La question de la reine : une réponse d’actuaire / The Queen’s challenge : an actuarial answer

On se rappelle de la question que posa la Reine Élisabeth d’Angleterre à Luis Garicano (professeur à la London School of Economics), à la suite de la crise financière de 2008 : « Pourquoi les économistes n’ont-ils pas su prévoir la crise ?« .

16498284-Concept-of-forecasts-of-the-financial-crisis-Stock-Photo-forecast-economy-economic

La réponse fut donnée six mois plus tard par les économistes : « l’échec à prévoir la date, l’importance et la gravité de la crise et à endiguer celle-ci, bien qu’il y ait de nombreuses causes, était surtout un échec de l’imagination collective […] à comprendre les risques du système, dans son ensemble » (Le Monde, 4/09/2009).

Un échec à comprendre les risques : voilà une réponse qui parle à un actuaire ! Aussi, sans entrer dans les débats économiques qui ont fait rage depuis et dans lesquels on trouve des centaines d’articles sur la prévision économique et ses défaillances, je voudrais répondre à la « question de la reine » en actuaire. Comme je l’ai indiqué dans ma présentation, un actuaire est quelqu’un qui travaille sur la question des futurs contingents, une question ancienne : la querelle des futurs contingents date du XVe siècle (voir aussi l’article de d’Alembert dans l’Encyclopédie). Mais une question qui trouve justement sa pleine actualité avec les impasses de la prévision économique.

Utilisant les ressources de l’histoire du calcul des probabilités, je réponds à la « question de la reine » en distinguant prévision et prévisibilité. Et en proposant (avec Eric Brian dans La Tribune  du 21/10/2008) l’hypothèse selon laquelle il n’y a pas eu crise de la prévision mais crise de la prévisibilité. Je dis que que la prévisibilité économique et financière a été mise en crise à cause d’un enfouissement des procédés de calcul sédimentés dans les couches profondes de l’économie.

Pour sortir des apories de la prévision économique, il est utile de revenir sur les débats des années 1930 entre économistes et statisticiens, en particulier ceux qui eurent lieu à la commission Cowles. A l’époque, on débattait de la possibilité de prévisions à partir de la détection de « cycles » économiques ou de « vagues » boursières. De violentes controverses opposèrent les statisticiens – qui suivaient Cowles – aux « prévisionnistes » comme Rhea : voir par exemple la présentation de Robert Dimand, de l’université Brock à Saint Catharines (Ontario), au séminaire de la chaire Ethique et Finance du 17/02/2016. Une application professionnelle de ces débats était la mesure de la valeur ajoutée des gérants de portefeuilles. Mon article de 1999 « Aux origines de la mesure de performance des fonds d’investissement : les travaux d’Alfred Cowles » rappelle le contexte et l’importance de ces débats des années 1930 pour la gestion d’actifs actuelle.

De la même façon que les débats des années 1930 sur la valeur ajoutée des gérants de portefeuille sont éclairants pour bien des questions qui se posent aux professionnels de la gestion d’actifs de nos jours, je dis plus généralement que le retour aux débats des années 1930 entre statisticiens et économistes est éclairant pour aujourd’hui, en particulier les confits sur l’utilisation des « cycles », des « vagues » ou des « tendances » dans la prévision économique. Pourquoi ? Parce que ces controverses font intervenir les soubassements du calcul des probabilités. Et donc les implicites enfouis des procédés de calcul utilisés dans la prévision. C’est en cela que ma réponse est une réponse d’actuaire.

Il est aussi intéressant dans ce contexte de revenir sur les débats des années 1900 qui agitèrent la communauté des économistes à propos de la question du statut de l’entrepreneur et en particulier de la polémique qui fit rage aux États-Unis entre 1891 et 1904 dans la célèbre revue Quarterly Journal of Economics (voir mes articles : ici ou ). Cette polémique rejoint par un autre angle la question de la Reine d’Angleterre en introduisant la distinction devenue canonique entre risque et incertitude. Au fond, la crise de la prévisibilité fait ressortir les limites du calcul des probabilités et des statistiques en présence d’une incertitude radicale au sens de Knight ou Keynes.

C’est la raison pour laquelle les gourous de la prévision économique, comme Nate Silver, avouent qu’ils se sentent démunis devant des événements qui paraissent échapper aux calculs classiques des probabilités (voir l’article de Philippe Silberzahn : ici).

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer


Christian Walter

Actuaire agrégé, chercheur en philosophie et sciences sociales, spécialiste de la finance / Fully qualified actuary, my research activities relate to financial modelling, history of financial thought, epistemology of finance and ethics of finance.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *