Le Logos financier / The Financial Logos

Dans article publié dans le volume 37 (mai 2016) de Research in International Business and Finance, intitulé « The financial Logos: The framing of financial decision-making by mathematical modelling » j’introduis la notion de « Logos financier« . De quoi s’agit-il ?

Je définis le Logos financier comme une parole structurante qui construit la finance professionnelle. En paraphrasant le verset 9 du psaume 33 (32), je dis que « le Logos financier parle, et ce qu’il dit advient ». Où et comment ? La parole du Logos financier s’incarne dans les dispositifs de gestion financière des banques, des compagnies d’assurance, des sociétés de gestion d’actifs, et dans les pratiques de surveillance et de contrôle des activités financières, rendant ces pratiques homogènes à ce qu’elles veulent surveiller. Avec le Logos financier, les régulateurs parlent le même langage que ceux qui sont régulés. Comprendre comment le Logos financier structure les activités professionnelles nécessite d’appréhender la manière dont la parole agit.

Austin

Comment expliquer le pouvoir du Logos financier ? La relecture de l’ouvrage de John Langshaw Austin (1911-1960) est le point de départ d’un courant d’analyse du langage qui décrit une propriété des énoncés appelée par Austin leur performativité : les énoncés font des choses avec des mots. Ce pouvoir performatif du langage se retrouve dans les énoncés de la théorie financière. Dans mon article, je décris le processus performatif et l’histoire de cette analyse de l’économie et de la finance, depuis les travaux de Michel Callon en 1998 jusqu’au récent The Provoked Economy: Economic Reality and the Performative Turn de Fabian Muniesa en 2014.

Que dit le Logos financier ? Il parle de la modélisation financière du risque. Cette modélisation financière s’est avérée dangereuse en 2008 mais aussi avant (krach de 1987, crises et accidents à répétition depuis). C’est la raison pour laquelle je termine mon article en suggérant que l’éthique de la finance doit prendre en considération le rôle du Logos financier.

Enfin, le pouvoir créateur du Logos financier est abordé sous l’angle du mal moral au niveau des structures sociales de la finance dans mon billet à propos de « la vertu qui ne sauve pas le monde » (cliquer sur le lien). Cette dimension sociale du mal moral a été appelée « structures de péché » par Jean-Paul II dans les conférences épiscopales de Medellin et Puebla qui faisaient suite aux travaux de l’épiscopat latino-américain dans les années 1970 devant les situations d’injustice en Amérique latine.

 


Christian Walter

Actuaire agrégé, chercheur en philosophie et sciences sociales, spécialiste de la finance / Fully qualified actuary, my research activities relate to financial modelling, history of financial thought, epistemology of finance and ethics of finance.

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 15/05/2016

    […] [commentaire : une critique de l’influence néfaste du positivisme pour l’éthique financière peut être trouvée dans l’article « The financial Logos« ] […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *