Le panneau de l’éthique / The ethical trap

Dans un article récent publié dans le numéro 802 de la Revue Banque Ethique de la finance ou « éthiquette » financière, je reviens sur l’importance de l’éthique épistémique pour le changement du contexte actuel de la finance. Je dirais : pour ne pas tomber « dans le panneau » (!) de l’éthique…

panneau-ethique

La thèse que je soutiens est très simple et peut se résumer de la manière suivante :

L’éthique mise en œuvre par les professionnels de la finance sur les marchés est pour le moment réduite à une seule de ses dimensions, l’éthique déontologique. Il manque à l’éthique financière une seconde dimension, l’éthique épistémique. Sans l’éthique épistémique, l’éthique déontologique, non seulement n’améliore pas le fonctionnement des marchés financiers mais, bien davantage, peut contribuer à le dégrader car l’application déontologiquement rigoureuse de bonnes règles de conduite peut renforcer de mauvais savoirs collectifs.

Soyons un tout petit peu plus précis. Dans son acception courante, l’éthique revoie au devoir d’agir comme il faut et évalue le poids moral des actions. Pourtant, il est une autre forme d’éthique, appelée éthique épistémique, qui évalue le poids moral des savoirs collectifs, comme ceux embarqués dans les théories financières en vigueur et, par extension, dans les dispositifs collectifs de gestion, les outils de contrôle et les produits qui utilisent ces théories. Dans mon article, je reviens sur l’affaire Kerviel (voir aussi mon billet sur Kerviel) et sur la faillite d’AIG pour illustrer l’importance cruciale pour la société de cette forme d’éthique. M’appuyant sur de nombreux travaux (comme par exemple ceux d’Eve Chiapello et Patrick Gilbert), je dis que les dispositifs collectifs de gestion représentent une machinerie qui rend inopérantes les meilleures intentions des professionnels en termes de valeurs, car la technique fait norme.

J’ai montré comment la « techno-logie » financière (une combinaison de la technique et de la raison) est une technique qui transporte un Logos, que j’ai appelé le Logos financier. Cette technofinance façonne les structures des entreprises. L’approche éthique par les valeurs, en oubliant la réalité technologique, renforce l’emprise du Logos de la technique sur les personnes qui travaillent dans les entreprises financières.

Résumons notre propos :

Un surcroît d’éthique déontologique accompagné d’un déficit d’éthique épistémique contribue à accentuer le dysfonctionnement des marchés financiers et à produire une perte de confiance du grand public dans la finance de marché. Il vaut mieux ne pas avoir un comportement éthique au sens déontologique si on n’a pas simultanément un cadre éthique au sens épistémologique. Sans éthique épistémique, l’éthique financière est incomplète et vouée à l’échec.

Jouant avec les ressources de la langue française, je dirais que l’éthique financière, tant qu’elle reste privée de l’éthique épistémique, est réduite à une petite éthique, c’est-à-dire une « éthiquette ». Et cette « éthiquette » devient de fait une étiquette : un effet d’annonce qui  reste à la surface des problèmes car il évite de se poser la question de l’éthique épistémique tout en rendant inopérante l’éthique déontologique.


Christian Walter

Actuaire agrégé, chercheur en philosophie et sciences sociales, spécialiste de la finance / Fully qualified actuary, my research activities relate to financial modelling, history of financial thought, epistemology of finance and ethics of finance.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *