Enseigner l’éthique épistémique / Teaching epistemic ethics

Dans un article récent publié dans la revue Éthique Publique [En ligne], vol. 16, n° 2, intitulé « L’enseignement de l’éthique en finance six ans après la crise : constats et perspectives françaises » (pour accéder à l’article, cliquer sur le lien), Denis Dupré et Emmanuel Raufflet présentent l’importance de l’enseignement de l’éthique financière pour les gestionnaires à la suite de la crise de 2008.

L’un des points clés soulevés par les auteurs est la notion d’ « utilisation responsable des puissants outils de la finance« . Car, disent-ils, cette utilisation s’est heurtée au « silence moral des gestionnaires et des dirigeants ». Un deuxième point clé est la constatation que « les produits, les techniques et les régle­mentations ont peu changé depuis la crise ». Même si l’on voit des « avancées majeures […] en matière de lutte contre les paradis fiscaux. [Ainsi] les pratiques illégales sont aujourd’hui freinées par les procès américains, notamment contre des banques européennes et des banquiers eux-mêmes ». Mais les outils de gestion ? Mais les instruments financiers ? Mais les techniques mathématiques de la finance ? Rien n’a changé ! Ce qui est étonnant si l’on sait, comme je le rappelle dans mon précédent billet, que les crises les plus graves sont engendrées par des dispositifs collectifs de gestion dont les effets inattendus prennent totalement par surprise les professionnels mais aussi les économistes.

Il existe aujourd’hui des cours d’éthique financière dans les cursus de gestion. Mais ces cursus manquent un aspect important du problème. Lequel ? Ce point est parfaitement résumé par Dupré et Raufflet : « [m]algré les avancées dans les cours, plusieurs postulats pourtant im­portants de l’enseignement et de la pratique de la finance demeurent peu changés et remis en cause. Au cœur de ceux-ci se trouve la vision du monde et des comportements humains induite par la domination des seules mathématiques qui influence la représentation de la spéculation, limite le rôle du régulateur. » On est là au cœur de ce que j’ai appelé le Logos financier : une parole structurante qui façonne les les pratiques professionnelles et la réglementation financières.

Comment enseigner l’éthique financière en tenant compte du Logos financier ? Dupré et Raufflet proposent que « la promotion de l’éthique dans l’ensei­gne­ment de la finance passe par la formation des étudiants à concep­tualiser les rôles respectifs des acteurs et de leurs pratiques remettant en question les contributions de la finance et de l’économie au bon fonction­nement de la société. L’enseignement de la responsabilité en finance impliquerait alors une intégration de ces interdépendances de la finance et de la construction du vivre ensemble et donc une réflexion qui dépasse le cadre de la finance et qui embrassent l’ensemble de l’enseignement en gestion ou en économie. »

Triangle éthique

Pour permettre cet enseignement renouvelé de l’éthique financière, il est nécessaire d’étendre l’éthique usuelle (ou éthique « déontologique ») à l’éthique épistémique. Le triangle ci-dessus (extrait de mon article « The financial Logos: The framing of financial decision-making by mathematical modelling » qui introduit la notion de Logos financier) présente ma proposition pour l’enseignement de l’éthique financière dans le sens de Dupré et Raufflet : enseigner l’éthique épistémique.

 

 

 


Christian Walter

Actuaire agrégé, chercheur en philosophie et sciences sociales, spécialiste de la finance / Fully qualified actuary, my research activities relate to financial modelling, history of financial thought, epistemology of finance and ethics of finance.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *