La nature de la finance / Natural finance

En ces moments où l’on parle beaucoup de « finance environnementale », autrement dit une finance branchée sur la nature, et en un temps où la nature semble faire feu de tout bois (si l’on peut dire !) avec des catastrophes naturelles et des extrêmes en tous genres, il est utile de relire le remarquable ouvrage de Daniel Zajdenweber, Économie des extrêmes (Flammarion, 2000).

Couverture Zajdenweber

Pourquoi ? Pour au moins trois raisons que ce livre développe :

  1. La nature est extrêmement capricieuse
  2. Les dommages sont extrêmement coûteux
  3. Les statistiques sont extrêmement bizarres

1) La nature est extrêmement capricieuse

« L’histoire montre que les extrêmes climatiques ne sont pas rares« 

L’un des domaines où ces variations sont sensibles est celui des calamités agricoles :

« L’agriculture, principale activité économique jusqu’à l’avènement de l’ère industrielle au début du XIXe siècle, a été et reste confrontée de façon récurrente aux deux extrêmes opposés, la sécheresse et les inondations« 

2) Les dommages sont extrêmement coûteux

Comme je l’ai indiqué dans ma présentation, le calcul du coût financier des risques est le domaine de l’actuariat. Que disent les actuaires ? (citations extraites du Bulletin français d’actuariat, Vol. 14, n° 28, juillet-décembre 2014, pp. 5-105, texte complet téléchargeable ICI)

« Les dommages provoqués par les événements extrêmes (…) [ont des] impacts disproportionnés sur la société et les écosystèmes par rapport aux changements du climat moyen »

Comment faire pour estimer correctement ces risques ?

« Il est important de comprendre les changements dans les événements climatiques extrêmes« 

Comprendre les changements dans les variations climatiques revient à examiner leur trace statistique. Là les choses se compliquent.

3) Des distributions extrêmement bizarres

Redonnons la parole à Daniel Zajdenweber. Quand on s’intéresse aux traces statistiques de ces phénomènes, il apparaît souvent quelque chose de très bizarre, de très particulier et totalement contre-intuitif :

[L’ évaluation] « des dommages totaux résultant d’un accident nucléaire [présente] une espérance infinie« 

« Espérance infinie », qu’est-ce que cela peut bien vouloir dire concrètement ?

[Qu’] « il serait utopique de fixer a priori une borne supérieure à la valeur des dommages »

Mais alors comment peut-on estimer les coût des sinistres ?

« Quand le nombre de centrales nucléaires dans le monde est multiplié par 10, la magnitude moyenne de tous les accidents est multipliée par 2,7 »

Et pour les phénomènes naturels ?

« Il en va de même avec la magnitude moyenne des tremblements de terre »

En pratique, cela veut dire quoi ?

« que la moyenne apporte peu d’information sur la valeur totale des dommages. La moyenne augmente avec le nombre d’éléments entrant dans son calcul »

Peut-on disposer d’un exemple ?

« Dans le secteur pétrolier, le caractère hyperbolique des tailles des gisements pétrolifères est une donnée géophysique liée au caractère fractal du processus de formation des réservoirs naturels. (…) [En conséquence], « à l’échelle mondiale, la taille moyenne d’un gisement pétrolifère n’existe pas. »

Conclusion ?

La financiarisation des risques climatiques branche la finance sur une nature dont il semble que beaucoup d’aspects présentent une espérance mathématique infinie.

Et donc ?

L’utilisation de modèles qui ne prennent pas en compte le caractère fractal de cette nature est dangereuse. Avec Jacques Lévy Véhel, nous avons abordé ce problème dans Les marchés fractals.

 

 

 


Christian Walter

Actuaire agrégé, chercheur en philosophie et sciences sociales, spécialiste de la finance / Fully qualified actuary, my research activities relate to financial modelling, history of financial thought, epistemology of finance and ethics of finance.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *