Faire confiance aux entrepreneurs ? / Trust entrepreneurs?

Dans mes trois précédents billets (ici, et ), j’ai présenté une méthode que je propose d’adopter avec les dirigeants qui font des livres pour ouvrir un dialogue avec la société. Bien souvent, ces livres trouvent leur audience dans le grand public et les médias, mais rencontrent une résistance dans les milieux de l’enseignement supérieur et de la recherche. La pensée des dirigeants ne pénètre pas ces milieux. Certains dirigeants y sont indifférents, d’autres, qui ambitionnent d’avoir une influence plus précise sur le savoir utile et l’enseignement, s’en émeuvent. J’ai mentionné que j’avais moi-même appliqué cette méthode avec le très intéressant ouvrage de Xavier Fontanet, ancien président d’Essilor, qui a publié Et si on faisait confiance aux entrepreneurs (Les Belles Lettres, 2010).

Avec ce livre, on se trouve exactement dans la situation décrite dans mon billet (ici) : celle d’une « maison d’édition généraliste qui propose un ouvrage présentant un travail original qui veut apporter de nouvelles idées ou solutions sur des questions économiques » et dont le livre « court-circuite le processus de contrôle de qualité des idées. » C’est ce court-circuit qui, selon moi et de manière générale, est à l’origine de la non réception des idées du dirigeant dans les milieux de l’enseignement supérieur et de la recherche. Or, lorsqu’un dirigeant cherche à promouvoir ses vues dans l’enseignement et la recherche, ce court-circuit devient un obstacle à surmonter.

Revenons au livre de Fontanet. A titre d’illustration, pour donner un exemple concret de ce que je propose, je présente dans ce billet le travail effectué dans la recension que j’ai faite de ce livre pour la Revue de philosophie économique (2015, vol. 16), une revue dirigée par Emmanuel Picavet et Gilles Campagnolo. Pourquoi la Revue de philosophie économique pour parler de ce livre ? Parce que cette revue « interroge de manière rationnelle, critique et solidement argumentée les problèmes philosophiques soulevés par l’activité économique et par notre compréhension de cette activité », autrement dit exactement les objectifs de Xavier Fontanet. Mais le court-circuit mentionné plus haut était un obstacle à la réception de ce livre. Cette recension a donc cherché à réintroduire le livre dans le processus de contrôle de qualité des idées. Plus particulièrement, il s’est agi de traduire les arguments de l’ouvrage en termes recevables dans un univers scientifique permettant d’organiser des débats intellectuels pour alimenter le débat public à la place des affrontements dogmatiques.

Cette recension a permis, dans un deuxième temps, l’organisation d’une journée d’étude conjointement par la chaire Ethique & Finance (FMSH/ISJPS Paris 1 Panthéon-Sorbonne UMR 8103) et l’Ecole de Management de Lyon, en partenariat avec la Revue de philosophie économique le 13/01/2016 (ici). A la suite de la présentation des trois exposés d’Eric André (EM Lyon), Philippe Silberzahn (EM Lyon) et Thierry Ménissier (équipe « Philosophie, pratiques & langages », EA 3699, université de Grenoble Alpes), un débat a eu lieu avec Xavier Fontanet et les participants de la journée d’étude. Cette journée d’étude a permis de mettre le livre de Xavier Fontanet en perspective des travaux scientifiques existants, pour situer les propositions de son livre dans ces travaux.

De quoi s’agit-il ? Ce que Fontanet croit, c’est qu’il faut faire confiance aux entrepreneurs. On peut partir de la conjecture que Xavier Fontanet veut ouvrir un dialogue avec la société sur l’importance de la confiance à accorder aux entrepreneurs. Mais que dit-il en pratique ? Son livre reflète-t-il bien ce qu’il croit ? Les arguments utilisés défendent-ils cette croyance ? La réponse à cette question est : pas toujours. Parfois même, c’est le contraire : les arguments utilisés dans le livre contredisent voire invalident la cause qu’il veut défendre. D’où l’importance du travail de finesse épistémologique dont j’ai parlé dans mes précédents billets.

Le point important sur lequel j’insiste est de prendre conscience que la réception des idées de Xavier Fontanet dans les milieux scientifiques a été rendue possible après la traduction de ces idées en langage scientifique (la recension), c’est-à-dire une fois fait le tri entre les différents énoncés présents dans son livre. Ces énoncés, selon une pratique courante dans les ouvrages de dirigeants, mêlaient aux énoncés « scientificisables » des énoncés dogmatiques et des énoncés sentimentaux. Le travail effectué a donc été un double travail de tri puis de réarticulation des idées, permettant ensuite leur réception et leur discussion. Le gain en retour pour Xavier Fontanet a été (selon le bénéfice usuel du processus de contrôle de qualité des idées ici) une amélioration des arguments de l’ouvrage grâce aux critiques et commentaires reçus de la part des spécialistes du domaine.

Mon apport personnel spécifique dans la recension a consisté à choisir un axe (un angle) qu’il m’a paru intéressant de privilégier pour éclairer et situer les analyses du livre : j’ai choisi les présupposés sur l’incertitude économique et financière. En effet, Xavier Fontanet cherche à faire émerger la figure de l’entrepreneur en en montrant son importance pour l’économie française aujourd’hui, en s’appuyant sur son expérience de PDG d’une entreprise qu’il a fait entrer dans le CAC40 grâce à des paris industriels audacieux, innovants et qui ont transformé de manière imprévisible l’état du secteur économique concerné. Or la pensée économique orthodoxe ignore complètement la notion d’incertitude et, pour cette raison, ne peut pas trouver une place adéquate à la figure d’un entrepreneur qui prend cette sorte de pari.

En bref, la recension a :

  1. inscrit la problématique de l’ouvrage dans l’histoire de la pensée économique
  2. inscrit les arguments de l’ouvrage dans les débats de théorie économique
  3. développé plus complètement les arguments de l’ouvrage en les reliant à la modélisation probabiliste
  4. ajouté des éléments absents de l’ouvrage pour insérer l’expérience professionnelle dans un cadre scientifique

Soit les conclusions :

  1. Le livre de Xavier Fontanet s’inscrit dans un courant de pensée qui déplore l’incapacité de la théorie économique classique puis néoclassique de rendre compte de ce que fait réellement, dans sa pratique quotidienne, l’entrepreneur en action.
  2. Le livre de Xavier Fontanet cherche à défendre l’entrepreneur au moyen d’arguments théoriques empruntés à l’école autrichienne.
  3. Le livre de Xavier Fontanet, pour fonder son argumentation sur la défense de l’entrepreneur, pourrait introduire la distinction entre risque et incertitude en montrant sur des exemples que c’est l’affrontement à l’incertitude et non au risque qui caractérise le pari industriel fait par l’entrepreneur.

Pour entrer dans le vif du sujet, je vais maintenant citer ici des passages de la recension que j’ai faite de son livre pour la Revue de philosophie économique (2015, vol. 16). Le texte complet est disponible en ligne sur le portail CAIRN (ici).

 


Extraits de la recension de l’ouvrage dans la Revue de philosophie économique (vol. 16, 2015)


1. Inscription de la problématique de l’ouvrage dans l’histoire de la pensée économique

Absence de l’entrepreneur dans la théorie économique classique puis néoclassique

Revenons là-dessus. La figure de l’entrepreneur parcourt la théorie économique depuis le XVIIIe siècle. C’est au banquier français Richard Cantillon (1680-1734) que l’on doit la première esquisse de ce qui caractérise la personne de l’entrepreneur : dans son Essai sur la nature du commerce en général (1755), Cantillon présente l’entrepreneur comme quelqu’un possédant une aptitude à affronter l’incertain, et le distingue en cela des propriétaires et des fermiers qui vivent de rentes, c’est-à-dire de rémunérations sans incertitude. Cette spécificité disparaîtra progressivement dans la pensée économique ultérieure. Adam Smith (1723-1790) dépersonnalise l’entrepreneur avec la main invisible. David Ricardo (1772-1823) le réduit à un capitaliste (l’entrepreneur est celui qui détient le capital). Jean-Baptiste Say (1767-1832) en fait un organisateur répartiteur de risque en avenir certain. John Stuart Mill (1806-1873) le voit comme une sorte d’intermédiaire obligé entre production et consommation. Alfred Marshall (1842-1924) l’assimile à un manager.

La disparition de l’entrepreneur est confirmée dans la pensée microéconomique classique. Chez Léon Walras (1834-1910), l’entrepreneur est confiné à la fonction de production. Chez Vilfredo Pareto (1848-1923), l’entrepreneur devient l’agent de liaison entre les produits et les marchés. La pensée économique néoclassique achève de faire disparaître la personne de l’entrepreneur avec deux postulats qui rendent inutile sa présence : la transparence du marché (symétrie dans l’information) et l’homogénéité des produits (substituabilité des biens et différenciation par les seuls prix). Au vingtième siècle, John Kenneth Galbraith (1908-2006) considère que l’individu entrepreneur doit être remplacé par des organisations collectives. Enfin, la théorie financière de l’efficacité informationnelle des marchés d’Eugene Fama (1939-) ignore simplement l’entrepreneur, qui a pour principal défaut d’invalider les hypothèses néoclassiques sur lesquelles se fonde cette théorie. La pensée néoclassique définit le risque comme de l’incertitude mesurable, et ne peut modéliser les situations d’incertitude dans lesquelles les statistiques et les lois des grands nombres ne fonctionnent pas. Justement les situations auxquelles l’entrepreneur est confronté.

En résumé, la recension a consisté à réarticuler les arguments de l’ouvrage en situant ses raisonnements dans une perspective d’histoire de la pensée économique. Ce qui me permet de dire :

Le livre de Xavier Fontanet s’inscrit dans un courant de pensée qui déplore l’incapacité de la théorie économique classique puis néoclassique de rendre compte de ce que fait réellement, dans sa pratique quotidienne, l’entrepreneur en action.

2. Inscription des arguments de l’ouvrage dans les débats de théorie économique

Présence de l’entrepreneur dans la théorie économique autrichienne

Où chercher des bons arguments ? Pour rendre raison de son expérience professionnelle, et montrer que l’entrepreneur affronte deux inconnus radicaux, l’inconnu technique et l’inconnu de la concurrence, Xavier Fontanet présente des « grands personnages » issus d’un autre courant de la pensée économique que la théorie néoclassique, l’école autrichienne.

La raison du choix de l’école autrichienne apparaîtra claire à un économiste mais il vaut la peine de dire pourquoi, ce qui n’est pas fait dans le livre qui mentionne juste ces « grands personnages » sans en marquer la profonde inspiration commune, le problème de l’affrontement à l’incertitude. Contrairement à la pensée néoclassique, l’école autrichienne a abordé le problème de l’incertitude radicale de l’inconnu du futur. Karl Popper (1902-1994) a montré l’impossibilité absolue de prévoir les connaissances futures, d’où il en résulte que l’inconnu technique est un inconnu radical pour l’entrepreneur. Joseph Schumpeter (1883-1950) fait de ce progrès technique imprévisible le moteur de l’économie, d’où il en résulte un processus de destruction / création sans fin d’activité nouvelles. Par exemple l’apparition du téléphone portable bouleverse les équilibres des télécommunications, celle de la photographie numérique a pour effet la disparition des fabricants d’appareils photo argentiques les plus solidement établis. Friedrich Hayek (1899-1992) a montré les limites de nos connaissances face à la complexité et l’incomplétude intrinsèque de tout calcul économique. L’interaction des agents entre eux est une source d’incertitude. D’où il en résulte que l’inconnu de la concurrence est un inconnu radical pour l’entrepreneur. L’entrepreneur s’engage dans l’incertain alors que le marché pour ses futurs produits n’existe pas encore. Il n’a pas d’idée précise sur ce que sera l’état du monde au moment où ses produits seront prêts, et doit, en quelque sorte « créer » le marché.

En résumé, pour cet aspect des choses, le travail de recension a consisté à étayer les raisonnements du livre en les ancrant dans une autre théorie économique, la théorie autrichienne. Ce qui me permet de dire :

Le livre de Xavier Fontanet cherche à défendre l’entrepreneur au moyen d’arguments théoriques empruntés à l’école autrichienne.

Ce n’est pas dit comme cela dans son livre, mais le dire comme cela permet à son livre d’être identifié dans les débats entre économistes : on sait « d’où il parle. » Ce sont les fameux « quatre mots » dont j’ai parlé dans mon précédent billet (ici). Faible différence apparente entre la pensée d’origine et la pensée réarticulée, mais importance essentielle pour sa réception au-delà des seuls médias et réseaux sociaux.

3. Développement plus complet des arguments de l’ouvrage en les reliant à la modélisation probabiliste

Où l’on retrouve l’ombre de Knight

Peut-on compléter l’argumentation du livre pour étayer son propos et fonder en théorie son argumentation en faveur de l’entrepreneur ? Oui. Car il apparaît un grand absent dans l’ouvrage, qui pourtant serait très utile pour défendre la thèse soutenue, l’économiste américain Frank Knight (1885-1972). Dans son maître ouvrage Risque, incertitude et profit publié en 1921, Knight a introduit une distinction canonique entre risque et incertitude. Cette distinction permet de relire Fontanet en réorganisant ses réflexions autour de la notion d’incertitude knightienne. Pour Knight, l’incertitude est, soit mesurable par le calcul des probabilités ou les statistiques, soit non. Knight propose de conserver la notion d’incertitude aux situations d’incertain non mesurable et d’appeler « risque » les cas où l’incertitude est mesurable. Ce sont les cas traités par la pensée néoclassique qui ne distingue pas les notions de risque et d’incertitude, et c’est l’une des raisons pour lesquelles l’entrepreneur n’a pas de place dans la pensée néoclassique. Pour Knight, la justification du profit des entrepreneurs n’est pas à chercher dans la rémunération de la prise de risque (mesurable) mais dans un engagement hardi dans l’incertitude (non mesurable) en prenant des risques que ne voudraient pas supporter les autres. C’est exactement ce que cherche à établir Xavier Fontanet, sans trouver la « bonne » piste théorique pour étayer son argumentation.

Poursuivons dans cette voie. La rémunération des entrepreneurs payerait donc quelque chose qui n’est pas contenu dans l’apport en capital des actionnaires et le travail des salariés : l’affrontement des entrepreneurs au danger, qui serait leur travail propre, leur marque (de fabrique) propre. On retrouve ici les analyses de Philippe Silberzahn sur l’entrepreneur. Les entrepreneurs ne sont, de ce point de vue, ni des capitalistes, ni des managers. Le « vrai » entrepreneur travaille dans l’incertain : il n’intervient pas sur des marchés existants qu’il sature, tel Bill Gates, mais crée de toutes pièces des marchés nouveaux par des intuitions géniales de produits qui n’existent pas encore, comme Steve Jobs. Dans un précédent billet (ici), j’ai utilisé La conversation de Palo Alto, le tableau imaginaire que Michel Houellebecq décrit dans son roman La carte et le territoire (2010), pour illustrer la différence entre risque et incertitude dans l’esprit de Knight. Dans ce sens, Knight rejoint l’intuition de Cantillon. C’est – selon moi – ce que cherche à montrer Fontanet. Je propose donc de considérer que le fondement théorique de ce que cet ouvrage cherche à mettre en évidence –  la défense des entrepreneurs – est donné par le cadre conceptuel de l’incertitude radicale chez Knight.

En résumé, le travail a consisté ici à relier la problématique de l’ouvrage avec des questions de modélisation probabiliste, c’est-à-dire à proposer un développement plus complet des arguments. Ce qui me permet de dire :

Le livre de Xavier Fontanet, pour fonder son argumentation sur la défense de l’entrepreneur, pourrait introduire la distinction entre risque et incertitude en montrant sur des exemples que c’est l’affrontement à l’incertitude et non au risque qui caractérise le pari industriel fait par l’entrepreneur.

Une fois cette distinction établie, on peut alors introduire l’importance de la stratégie et la figure de Bruce Henderson (1915-1992). Car, pour naviguer dans cet inconnu radical, il faut des outils méthodologiques.

4. Adjonction d’arguments absents de l’ouvrage pour inscrire l’expérience professionnelle dans un cadre scientifique

Où l’on redécouvre Bruce Henderson et où l’on retrouve Keynes

Bruce Henderson est une personnalité hors du commun dans le monde professionnel américain. Au moment de sa mort, le Financial Times titra : « peu de personnes ont eu un impact aussi important sur le monde des affaires internationales dans la seconde moitié du vingtième siècle que le fondateur du Boston Consulting Group ». Sa très grande reconnaissance professionnelle alla de pair avec une faible reconnaissance universitaire. L’histoire de la pénétration des idées de Bruce Henderson est intéressante à retracer et permet de compléter les analyses de l’ouvrage. On distingue en général trois étapes dans cette histoire : 1) l’enthousiasme des années 1970 sur la courbe d’expérience et les matrices stratégiques; 2) la critique épistémologique engagée dans les années 1980 contre les outils du BCG, en particulier (justement) la courbe d’expérience et les matrices stratégiques, critique qui fit apparaître dans les années 1990 plusieurs limites importantes à ces méthodes; 3) la réhabilitation de ces méthodes dans les années 2000. En 2002, Henderson fut le premier non universitaire à recevoir – à titre posthume – un prix (la médaille d’argent) de la Strategic Management Society. Depuis, il est reconnu comme l’inventeur du métier de conseil en stratégie et de la pensée stratégique du management.

Les impasses de la pensée néoclassique et les débats des années 1930 autour de l’école autrichienne font désormais partie du bagage des économistes universitaires (il existe toute une tradition de recherche que la synthèse néoclassique ne satisfait pas), tandis que les méthodes de stratégie du BCG continuent à faire partie de la boîte à outil des consultants du monde entier. Ma suggestion ici est de considérer que l’articulation entre l’utilisation des méthodes de Bruce Henderson pour pénétrer l’opacité de l’incertitude de Knight, et donc pour compenser par la stratégie les limites de la connaissance et la surprise des inconnus techniques, permet d’insérer l’expérience professionnelle de Xavier Fontanet dans un cadre universitaire, donc propre à être discutée dans les débats scientifiques.

Un autre grand économiste est quasiment absent de l’ouvrage, qu’il mentionne cependant mais en le réduisant à l’interprétation interventionniste qui a été faite de ses travaux, John Maynard Keynes (1883-1946). Pourtant les intuitions de Keynes sur l’incertitude radicale rejoignent les réflexions de Knight. Il s’agit cependant d’une lecture hétérodoxe de Keynes, telle qu’elle existe dans par exemple l’école française de la régulation et des conventions (on pourra voir sur ce thème l’excellente synthèse dirigée par François Eymard-Duvernay, L’économie des conventions. Méthodes et résultats, La Découverte, 2006, sur CAIRN ici). Dès 1921 (la même année que Knight), Keynes insista sur l’impossibilité de réduire l’incertitude radicale par le calcul et, de ce point de vue, Keynes rejoint Hayek sur cette question. La convergence entre Hayek, Keynes et Knight sur l’importance de l’incertitude radicale permet de trouver un solide fondement intellectuel pour contrer la pensée économique néoclassique à partir de son point d’achoppement fondamental : le problème de l’incertitude.

Paradoxe du livre : Keynes est retrouvé (mais non cité) dans la quatrième partie de l’ouvrage, qui valide l’approche keynésienne à propos de la politique d’investissement à adopter dans la perspective du long terme. Xavier Fontanet prend position contre la diversification maximale (notion issue de la pensée néoclassique) pour proposer une diversification moindre voire faible, accompagnée par la connaissance précise des sociétés sur lesquelles on est investi. Cette démarche est exactement celle préconisée par Keynes qui qualifiait la diversification maximale de parodie de politique d’investissement. Face à l’incertitude, il est nécessaire de ne pas diversifier en aveugle. Ce qui montre l’importance de Keynes, en complément de Knight, pour le propos de l’ouvrage. Ici, il aurait été intéressant d’opposer Keynes à Keynes, une lecture de Keynes hétérodoxe qui défend l’incertitude radicale face à une lecture de Keynes orthodoxe, qui le réduit à une machinerie administrative.

 


Christian Walter

Actuaire agrégé, chercheur en philosophie et sciences sociales, spécialiste de la finance / Fully qualified actuary, my research activities relate to financial modelling, history of financial thought, epistemology of finance and ethics of finance.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *