Éthique et gouvernance des modèles de risque / Ethics and governance of risk models

 

Une image d’un cyclone (source : CycloneXtrème)

Irma change de route

« L’ouragan Irma change de route : la côte ouest de la Floride se prépare à être submergée » titrait Le Monde dans son édition du 9/09/17 (ici). Les modèles de prévision des mouvements de l’ouragan avaient prédit un passage par la côte est de la Floride. En conséquence, il avait été décidé de déplacer les populations sur la côte ouest. Mais voilà : l’ouragan, prenant de court les modèles de prévision, a changé sa route à la dernière minute et est passé sur la côté ouest. Résultat que l’on connaît.

Cette surprise par rapport aux prévisions des modèles de risque relatifs aux mouvements des cyclones permet de se poser la question de l’éthique des modèles de risque. Ceci car les modèles de risque amènent à prendre des décisions qui ont ensuite un impact sur le « vrai » monde dans la « vraie » vie, la vie de tous les jours. On peut rapprocher l’erreur de prévision des modèles pour Irma de la crise financière 2008. Dans ce cas également, les modèles de risques avaient été pris en défaut et les conséquences économiques de cette défaillance sont également bien connues. Les modèles de risque construisent une forme de « réalité » à partir des décisions qu’ils induisent.

Prévision et prévisibilité

Il est donc important de s’assurer de la fiabilité des modèles de risque, de vérifier que leur capacité à prévoir est adaptée au phénomène scruté. Il s’agit ici de la prévisibilité du modèle et non de la prévision en tant que telle. L’enjeu n’est pas de donner une prévision de plus ni même de promouvoir telle technique de prévision ou telle norme supplémentaire, mais de construire le socle de la prévisibilité face aux phénomènes réels examinés. C’est-à-dire comprendre la nature de l’incertitude à laquelle on fait face et apprécier la morphologie de l’incertitude.

Cette distinction est importante. A propos de la crise financière de 2008, dans un article publié avec Eric Brian dans La Tribune (21/10/2008), notre diagnostic était qu’il n’y avait pas eu crise de la prévision mais crise de la prévisibilité (ici). Trois conséquences découlent de ce diagnostic en termes d’actions à mener :

  1. Il est nécessaire de comprendre la morphologie particulière de l’irrégularité du phénomène scruté par les modèles de risque. Dans le cas de la crise financière de 2008, il s’agissait du phénomène financier.
  2. Il est nécessaire d’examiner les cadres conceptuels d’acceptabilité du risque, c’est-à-dire de réexaminer les modalités de l’appréhension par les agents économiques de l’irrégularité réelle du phénomène. Il s’agit donc de renoncer à l’idée normative selon laquelle les agents économiques devraient voir le monde financier conformément aux routines de calculs obsolètes.
  3. Il est nécessaire d’examiner le rôle des représentations du risque dans la légitimation des réglementations et des normes. C’est-à-dire qu’il est nécessaire de construire, pour les institutions financières, des règles qui s’appuient sur une restitution réaliste de la forme des phénomènes financiers et de la morphologie de l’incertitude.

Une éthique des modèles de risque

On croit souvent que, pour « moraliser » l’économie, il suffirait de « moraliser » les gens. Les bonnes intentions, les objectifs de rectitude morale assureraient une économie « bonne » car bien orientée par de « bonnes » valeurs. C’est une démarche issue de l’éthique des affaires. Mais on commence à comprendre aujourd’hui que la démarche de l’éthique des affaires est peu efficace car elle est trop centrée sur les seuls individus et pas assez sur les structures.

L’exemple de l’affaire Kerviel à la Société Générale (dont j’ai parlé dans ce carnet : ici) est de ce point de vue quasi-emblématique. La posture morale déontologique est peut-être rassurante, voire gratifiante pour ceux qui l’adoptent, mais totalement inefficace pour faire réellement changer les choses. André Lacroix, professeur de philosophie et d’éthique appliquée à l’université de Sherbrooke la qualifie d’éthique éthérée, de « wishful thinking » (Institut canadien des actuaires, « Voir au-delà du risque », document 217062) c’est-à-dire d’un concept que l’on peut évoquer quand on cherche à paraître « bien » mais sans aucun effet pratique. Pourquoi ? Si on comprend que les modèles de risque ont une réelle influence sur le « vrai » monde, alors il est absolument indispensable de soumettre les modèles de risque à un examen éthique. Entreprendre une éthique de la technique. Mais il ne s’agit plus d’une éthique des affaires ou d’une éthique des individus, bref d’une éthique déontologique : il s’agit d’une éthique des modèles qui relève de l’éthique épistémique.

L’épistémologie devient ainsi nécessaire à l’éthique, selon le triangle éthique que j’ai proposé dans mon article sur le Logos financier (voir : ici et ).

La gouvernance des modèles de risque

Depuis leur origine spécialistes de la modélisation mathématique des risques, les actuaires sont en première loge pour aborder la question des modélisations des risques. Ainsi l’environnement normatif actuariel se caractérise aujourd’hui par l’apparition d’un très grand nombre de normes de bonne pratique actuarielle. L’atelier aura pour objet de travailler à clarifier ces enjeux et ces questions en associant de manière interdisciplinaire actuaires et philosophes.

Atelier organisé par la Chaire Éthique et Finance (FMSH, ISJPS) et l’Institut d’éthique appliquée de l’université Laval à Québec, 15/09/2015. Problématique : ici.


Christian Walter

Actuaire agrégé, chercheur en philosophie et sciences sociales, spécialiste de la finance / Fully qualified actuary, my research activities relate to financial modelling, history of financial thought, epistemology of finance and ethics of finance.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *