Finance verte et virus brun

 

 

Une tendance actuelle pour prendre en compte financièrement les caractéristiques écologiques ou environnementales associées à la notion de “long terme” est de calculer des valeurs actuelles d’impacts futurs avec des taux d’actualisation[1] incluant des primes de risques calées sur l’environnement. Qu’en penser ?

Discontinuité et incertitude

Le rapport à l’incertitude du futur environnemental est déterminant car il fonde la relation entre temps et valeur. Dans l’exemple du taux d’actualisation “écologique”, on pense souvent qu’il s’agit seulement de rabattre le futur (le numérateur : la catastrophe écologique à venir) sur le présent (le dénominateur : le taux de rabat de cette catastrophe), et que la question importante est celle du choix du taux de rabat.

La donnée centrale de cette formule est son numérateur. Ce n’est jamais une donnée que l’on peut saisir d’emblée. C’est une construction mathématique sur le futur économique – ici l’avenir climatique – en un mot, une espérance mathématique au sens du calcul des probabilités. Les arguments techniques mobilisés (préférence pour le présent, aversion au risque, etc.) ne remettent pas en cause ce paradigme incassable des calculs financiers. Ajouter des termes au dénominateur pour prendre en compte des considérations écologiques n’est pas suffisant tant que la fiction de continuité synchronisée n’a pas été remplacée par une autre convention du rapport à l’incertitude économique.

Dans Critique de la valeur fondamentale et Risques financiers extrêmes et allocation d’actifs, nous avons montré que seules des modélisations à base de discontinuités peuvent permettre de rendre compte d’espérances mathématiques de long terme qui seraient des multiples des valeurs de court terme une fois certains seuils dépassés (comme par exemple un niveau de température). Avec des processus aléatoires partout discontinus, ce qui reste à long terme – même s’il ne se passe rien pendant de longues années – provient, et ne provient que, de la partie discontinue du processus. Les calculs de valeur actuelle sont modifiés par l’usage de processus aléatoires discontinus.

Un virus de la pensée

Dans deux articles publiés dans The Conversation (cliquer sur les hyperliens), j’ai soutenu que le principe de continuité est un obstacle mental majeur pour l’élaboration de modèles de long terme et que ce principe, en tant que modèle mental, a agi comme une des causes importantes de la crise de 2008.

Mon hypothèse est la suivante. Ce n’est pas seulement en ajoutant des termes au dénominateur pour tenir compte des caractéristiques imaginaires de long terme qu’on résoudra le problème de la temporalité du risque environnemental. Il faut accepter le discontinu et le traiter de manière adéquate. Rejeter le modèle mental fondé sur le principe de continuité est un enjeu éthique.

Les débats actuels autour de la transition écologique et de l’adjonction de primes de risque pour tenir compte de la nature particulière de ces problèmes sont une illustration de la croyance dans le rôle du taux d’actualisation et de la « valeur actuelle. » Ces débats sont pour le moment contaminés par le principe de continuité. De manière métaphorique, nous avions appelé la forme mathématique de ce principe le “virus brownien” pour désigner sa prédominance dans le monde de la finance (pratiques financières comme modélisation financière) ?

On sait que la plante Clarkia pulchella doit sa renommée à son utilisation par le botaniste Robert Brown dans la description du mouvement de particules appelé par la suite mouvement brownien. Cette plante donnait de jolies fleurs, bien plaisantes aux regards de ceux qui aimaient les bouquets fleuris. Mais ces jolies fleurs répandirent partout leur pollen contaminé.

Une autre catastrophe écologique…

 

 

[1] L’actualisation a pour but de déterminer la valeur actuelle (aujourd’hui, à l’instant t) de flux d’argent qui se produiront dans le futur. Elle permet de comparer entre eux des projets d’investissement ou des coûts de risques futurs.

 


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Christian Walter (1 décembre 2015). Finance verte et virus brun. EpistemoFinance. Consulté le 15 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/ogup


Christian Walter

Actuaire agrégé, chercheur en philosophie et sciences sociales, spécialiste des représentations du hasard en finance et dans les modèles de risque / Fully qualified actuary, academic researcher in philosophy and social sciences, specialised in the representation of chance in finance and risk models

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search