Vice épistémique / Epistemic vice

J’ai déjà parlé dans ce carnet de la fameuse question de la reine d’Angleterre sur l’incapacité de la science économique à prévoir la crise financière de 2008. J’y ai donné une réponse d’actuaire. J’y reviens ici à propos d’un très intéressant article publié par André Cartapanis dans la revue Tracés [En ligne], vol. 11, hors-série 2011, intitulé « La crise financière et la responsabilité des économistes » (pour accéder à l’article, cliquer sur le lien). Cet article pose la question de la légitimation savante par les économistes de certaines innovations financières dont il est aujourd’hui connu qu’elles ont été catastrophiques pour l’économie réelle. Mais, au-delà de la seule crise de 2008, André Cartapanis s’interroge sur l’aveuglement face au désastre de la pensée dominante de la science économique ou « mainstream. »

160x1020

Après avoir écarté les faux procès faits aux économistes du mainstream qui leur permettent d’ailleurs de mieux se  défendre (incapacité à établir des prévisions, attachement excessif aux mathématiques, complaisance envers les milieux financiers, responsabilité collective dans la crise) , André Cartapanis pointe de manière extrêmement précise le problème principal : « une illusion d’optique qui s’apparente ex post à une idéologie ». De quoi s’agit-il ?

La réponse est donnée à la page 157 de l’article : « tout ce qui s’est passé dans la genèse et le déclenchement de la crise financière internationale de 2007 à 2010 n’avait pas sa place dans le mainstream de la finance académique des années 1990 à 2000. » On observe une Zeitgeist, i.e. une atmosphère intellectuelle qui banalise des manières de penser qui s’avèrent par la suite fausse et dangereuses. André Cartapanis suggère très pertinemment que cette Zeitgeist est une idéologie au sens épistémologique d’antithèse de la science. Dans le domaine qui est le mien, celui de la modélisation mathématique de l’incertitude financière, j’ai observé le même phénomène (une Zeitgeist sur la modélisation probabiliste de l’incertitude) et je l’ai appelé le virus brownien ou Virus B.

Ce qui me paraît important, c’est la conséquence éthique que déduit André Cartapanis de son analyse : « communiquer sur la fragilité d’un résultat ou d’une recommandation est non seulement une exigence éthique mais également le moyen de conforter la crédibilité d’une profession face aux mises en causes dont elle est l’objet » (p. 158). Je reformule cette idée de la manière suivante : avec cette Zeitgeist, on observe une défaillance de l’attitude « juste » à avoir en matière scientifique, un vice de fonctionnement de la démarche scientifique, qu’on appelle un vice épistémique, dans le sens où cette défaillance concerne la manière de penser et le savoir correspondant.

 

Bruin

Dans la théorie aristotélicienne des vertus et des vices, le vice est une mauvaise disposition de l’esprit qui le porte à fuir le bien et à faire le mal. Le vice épistémique est un défaut d’exigence éthique majeur car il conduit à la perte de confiance dans la compétence des financiers. On est ici au cœur de ce que que Boudewijn de Bruin analyse dans Ethics and the Global Financial Crisis: Why Incompetence is Worse than Greed (2015) : le défaut d’exigence éthique épistémique de la part des financiers les conduit à une forme d’incompétence dans l’appréciation de la pertinence de leurs modèles, soit « we defend the claim that rather than greed and egoism, the most pressing ethical failures that have led to the global financial crisis are failures of epistemic virtue. » (voir la séance du séminaire de la chaire).

Il est donc de première importance d’enseigner l’éthique épistémique pour éviter que les vices épistémiques contribuent au maintien de courants de pensée dominants mais totalement infondé. Pour conclure, je laisse à nouveau la parole à André Cartapanis : « Considérer, comme le fait encore Eugene Fama, que les prix d’actifs ne diffèrent jamais, aux bruits stochastiques près, de leurs fondamentaux, et que les bulles n’existent pas, est un déni de la réalité ». Un déni de la réalité : typiquement un vice épistémique…

 


Christian Walter

Actuaire agrégé, chercheur en philosophie et sciences sociales, spécialiste de la finance / Fully qualified actuary, my research activities relate to financial modelling, history of financial thought, epistemology of finance and ethics of finance.

1 réponse

  1. Mathieu Fusi dit :

    Article très intéressant. Le vice épistémique est aussi un vice épistémologique , dans la mesure où il s’agit d’une discipline scientifique, qui peut se parer de la légitimité scientifique. C’est bien pour ça que cette incompétence est vraiment dangereuse.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *