Financiarisation et outils de gestion / Financialisation and management tools

Comment et par où passe la financiarisation ? De nombreux travaux ont fait apparaître le rôle déterminant des outils de gestion dans le processus de financiarisation.

Par exemple, dans la conférence finale des États généraux du management de 2010 intitulée « La place des sciences de gestion dans la culture contemporaine et dans l’après crise » publiée dans l’ouvrage collectif Management et sociétés (2012), Armand Hatchuel rappelle qu’à l’exception des comportements frauduleux comme ceux d’Enron ou de Parmalat, les crises les plus graves sont engendrées par des dispositifs collectifs de gestion dont les effets inattendus prennent totalement par surprise les professionnels mais aussi les économistes.

La récente révision du procès Kerviel dans l’affaire des pertes abyssales de la Société Générale en représente une éclatante illustration. Ainsi l’avocat général Jean-Marie d’Huy a déclaré devant la cour d’appel de Versailles (Le Monde, 17/06/2016) que la banque a :

commis des fautes civiles, distinctes et de nature différente des fautes pénales de Jérôme Kerviel, qui apparaissent suffisantes pour entraîner la perte totale de son droit à réclamer une compensation intégrale de ses pertes.

Cela ne signifie pas que, pénalement, Jérôme Kerviel soit innocent, mais que, au civil, les dispositifs collectifs de gestion ont créé les conditions potentielles d’une fraude (Le Monde, 17/06/2016) :

La Société générale a laissé, en toute connaissance des imperfections et des failles de son organisation et de son système de contrôle interne, le champ libre aux velléités délictuelles de Jérôme Kerviel. Cela ne signifie pas que la Société générale puisse être considérée comme auteur ou complice des infractions commises par Jérôme Kerviel, mais cela signifie que les fautes de la première ont rendu possibles celles du second et en ont aggravé les conséquences.

Pour le dire autrement et insister : contrairement à ce que l’on croit généralement, les outils de gestion ne sont pas les serviteurs zélés des décisions humaines (politiques ou économiques). Plutôt que « bons serviteurs », les outils sont souvent des « traîtres » qui orientent les décisions humaines dans des directions non souhaités ou des « acteurs » non humains qui peuvent encourager certaines décisions au détriment d’autres, indépendamment des « valeurs » déontologiques injectées dans une entreprise. Les dispositifs collectifs de gestion sont ainsi de puissants incitateurs moraux à agir, bien ou mal. Et, en l’occurrence, mal.

Management

  • Même (et surtout ?) si ceux qui prennent des décisions sont animés des meilleures intentions ? Oui !
  • Même (et surtout ?) si les valeurs qui les habitent sont les meilleures du monde ? Oui !
  • Même (et surtout ?) si, du point de vue de leur comportements, ils sont « sains » (avec ou sans « t »…) ? Oui !
  • Même (et surtout ?) si leur déontologie est sans faille ? Oui !

Pour quelle raison ? Parce que les outils de gestion transportent des représentations scientifiques élaborées par des théories d’arrière-plan, et en particulier par la théorie financière et que cette théorie est performative. La théorie financière parle et ce qu’elle dit advient ! J’ai donné à ce phénomène mal connu des professionnels le nom de Logos financier, un discours structurant les pratiques du management. Je dis que c’est parce que le Logos financier imprègne les dispositifs collectifs de gestion que ces dispositifs produisent des effets contraires à ce qui était attendu.

Sans que ce phénomène soit pour le moment correctement perçu et encore moins politiquement évalué, la théorie financière façonne la société à son image. L’économie réelle est ainsi « provoquée » (dans le sens de « appelée à exister ») par la théorie financière (voir le remarquable The Provoked Economy (2014) de Fabian Muniesa).

En résumé, l’action performative du Logos financier dans les outils de gestion amène à se poser de façon renouvelée la question de la gouvernance des modèles. Avec une idée simple : les outils de gestion ne sont pas éthiquement neutres.

C’est la raison pour laquelle l’avocat général a dit à la cour (Le Monde, 17/06/2016) :

Votre décision pourrait être un message fort donné aux établissements bancaires pour éviter qu’à l’avenir de tels faits puissent se reproduire.

Et, « pour éviter qu’à l’avenir de tels faits puissent se reproduire », il est nécessaire d’ajouter à l’éthique déontologique une éthique épistémique, seule à même d’analyser les dispositifs collectifs de gestion, qui résistent à l’éthique déontologique.


Christian Walter

Actuaire agrégé, chercheur en philosophie et sciences sociales, spécialiste de la finance / Fully qualified actuary, my research activities relate to financial modelling, history of financial thought, epistemology of finance and ethics of finance.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *