Un travail de fourmi / An ANT job

La « sociologie de la traduction » (textes fondateurs en ligne : ICI – Wikipédia : ICI) a été développée par Bruno Latour, Madeleine Akrich et d’autres chercheurs au Centre de sociologie de l’innovation de L’École des Mines de Paris. Son succès a été tel qu’on a pu parler de « tournant performatif dans les sciences sociales » (Licoppe, 2010 : ICI). La revue Études de communication y a consacré un numéro spécial (Performativité : Relectures et usages d’une notion frontière) dans lequel on lira en particulier l’article de Marc Lenglet, « Des paroles aux actes : usages contemporains de la performativité dans le champ financier » (en ligne : ICI).

Cette sociologie vise l’examen minutieux et détaillé des étapes par lesquelles les théories deviennent des pratiques, au moyen des outils de calculs et des logiciels de gestion. On retrouve ici une question importante : comment traduire en instruments pratiques pour les professionnels ce que la théorie propose, et comment ont été pratiquement traduits les énoncés théoriques. La sociologie de la traduction examine le passage « pas à pas » d’une théorie dans la pratique par des dispositifs de gestion. C’est l’une des clés de la performativité, examinée très en détail par la sociologie de la traduction.

Cette sociologie est aussi connue par son acronyme anglais ANT (pour Actor-Network Theory), qui désigne la manière dont la « science » est tissée par un réseau d’hommes et de machines, de ce qui est proprement « humain » et ce qui ne l’est pas.

Je voudrais proposer ici une traduction possible en français de l’acronyme ANT. Je pars de l’idée que la sociologie de la traduction, en suivant la production pas à pas de la science, fait un véritable travail de fourmi dans l’analyse de la science, dans un double sens : à la fois qui avance comme une fourmi (pas à pas) et qu’on étudie pas à pas. J’observe que le mot anglais de fourmi est ant. L’acronyme ANT n’a-t-il pas été choisi pour cette raison ?

Marc Lenglet (EBS, voir aussi ICI) m’a rappelé que la réponse a été donnée par Bruno Latour lui-même dans son ouvrage Changer de société. L’acronyme ANT commençait à être critiqué et Latour explique (p. 18-19) :

J’étais prêt à laisser tomber ce label au profit d’appellations plus sophistiquées, comme « sociologie de la traduction », «  ontologie de l’actant-rhizome », ou « sociologie de l’innovation » , lorsque quelqu’un m’a fait remarquer que l’acronyme ANT était tout à fait adapté – du moins dans la langue anglaise où il veut dire aussi « fourmi » – pour désigner un voyageur myope qui ne peut suivre des traces qu’en les reniflant, et qui marche à l’aveugle et en groupe : une fourmi écrivant pour d’autres fourmis, voilà qui correspond parfaitement à mon projet.

Sociology of ANT peut donc être parfaitement traduit par sociologie de la FOURMI

Aucune des présentations françaises de l’ANT ne mentionne cette traduction, et l’acronyme n’a pas été traduit. Mais il y a ce possible jeu de mots. Jouant sur les acronymes et les ressources de la langue française, j’imagine que l’on pourrait traduire ANT par FOURMI dans le sens d’une « Forme d’Organisation Unifiant un Réseau de Machines et d’Individus ».

Car on a bien affaire ici à une sociologie de fourmi, au ras du sol (sans aucune connotation péjorative dans ce terme), en suivant pas à pas le réseau de machines et d’individus, sans adopter une perspective de hauteur, ni un point de vue surplombant. On ne voit rien, on suit le réseau telle une fourmi qui avance lentement et en zigzagant. Les qualités de la fourmi sont bien connues en zoologie.

C’est justement grâce à cette avancée en fourmi que l’on peut espérer faire des découvertes intéressantes sur la science en train de se faire, et que la fécondité du travail de l’ANT (de la FOURMI) apparaît. Les très nombreux résultats de cette approche (comme par exemple le récent Fabrique de la finance) témoignent, s’il en faut, de cette fécondité.

.


Christian Walter

Actuaire agrégé, chercheur en philosophie et sciences sociales, spécialiste de la finance / Fully qualified actuary, my research activities relate to financial modelling, history of financial thought, epistemology of finance and ethics of finance.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *