la puissance publique.

PROGRAMME

Accueil : 9h

Première session  (9h30 – 11h). La MIF en question

H. Rainelli (IAE) : Quelles sont les questions posées par MIF1 ? Les réponses de MIF2 sont-elles adéquates ?

C. Walter : L’efficacité informationnelle des marchés : une convention stochastique ?

Deuxième session (11h30 – 13h). Modèles de l’action politique

Y. Dosquet (Ecole doctorale EHESS) : La gouvernementalité de la nouvelle économie classique

A. Félix (Clifford Chance) : MIF2 : un régime de transparence renouvelé ?

Th. Boccon-Gibod (SOPHIAPOL, université Paris Ouest Nanterre): L’inscription sociale de la régulation

13h-14 h : déjeuner sur place

Troisième session (14h00 – 15h30). Modèles de fonctionnement de marché

O. Brandouy (IAE) : Type d’exécution des ordres et efficacité d’un marché dans le sens de l’équité

C. Gresse (DRM Dauphine) : Directive MIF et liquidité des marchés d’actions, une étude empirique

E. Brian (EHESS) : Cadre temporel et morphologie de l’incertitude, un exemple sur deux siècles

Conclusion (15h45 – 16h).

Les mathématiques financières en débat

Conférence débat “Ethique et mathématiques financières” organisée par la Chaire Ethique et finance de l’Institut Catholique de Paris (ICP) et la Fondation Maison des sciences de l’homme (FMSH) le mercredi 14 novembre 2012, 14h30 – 18h.

Lieu: Institut Catholique de Paris (21 rue d’Assas – 75006 Paris), salle B 20, 2ème étage du bâtiment B, entrée libre.

OBJECTIF

L’objectif de cette table ronde est de mettre en débat la question des mathématiques financières sous la double problématique épistémologique et éthique.

Cette conférence débat s’adresse à toute personne désireuse de réfléchir à la question des mathématiques financières et de leur impact social, spécialistes ou non spécialistes, chercheurs engagés dans différents champs disciplinaires. Il s’agit d’aborder la question des mathématiques financières, pour y insérer au bon endroit une problématique éthique qui dépasse les seules considérations déontologiques.

 

PROGRAMME

–  Jean-Philippe Bouchaud, Fondateur et président de Capital Fund Management, professeur à l’Ecole polytechnique, “Modélisations toxiques en économie et en finance: pourquoi les théories alternatives peinent à s’imposer”

–  Paul Jorion, titulaire de la Chaire Stewardship of Finance de la Vrije Universiteit Brussel

–  Sylvain Piron, maître de conférences à l’Ecole des hautes études en sciences sociales (EHESS), “Le risque et sa valeur selon les scolastiques”.

–  Christian Walter, professeur associé à l’IAE de l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, directeur de la chaire Ethique et finance de l’Institut Catholique de Paris, “Ethique et finance : le tournant performatif”

 

PROBLÉMATIQUE

 1) 2008-2009 : les mathématiques financières en accusation

Il s’agit, dans ce colloque, de partir d’une constatation : dès le début de la crise financière, les modèles mathématiques de la finance ont été mis en cause. Parallèlement à cette accusation, les défenseurs des mathématiques financières n’ont cessé de répéter que les modèles n’étaient qu’un outil, un simple moyen d’intervention sur les marchés, et qu’ils ne pouvaient en aucun cas représenter une cause de cette crise. C’était seulement leur mauvais usage qui avait été la cause de la débâcle, et non la conception des modèles eux-mêmes. Les défenseurs des mathématiques financières disent : les modèles sont axiologiquement neutres. La neutralité axiologique des modèles en fait des serviteurs loyaux des intentions des acteurs : si celles-ci sont bonnes, tout ira bien dans le meilleur des mondes financiers possibles. Si celles-ci sont mauvaises, personne n’y peut rien et en tous cas pas leurs concepteurs. D’où la multiplication des codes de déontologie, dont il est remarquable de constater qu’ils n’ont aucun effet sur les modèles eux-mêmes.

2) 2010-2011 : une ligne de défense dangereuse qui utilise une épistémologie positiviste

L’un des objectifs du colloque est de mettre en question l’épistémologie de cette ligne de défense, en faisant apparaître qu’elle est non seulement fausse dans ses présupposés fondamentaux, mais de plus dangereuse, y compris pour ceux-là mêmes qui, par cette position intellectuelle, espéreraient sauver la pratique mathématique en finance. Elle est fausse car elle s’appuie sur une conception inexacte et dépassée du rapport entre modèle et monde concret. Elle est dangereuse car elle conduit à reporter sur les seuls usagers la garantie de fiabilité finale du système. Dire qu’un modèle mathématique en finance serait éthiquement neutre et que seul son mauvais usage serait à l’origine des problèmes rencontrés relève d’un positivisme datant la fin du XIXe siècle, une épistémologie dont on connaît aujourd’hui les limites. Cette ligne de défense des mathématiques financières ignore les travaux de recherche de la sociologie des sciences contemporaine, qui mettent en avant l’importance des dispositifs sociotechniques dans les représentations du monde et l’interaction entre hommes et outils. L’un des buts du colloque sera de s’interroger sur la question suivante : la réduction de l’éthique à la déontologie n’est-elle pas le corollaire de la réduction de la science au scientisme. Peut-on mettre en évidence un lien entre positivisme en mathématiques financières et déontologisme en éthique financière ?

3) 2012 : proposer une nouvelle épistémologie pour penser le rôle des mathématiques financières

Il s’agira alors de proposer une lecture différente de la relation entre mathématiques financières et pratiques professionnelles, qui prenne acte des apports de la sociologie des sciences contemporaine (Callon, Latour, Pestre). Les travaux récents des « science studies » appliqués à la finance (McKenzie, Muniesa) ont montré que les modèles mathématiques ne décrivent pas la finance professionnelle, mais la créent. Les outils scientifiques créent de nouvelles pratiques professionnelles, transformant la finance en filière scientifique et industrielle du risque (Armatte), une ingénierie dans le sens de la construction sociale des pratiques professionnelles par les mathématiques de la finance. Par exemple, le risque de crédit n’est pas modélisé par des mathématiques financières, il est – au sens propre – modelé par elles. Ce pouvoir démiurgique des mathématiques financières, leur mise en forme du monde, est une capacité que la sociologie des sciences appelle « performativité ». Un aspect très important de cette performativité est qu’elle n’est pas seulement technique, mais aussi cognitive : les mathématiques financières agissent aussi dans la doctrine des réglementations internationales, comme Bâle 3 pour les banques ou Solvabilité 2 pour les compagnies d’assurance, mises aux normes par une probabilisation de l’incertitude qui fait croire à l’absence de risque.

4) 2013 : l’éthique de la finance et les mathématiques financières

Il s’agira aussi de pousser la réflexion en direction de l’éthique financière, et d’examiner si c’est à cause de ce vide épistémologique que la finance professionnelle reste impénétrable au discours éthique. L’un des obstacles vient de la barrière technique créée par les mathématiques financières, le « coût d’entrée » de la discipline (Bourdieu). On se demandera alors quelles sont les conséquences de ce coût d’entrée : si ceux qui formulent des principes éthiques pour des agents moraux rationnels sont incapables de saisir les enjeux anthropologiques et sociaux des modélisations des mathématiques financières, leurs préconisations ne sont-elles pas vouées à rester inadaptées à leur objet ? Sans préjuger de la réponse, il serait profitable de poser la question suivante : chaque discours qui porte à vide ne témoigne-t-il pas de l’échec des élaborations éthiques tentées sans prendre en compte les contenus scientifiques des outillages techniques et mentaux des professionnels ? Ce qui plaide en faveur d’une déconstruction épistémologique des mathématiques financières, épistémologie dont la place se situerait au barycentre du triangle finance – science – éthique. Ce barycentre devenant un point d’Archimède permettant l’instauration de forums hybrides (Callon) qui ouvriraient les mathématiques financières au débat public d’une manière renouvelée.

 

BIBLIOGRAPHIE INDICATIVE

Armatte M., 2010, La science économique comme ingénierie. Quantification et modélisation, Presses des Mines, « Collection Sciences sociales ».

Bouchaud J.-P., “Economics needs a scientific revolution”, Nature 455, 1181 (30 octobre 2008)

Bouleau N., 1998, Martingales et marchés financiers, Odile Jacob.

Bourdieu P., 2000, Les structures sociales de l’économie, Seuil, collection Liber.

El Karoui N., 2009, « Un moment de l’expérience probabiliste », Prisme, 17.

MacKenzie D., 2006, An Engine, Not a Camera. How Financial Models Shape Markets, MIT Press.

MacKenzie D., Muniesa F., Siu L. (eds.), 2008, Do Economists Make Markets? On the Performativity of Economics,PrincetonUniversity Press.

Piron S., 2012 Pierre de Jean Olivi, Traité des contrats, présentation, édition critique, traduction et commentaires, Les Belles-Lettres.

Walter C., 2008, « Finance, maths et humanités », Le Monde, « Débats », 19 septembre, p. 19.

Walter C., 2012, « Le pouvoir démiurgique des mathématiques financières », Libération, 22 mai, p. 20.

Walter C., Pracontal, M. de, 2009, Le virus B. Crise financière et mathématiques, Seuil.

 

La martingalisation généralisée des marchés financiers

“La martingalisation des marchés et le rôle des modèles”, intervention de Christian Walter à l’occasion du forum des auteurs organisé le 18 juin 2012 par Revue Banque , en partenariat avec l’Association des marchés financiers (AMAFI), Sciences Po Paris et Thomson Reuters Transactive, autour de la parution du supplément “Face aux marchés, les États sont-ils encore souverains ?”. Le texte de l’article est disponible en ligne ici.

Voir la vidéo de la conférence ici.

Quelques lectures complémentaires :

« Les martingales sur les marchés financiers. Une convention stochastique ? », un article de Christian Walter dans la Revue de synthèse, 127, 5ème S, n°2, p. 379-91, disponible en ligne ici.

« IAS 39 et la martingalisation des marchés financiers », dans Nouvelles normes financières. S’organiser face à la crise. Paris, Springer, 2010, p. 97–123.  un aperçu sur Google Books ici.

« The Splendors and Miseries of Martingales », un article de Laurent Mazliak et Glenn Shafer dans Electronic Journal for History of Probability and Statistics, vol. 5, n°1, juin 2009, disponible en ligne ici.

« Histoire de martingales », un article de Roger Mansuy dans Mathématiques et sciences humaines [En ligne], 169 | Printemps 2005, mis en ligne le 28 mars 2006, disponible ici.

Le pouvoir démiurgique des mathématiques financières

Tribune parue dans Liberation, 21 mai 2012, en ligne.

Par Christian Walter, Directeur de la chaire Éthique et finance de l’Institut catholique de Paris, professeur associé à l’IAE de l’université Paris-I-Panthéon-Sorbonne, responsable du programme Histoire et épistémologie de la finance à la Fondation Maison des sciences de l’homme.

Dès le début de la crise financière, les modèles mathématiques de la finance ont été mis en cause. Mais, parallèlement, les défenseurs des mathématiques financières n’ont pas cessé de répéter que les modèles n’étaient qu’un outil, un simple moyen d’intervention sur les marchés, et qu’ils ne pouvaient en aucun cas représenter une cause de cette crise. C’était seulement leur mauvais usage qui avait été la cause de la débâcle, et non la conception des modèles eux-mêmes : les modèles étaient éthiquement neutres. Cette ligne de défense est celle suivie – par exemple – par une agence de notation comme Moody’s, qui avait incroyablement sous-évalué les risques de non-remboursement des crédits hypothécaires douteux auxquels étaient attribuées des notes trop élevées et donc trompeuses (l’histoire se répète avec les erreurs de notes des dettes souveraines à la suite de la crise grecque). La neutralité éthique des modèles en fait des serviteurs loyaux des intentions des acteurs : si celles-ci sont bonnes, tout ira bien dans le meilleur des mondes financiers possibles. Si celles-ci sont mauvaises, personne n’y peut rien et en tout cas pas les concepteurs des modèles.

Cette ligne de défense est non seulement totalement fausse dans ses présupposés fondamentaux, mais de plus extrêmement dangereuse, y compris pour ceux-là mêmes qui, par cette position intellectuelle, espéreraient sauver la pratique mathématique en finance.

Elle est fausse car elle s’appuie sur une conception inexacte et dépassée du rapport entre modèle et monde concret. Elle est dangereuse car elle conduit à reporter sur les seuls usagers la garantie de fiabilité finale du système. Dire qu’un modèle mathématique en finance serait éthiquement neutre et que seul son mauvais usage serait à l’origine des problèmes rencontrés relève d’un positivisme datant de la fin du XIXe siècle, une épistémologie complètement caduque aujourd’hui. Elle ignore tous les travaux de recherche de la sociologie des sciences contemporaine, qui mettent en avant l’importance des dispositifs sociotechniques dans les représentations du monde et l’interaction entre hommes et outils. La conséquence du positivisme en mathématiques financières est le déontologisme en éthique financière. D’où la multiplication des codes de déontologie, qui n’ont d’ailleurs aucun effet sur les modèles eux-mêmes.

En réalité, les modèles mathématiques ne décrivent pas la finance professionnelle, ils la créent. Par exemple, le risque de crédit n’est pas modélisé par des mathématiques financières, il est – au sens propre – modelé par elles. De nouveaux outils scientifiques créent de nouvelles pratiques professionnelles, et on assiste depuis les années 80 à une dérive créative des mathématiques en finance. C’est le pouvoir démiurgique des mathématiques financières, leur mise en forme du monde, capacité que la sociologie des sciences appelle «performativité». Un aspect très important de cette performativité est qu’elle n’est pas seulement technique, mais aussi cognitive : les mathématiques financières agissent aussi dans la doctrine des réglementations internationales, comme Bâle 3 pour les banques ou Solvabilité 2 pour les compagnies d’assurance, drastiquement mises aux normes par une conception dangereuse de la probabilisation de l’incertitude qui fait croire à l’absence de risque.

Le film Inside Job (2010) de Charles Ferguson a fait apparaître l’absence totale d’humilité des économistes universitaires américains devant la faillite de leurs modèles. Ils seraient aujourd’hui bien inspirés de suivre un magnifique exemple d’intégrité scientifique donné par les physiciens en 1986. Cette année-là, le président de l’Union internationale de mécanique pure et appliquée, James Lighthill, fit cette déclaration extraordinaire : «Ici, il me faut m’arrêter et parler au nom de la grande fraternité des praticiens de la mécanique. Nous sommes très conscients, aujourd’hui, de ce que l’enthousiasme que nourrissaient nos prédécesseurs pour la réussite merveilleuse de la mécanique newtonienne les a menés à des généralisations dans le domaine de la prévisibilité […] que nous savons désormais fausses. Nous voulons collectivement présenter nos excuses pour avoir induit en erreur le public cultivé en répandant, à propos du déterminisme des systèmes qui satisfont aux lois newtoniennes du mouvement, des idées qui se sont, après 1960, révélées incorrectes.»

Au vu de la crise financière de 2008 et de ce qui s’en est suivi, on apprécierait que les concepteurs américains des grands modèles de la finance à l’origine des catastrophes financières s’inspirent de cette déclaration pour exprimer leurs regrets d’avoir maintenu une conception fausse sur l’incertitude du phénomène financier, et donc sur le risque que la finance faisait porter à la collectivité.

Rêvons un peu et imaginons qu’un tel discours soit tenu par le président de l’Association américaine de finance. On aimerait entendre quelque chose comme : «Ici, il me faut m’arrêter et parler au nom de la grande fraternité des universitaires de la finance. Nous sommes très conscients, aujourd’hui, de ce que l’enthousiasme que nourrissaient nos prédécesseurs pour la réussite merveilleuse de la représentation brownienne du risque les a menés à des généralisations dans le domaine de la prévisibilité et du contrôle des risques […], que nous savons désormais fausses. Nous voulons collectivement présenter nos excuses pour avoir induit en erreur le monde professionnel et le public cultivé en répandant, à propos du risque financier qui satisfait aux représentations browniennes du hasard, des idées qui se sont, depuis 2007, révélées incorrectes».

Les mathématiques financières font partie du risque systémique. Il est grand temps d’aller voir quelles sont les hypothèses sur le hasard qui y sont logées car ces hypothèses définissent ce risque dont la société civile subit les conséquences, pour son plus grand malheur.

Dernier ouvrage paru : Le Virus B. Crise financière et mathématiques, avec Michel de Pracontal, Seuil, 2009.

Tribune parue dans Liberation, 21 mai 2012, en ligne.

 

Parution : Risques financiers extrêmes et allocation d’actifs

Olivier Le Courtois et Christian Walter

Préface de Yacine Aït-Sahalia

Paris, Economica, Collection Finance, 20 mars 2012

ISBN 978-2-7178-6083-2

La théorie financière moderne est fondée sur un principe de philosophie naturelle postulant que, dans la nature, les choses changent graduellement. C’est le principe de continuité, qui trouve son origine chez Leibniz et Newton, fut imposé par Marshall en économie et donna ses lettres de noblesse à la finance mathématique avec les travaux de Black et Scholes. Les crises à répétition ont invalidé ce principe : au lieu de la continuité, c’est plutôt la discontinuité à toutes les échelles qui caractérise les trajectoires boursières. Mais le principe de continuité, abandonné en physique et en génétique, a été conservé en économie financière. L’une des conséquences de ce paradigme est de séparer les périodes de marchés calmes des accidents financiers.

Cet ouvrage, à l’instar de la démarche suivie dans les sciences physiques, propose d’abandonner ce choix de la continuité et de prendre en compte les discontinuités en modélisant explicitement les sauts dans les dynamiques boursières au moyen de processus de Lévy. En incluant les sauts au cœur des modèles probabilistes, il est possible de revisiter le contrôle des risques et la gestion des portefeuilles. Les risques financiers extrêmes sont ainsi traités à partir de la modélisation discontinue des petites variations boursières. De nombreux exemples concrets, empruntés à ces approches mises en place au sein du groupe d’assurance SMABTP, en illustrent l’intérêt opérationnel.

« Il faut sortir de l’illusion qu’on peut tout calculer, contrôler et prévoir » – Entretien avec Christian Walter

Entretien publié dans Le Monde de l’économie, daté du 7 février 2012, p. 5.

Christian Walter, professeur associé à l’IAE Paris, directeur de la chaire éthique et finance de l’ICP, responsable du programme Histoire et épistémologie de la finance à la FMSH.

La Banque centrale européenne (BCE) prête massivement et à bas coûts aux banques pour qu’elles absorbent les titres d’Etat et, en même temps, les craintes sur les bilans bancaires sont fortes. Que pensez-vous de cette façon de calmer la crise de la dette ?

Des mesures sont prises pour sortir de la situation actuelle du moins mal que l’on peut. Il est difficile d’agir autrement. Dans le but de limiter les risques, cependant, la surenchère des normes prudentielles (Bâle3 pour les banques, Solvabilité2 pour les assureurs,  UCITS4 pour les fonds d’investissement) conduit ces institutions à réduire leurs investissements. Il y a donc une contradiction qui peut être dangereuse pour le financement de l’économie réelle et des Etats. Les régulateurs veulent éviter un accident, mais ils peuvent au contraire le créer, ou étouffer l’économie réelle.

Comment en sortir ?

Il faudra sortir de l’illusion prudentielle selon laquelle, par le calcul, on peut tout contrôler et prévoir. Cela a conduit à une  spéculation sans limites et à la crise. La représentation de l’incertitude véhiculée par la culture anglo-saxonne du risque – réduire l’incertitude par un calcul de probabilités – a conduit à une vision à court terme de la profitabilité, de la solvabilité et du risque, à l’origine de conceptions très dangereuses comme la «fair value», qui relève plus de l’idéologie que de fondements scientifiques.  Les besoins en fonds propres deviennent très élevés, sauf pour les dettes souveraines classées «sans risque », où le besoin en capital est nul. Jusqu’au moment où les pays sont dégradés par les agences de notation. Ce qui fragilise à nouveau le système financier. L’idée que le risque est maîtrisable par le calcul repose sur des modèles mathématiques qui structurent le système financier et ont un grand impact sur celui-ci.

Les modèles financiers ont cependant été quelque peu révisés. Pas assez selon vous ?

Non. Des valeurs extrêmes ont été intégrées dans les modèles pour tenir compte des épisodes de crise. Cela revient à dire que les agents sont rationnels quand tout va bien, et qu’ils sont fous quand tout va mal. Un peu clivé, comme conception… Les théories néoclassiques en vigueur depuis les années 1970, dont est issue la théorie financière dite «moderne», ne pensent pas la discontinuité des marchés. Les normes financières ont tendance à homogénéiser les évolutions économiques. Il faut revoir les principes de la gestion des risques en intégrant des discontinuités dans tous les modèles, c’est la seule façon de rendre le système moins fragile. La physique ou la génétique ont abandonné l’hypothèse de la continuité… mais pas la finance, qui repose sur une conception continue des variations économiques. Les choses changent graduellement : c’est un principe de philosophie naturelle, à la façon de Leibniz, pour qui « la nature ne fait pas de saut ». Le mathématicien franco-américain Benoît Mandelbrot (1924-2010), père de la théorie des fractales, avait pourtant mis en garde sur cette discontinuité. Cette piste a été complétée par
d’autres travaux, mais qui ne sont pas encore passés dans les pratiques professionnelles.

En quoi l’éthique est-elle concernée?

A côté des dérives humaines comme l’avidité, je pense aussi qu’il y a un problème éthique dans la technique. Cela vient d’une dérive créative des mathématiques financières. Une barrière cognitive conduit à une forme de scientisme, où l’on considère le modèle technique comme éthiquement neutre. Mais des systèmes de valeurs implicitement contenus dans les modèles influencent les comportements individuels, sans que les acteurs financiers en soient même toujours conscients. Il ne suffit donc pas de mettre des freins. Il faut aller au cœur des instruments pour en percevoir l’axe : comment envisagent-ils l’homme, les équilibres  économiques, le système productif, le rapport à l’incertitude ? En réalité, il existe une relation entre un système de normes et une vision du monde sur l’incertitude.

Propos recueillis par Adrien de Tricornot

Le bons sens nous montre que la terre est plate !

L’Occident mourra-t-il de son incapacité à anticiper correctement les risques financiers ? une interview d’Hubert Rodarie publiée sur le site Atlantico (lire ici) dans laquelle Hubert Rodarie estime que le “bon sens” en matière financière est en train de préparer les pires catastrophes à venir pour l’Occident. Méfions-nous du bons sens, qui nous montre que la terre est plate (que le risque est plat) alors qu’elle est ronde (qu’il est rugueux).

Les “benchmarks” créent-ils du risque systémique ?

Modèles mathématiques : où se trouve le risque ?”, un article de Christian Walter publié dans le numéro 297 (novembre 2011) de Banque & Stratégie, consacré aux Hegde funds, lisible en ligne sur le site de la Revue Banque.

Résumé :

Les gestions “benchmarkées” que l’on devrait plutôt appeler “bornées” (voir explication dans l’encadré en ligne de l’article) peuvent créer un risque systémique car elles synchronisent les mouvements des gérants en produisant de ce fait une amplification potentielle des mouvements des marchés. C’est le phénomène de résonance bien connu des physiciens et des constructeurs de ponts.

À l’opposé, les gestions décorrélées (alternative asset management) désynchronisent les actes de gestion et peuvent éviter ce phénomène de résonance. L’idée que le risque est mieux maîtrisé collectivement par des gestions collectivement bornées est une autre conséquence du virus brownien.

Les régulateurs font-ils fausse route ?

Interview de Christian Walter, Challenges, 28/10/2011.

Christian Walter estime qu’il vaudrait mieux changer les règles d’évaluation des risques financiers plutôt que d’imposer aux banques de bloquer davantage de fonds propres. En savoir plus :