L’école américaine de la finance / The American school of financial thought

Le numéro 797bis de juin 2016 de la Revue Banque pose la question « La finance américaine est-elle la grande gagnante de la crise ? » et ouvre un dossier à ce sujet.

calendar_main_I_want_you

Pourquoi cette question ? Réponse dans l’introduction du dossier :

Le constat est largement partagé : les banques d’investissement américaines ont pris depuis la crise des parts de marché dans le financement de l’économie européenne ; l’inverse en revanche est loin d’être vrai.

D’où le projet du numéro de la Revue Banque :

Les différentes contributions des professionnels, économistes, universitaires ou régulateur, cherchent à identifier les facteurs conjoncturels ou structurels qui expliquent cette puissance américaine.

Le plan du dossier est ici.

Un point extrêmement important quoique très peu connu est souligné par Stéphane Giordano, président de l’Association française des marchés financiers (AMAFI) :

« Au-delà des performances propres des acteurs américains, cette domination financière vient également […] d’autres facteurs parfois moins directement identifiés et qui n’ont pas été remis en cause suite à la crise, par exemple, une conception anglo-saxonne de quantification du risque qui sous-tend aujourd’hui encore les contenus des réglementations internationales ou les modélisations utilisées dans le contrôle des risques. »

Que veut-on dire par là ? Qu’il existerait une école américaine de la finance qui se peut se caractériser (indépendamment des nombreux aspects juridiques) par une tradition de modélisation du risque financier qui est devenue une pensée dominante en modélisation financière. Dans cet article, je dis que cette tradition de modélisation est une convention de quantification.

La notion « convention de quantification » a été introduite dans les travaux d’Alain Desrosières. Cette notion permet ici de définir la tradition de modélisation américaine par trois caractéristiques principales qui correspondent aux trois dimensions de toute convention :

  1. Une dimension épistémique. Sous ce terme (en grec, « épistémè » = savoir) se cachent toutes les connaissances scientifiques utilisées par les chercheurs dans la quantification des risques et tous les savoirs techniques issus de ces connaissances scientifiques, que les professionnels doivent maîtriser. Par exemple les hypothèses probabilistes présentes dans le modèle de Black et Scholes ou la copule de Li. A chaque convention sont associés des formes, des calculs et des modèles mathématiques particuliers qui en quelque sorte opérationnalisent les choix scientifiques dans une forme calculable. La tradition de modélisation américaine du risque se définit par des modèles probabilistes particuliers.
  2. Une dimension pragmatique, qui décrit l’ensemble des actions qui sont permises par la convention et celles qui ne le sont pas. Par exemple, dans la recherche en finance des années 1970, il était permis d’améliorer le modèle de Black et Scholes par des adjonctions de sauts à l’hypothèse de continuité brownienne (comme ce qu’a fait Merton) mais pas de contester frontalement cette hypothèse (comme ce qu’a fait Mandelbrot). Chaque convention habilite  des acteurs, et ceux-ci ne sont pas forcément les mêmes selon les conventions. La tradition de modélisation américaine exclut les autres traditions de modélisation et les actions qui les accompagnent. Ce qui conduit à la dimension politique.
  3. Une dimension politique, dont la fonction est de légitimer certains acteurs au détriment d ‘autres. Par exemple, dans son ouvrage Les Fonds de pension. Entre protection sociale et spéculation financière (Odile Jacob, 2006), Sabine Montagne a montré comment la convention de gestion des portefeuilles influencée par le CAPM et la loi ERISA légitime les gérants qui utilisent des benchmarks et délégitiment les autres (un commentaire de cet ouvrage en ligne par Antoine Rébérioux dans la Revue de la régulation, ici).

En résumé, la tradition de modélisation américaine du risque financier peut définir ce que j’appelle une « école américaine de la finance ».

 


Christian Walter

Actuaire agrégé, chercheur en philosophie et sciences sociales, spécialiste de la finance / Fully qualified actuary, my research activities relate to financial modelling, history of financial thought, epistemology of finance and ethics of finance.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *