Une scolastique de gestion ? / Scholasticism in management?

La science de gestion est-elle en train de devenir une scolastique de gestion ? Rappelons que la scolastique médiévale a représenté ce courant intellectuel très important qui connût trois grandes phases dans son développement historique (voir Wikipédia).

Dans un remarquable billet sur « La grande rupture qui menace les écoles de commerce« , Philippe Silberzahn, professeur de finance à l’École de Management de Lyon (EM Lyon) pose cette provocante mais suggestive question en observant la dérive qui affecte l’équilibre entre enseignement et recherche dans les écoles de commerce. Je recommande ce billet comme lecture de vacances à tous ceux qui s’interrogent sur le modèle économique des écoles de commerce face à l’internationalisation de l’enseignement et la concurrence des universités.

Je présente l’article de Philippe Silberzahn en rythmant son propos selon quatre temps :

  1. Historiquement, une école de commerce est rattachée à une chambre de commerce et d’industrie et a pour vocation l’enseignement et la formation des futurs cadres de l’industrie, nationale pour les « grandes » écoles et plutôt régionale pour les écoles de province (sans aucune connotation péjorative à ces deux adjectifs). Les écoles supérieures de commerce parsèment le territoire national. Ainsi par exemple la dénommée « EM Lyon » est, historiquement, l’ « École supérieure de commerce de Lyon » (ou ESCL).
  2. Pour développer leur croissance et leur nombre d’anciens élèves (donc la force de leur réseau), les écoles supérieures de commerce ont cherché à attirer de plus en plus d’étudiants étrangers. Comment faire venir des étudiants étrangers ? En apparaissant attirante dans le paysage international. Comment apparaître attirante ? En étant bien classée dans les classements internationaux. D’où une gestion interne orientée par la progression dans ces classements. Comment progresser dans les classements ?
  3. Le critère des classements internationaux est le nombre de publications dans des revues classées. D’où un recrutement de professeurs qui publient. Mais, pour publier, il ne faut pas être trop pris par les enseignements. D’où une réduction des heures de cours pour les professeurs qui publient et des évaluations de professeur centrées sur les seules publications. Ce qui amène Philippe Silberzahn à dire que « le besoin d’attirer les « meilleurs » étudiants (…) se traduit donc (…) par une baisse relative de la qualité de l’enseignement que ces « meilleurs étudiants » reçoivent une fois admis« . Cette baisse de qualité de l’enseignement s’accompagne de l’augmentation du coût de la scolarité, puisque on n’attire pas les mouches avec du vinaigre : les meilleurs « publieurs » sont très chers. De plus, la recherche primée dans les revues classées ressemble souvent à un exercice de style déconnecté des réalités économiques ou de gestion. Donc ces travaux ne sont pas utiles pour la formation des futurs cadres du commerce et de l’industrie. Aussi, Philippe Silberzahn considère que « les étudiants paient plus pour une recherche qui ne leur sert à rien et un enseignement de moindre qualité« . En résumé, le critère de progression dans les classements fait oublier aux écoles de commerce leur vocation d’origine et, du coup, leur spécificité différenciante. Ce qui amène Philippe Silberzahn a conjecturer que, faute de pouvoir imiter Harvard, « la plupart des écoles casseront en route« .
  4. La solution pour les écoles de commerce est de retrouver leur vocation en mettant en valeur leur spécificité (thématique, régionale, pédagogique). Pas de devenir un « clone bas de gamme de Harvard ». D’ailleurs tout le monde ne peut pas être Harvard.

Je ferai trois commentaires.

  1. La scolastique. L’une des caractéristiques de la scolastique était la pratique du commentaire et des références de citations, comme dans la recherche en gestion et en finance aujourd’hui. Pendant trois siècles, on a commenté les commentaires des Sentences de Pierre Lombard, un traité de théologie composé au XIIe siècle, et les commentaires de commentaires s’ajoutaient tels des sédiments. Quand on considère les commentaires de commentaires qui s’empilent sur (par exemple) les articles de Black et Scholes, on est saisi par la proximité de situations.
  2. Le regroupement des écoles supérieures de commerce. Il est vrai qu’on a assisté depuis une dizaine d’années à des regroupement des écoles supérieures de commerce. Par exemple, les écoles supérieures de Rouen (ESC Rouen) et de Reims (ESC Reims) se sont regroupées sous le nom de NEOMA. Mais il semble que ces regroupements n’aient pas résolu le problème de la scolastique. Le critère de recrutement et d’évaluation reste celui des publications dans des revues classées.
  3. Élèves ou étudiants ? Les écoles ont des « élèves » tandis que les universités ont des « étudiants ». En anglais, les associations d’anciens élèves se nomment « alumni », terme qui peut désigner indifféremment « élèves » ou « étudiants ». Par exemple les anciens étudiants d’Harvard se regroupent dans la Harvard Alumni Association. Mais les anciens élèves de l’école de commerce et de gestion de Yale se regroupent aussi dans la Yale School of Management Alumni Association.

Christian Walter

Actuaire agrégé, chercheur en philosophie et sciences sociales, spécialiste de la finance / Fully qualified actuary, my research activities relate to financial modelling, history of financial thought, epistemology of finance and ethics of finance.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *