Une régulation socialement responsable / Socially responsible regulation

Le concept de responsabilité sociale s’est répandu dans le monde économique et financier. On le trouve emblématiquement présent dans l’investissement socialement responsable et la responsabilité sociale des entreprises. Je propose d’étendre ce concept à la régulation financière en introduisant la notion de « régulation socialement responsable ». C’est-à-dire considérer les effets sociétaux de la régulation financière. C’est l’un des axes de travail de la chaire Ethique et finance.

J’ai présenté cette notion à l’European Institute of Financial Regulation (EIFR) au cours d’une matinale recherche (voir aussi le site de l’Institut Louis Bachelier), et dans l’article « De l’investissement socialement responsable à une régulation socialement responsable » (Revue française de comptabilité, 484, février 2015, p. 18).

L’influence de la théorie financière dans la régulation est grande. Cette influence a été débattue dans le cas de la directive MIF au cours de la journée d’étude sur « La directive MIF et la théorie de l’efficience des marchés financiers » organisée avec l’IAE de Paris (Hélène Rainelli) et le Centre de philosophie contemporaine de la Sorbonne (Emmanuel Picavet). La théorie financière – ou du moins certains de ses aspects – en tant qu’elle influence la régulation financière, est à l’origine de défauts de conception de la régulation financière, défauts qui produisent des effets sociétaux non souhaités.

Depuis 2009, les colloques SMA-FMSH étudient ces défauts de conception. Il est apparu que ces défauts sont souvent à l’origine d’une augmentation des risques. Les colloques « Normes financières et risque de régulation » ont introduit à cet effet la notion de « risque de régulation« . Un vrai risque.

 

Der Golem

Affiche du film de Paul Wegener et Carl Boese, Der Golem : Wie er in die Welt kam (1920)

Pour donner l’intuition de la nature du risque de régulation, Hubert Rodarie a proposé la métaphore du Golem financier : un système financier qui échappe à son concepteur en produisant des effets inattendus non souhaités. Le film expressionniste allemand Der Golem (1920, affiche ci-dessus) relate (voir Wikipédia) l’histoire d’un homme qui fabrique une créature pour en faire son serviteur. Mais la créature finit par se retourner contre son créateur, manquant de le détruire. Le Golem financier est ce monstre créé par les conséquences négatives d’une régulation qui oublie d’être socialement responsable.

 


Christian Walter

Actuaire agrégé, chercheur en philosophie et sciences sociales, spécialiste de la finance / Fully qualified actuary, my research activities relate to financial modelling, history of financial thought, epistemology of finance and ethics of finance.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *