La rémunération des entrepreneurs

Peut-on justifier (avec quelle sorte d’arguments ?) la rémunération élevée des chefs d’entreprise et les écarts très importants de revenus entre les salariés et les dirigeants d’une entreprise ? L’ouvrage de Thomas Piketty (Le capital au XXIe siècle, 2013), parmi d’autres, est venu attirer l’attention sur ces écarts. Quand il était ministre de l’économie, Emmanuel Macron a eu cette phrase : “la vie d’un entrepreneur est bien souvent plus dure que celle d’un salarié” (voir Le Monde, 20/01/2016). Ce serait donc la dureté qui justifierait l’écart de revenus ?

Je vais proposer ici un commentaire en trois temps : 1) le rappel de l’argument de l’entrepreneur Frederick Hawley contre les économistes entre 1891 et 1900; 2) une réponse des philosophes moraux à cet argument; 3) l’apport de Frank Knight dans ce débat. Cette réflexion est développée dans deux articles. Celui que j’ai publié dans la Revue de philosophie économique, vol. 16 (1), p. 135-145 (2015), “Si on faisait confiance aux entrepreneurs : l’entreprise française et la mondialisation, Xavier Fontanet“, et dans celui publié dans la Revue Française d’économie, vol. 38 (3), p. 3-30 (2023), “La mesure de l’incertitude radicale en économie : un roman du hasard ?“. Je propose de considérer que le tableau imaginaire La Conversation de Palo Alto proposé par Michel Houellebecq dans son roman La Carte et le Territoire illustre parfaitement la distinction entre risque et incertitude selon Frank Knight et permet de poser à nouveaux frais l’éternelle question des clients d’une entreprise (les connaître, les trouver, les comprendre etc.) et de la rémunération des entrepreneurs.

En conclusion, je suggère que le comportement de l’entrepreneur est irréductible à la démarche bayésienne classique et que son fonctionnement suit plutôt un mode quantique de décision. Pour le dire autrement, c’est parce que l’entrepreneur aurait un mode quantique de fonctionnement qu’il pourrait affronter avec succès l’incertitude radicale. Ce qui plaide pour l’usage de l’ethnomathématique [1] dans la recherche de la modélisation à adopter pour comprendre le comportement des entrepreneurs, leurs succès comme leurs échecs.

Le cri de l’entrepreneur : « nous, nous prenons des risques ! »

La critique de Karl Marx de l’exploitation du travail par le capital est connue. Il est moins connu que la polémique sur ce sujet fit rage aux États-Unis entre 1891 et 1904 dans la célèbre revue Quarterly Journal of Economics. De quoi s’agissait-il ?

La controverse fut ouverte par un chef d’entreprise américain qui travaillait dans le commerce du bois de charpente : Frederick Hawley (1843-1929). Il s’opposa aux thèses de l’économiste Eugen von Böhm-Bawerk (1851-1914). Böhm-Bawerk justifiait le profit des entreprises par la rémunération de l’apport du capital et du travail fourni, soulevant la question sociale de la répartition de la rémunération entre capital et travail (voir Marx). Entrepreneur proche du terrain, Hawley dit « non » à l’économiste ! Il expliqua qu’il manquait dans cette analyse un élément important : la rémunération du risque.

Les quatre articles qu’il publia entre 1891 et 1900 déclenchèrent une véritable tempête intellectuelle. Hawley poussa l’idée selon laquelle les profits élevés des entrepreneurs ne provenaient ni du capital, ni du travail (qui ne pouvaient justifier que des rémunérations « raisonnables»), mais de la capacité des entrepreneurs à s’engager hardiment dans le futur inconnu en prenant des risques que ne voudraient pas supporter les autres.

La rémunération « élevée » payerait donc quelque chose qui n’est pas contenu dans l’apport en capital des actionnaires et le travail des salariés: l’affrontement des entrepreneurs au danger, qui serait leur travail propre, leur marque (de fabrique) propre. Les entrepreneurs ne sont, de ce point de vue, ni des capitalistes, ni des managers. C’est, rappelle Le Monde, ce que voulait signifier le commentaire du ministre : la phrase, volontiers provocatrice, de M. Macron, portait surtout sur les risques inhérents au fait de lancer une entreprise, que ne connaissent pas les salariés (« parce qu’il peut tout perdre lui », précisait M. Macron).

La prise de risque ne peut pas justifier les profits élevés

L’idée que le profit des entreprises rémunère le risque pris n’est pas nouvelle : la pensée économique classique et néoclassique l’a répété maintes fois.

Mais ce n’est pas une bonne idée car cet argument peut être retourné contre ceux qui l’utilisent, comme l’ont montré les philosophes canadiens Patrick Turmel et David Robichaud dans La juste part. Repenser les inégalités, la richesse et la fabrication des grille-pains (Les liens qui libèrent, 2016), voir Libération, 20/01/16.

couv_lajustepart

Sur quoi veut donc insister Hawley ?

Risque et incertitude : clients existants ou marchés à inventer ?

C’est l’économiste américain Frank Knight (1885-1972) qui apporta la réponse en introduisant, dans son ouvrage Risque, incertitude et profit publié en 1921, une distinction devenue depuis canonique entre risque et incertitude. Dans les raisonnements usuels de la pensée économique, le risque est perçu comme une incertitude mesurable par le calcul des probabilités. Mais il existe des situations dans lesquelles l’incertitude sur l’avenir n’est pas mesurable et encore moins réductible par des probabilités. Pour Knight, ce que Hawley désigne par « risque » est en réalité de l’incertitude : la justification du profit des entrepreneurs n’est pas à chercher dans la rémunération de la prise de risque (mesurable), mais dans un engagement hardi dans l’incertitude non mesurable.

Le « vrai » entrepreneur travaille dans l’incertain : il n’intervient pas en prenant des risques sur des marchés existants, mais en s’engageant résolument dans l’incertitude radicale pour la résoudre. Il résout l’incertitude par une interaction avec son environnement. C’est une forme d’acte de foi, ou d’espérance dans sa capacité à modifier un environnement dont il ne peut pas connaître toutes les occurrences possibles probabilisables. Il applique la maxime de Napoléon : face à l’incertitude, « on s’engage et puis on voit ». L’acte de s’engager crée le nouvel environnement. Le comportement de l’entrepreneur ne valide pas les hypothèses fondamentales de la théorie du choix rationnel. Il semble que l’entrepreneur adopte un comportement totalement différent d’une approche bayésienne de la prise de décision. Avec l’entrepreneur, la théorie du choix rationnel est prise en défaut. L’entrepreneur a un mode de fonctionnement qui s’apparente davantage avec le « jeu avec le ‘‘je’’ » selon la notion que j’ai introduite ICI.

Il semble qu’il y ait bien un problème de formulation pour qualifier ce qui caractérise l’entrepreneur, ce que reconnaît Emmanuel Macron quand il dit avoir eu tort dans la formulation tout en conservant ses convictions sur le fond. Mais quel fond ? Je dirais ici : quand on pense l’activité de l’entrepreneur en termes de risque et non d’incertitude, on est conduit à une impasse conceptuelle dont la trace est constituée précisément par les apories relevées par les contradicteurs du ministre (voir Libération du 20/01/2016). Dans ces régimes d’incertitude, la puissance du calcul et les conditions de la prévision sont pris en défaut : il est nécessaire d’utiliser des cadres d’analyse très différents de ceux de la pensée néoclassique. J’ai introduit ces cadres dans les chapitres 7 et 8 de mon livre Critique de la valeur fondamentale.

Dans mon article « Risque, incertitude, profit et éthique de l’entreprise » publié dans la revue des entrepreneurs et dirigeants chrétiens, Dirigeants chrétiens (n° 71, mai-juin 2015), j’ai voulu faire apparaître les enjeux de cette différence dans l’organisation du débat public et dans la manière de penser l’éthique du profit. Je suggère que, en régime d’incertitude, l’éthique du profit pourrait être réexaminée à la lumière des catégories scolastiques issues du débat sur l’usure. De la même manière, dans mon article « Les filets du diable » publié dans Foi & Vie [En ligne], je suggère que, dans le cas de la rencontre amoureuse en régime d’incertitude, c’est la volonté de maîtrise du risque qui produit désillusion, cynisme et découragement.

Dans son roman La Carte et le Territoire (Flammarion, 2010, prix Goncourt), Michel Houellebecq décrit un tableau imaginaire : La Conversation de Palo Alto. Bill Gates et Steve Jobs s’entretenant du futur de l’informatique, huile sur toile. Houellebecq remarque que l’entrepreneur n’intervient pas sur des marchés existants qu’il sature, tel Bill Gates, mais crée de toutes pièces des marchés nouveaux par des intuitions géniales de produits qui n’existent pas encore, comme Steve Jobs. Je suggère que ce tableau imaginé par Houellebecq illustre visualise la différence entre risque et incertitude selon les catégories de Knight.

La conséquence pratique sur le débat récurrent de la clientèle est la suivante : il s’agit donc moins de connaître ses clients de les inventer.

Un mode quantique de décision ?

Une question théorique qui surgit aussi de cette considération est la suivante. Puisque le modèle de l’approche bayésienne ne peut pas rendre compte de la démarche de l’entrepreneur, quel type de modélisation serait adaptée à cette caractéristique ?

Nous verrons dans un autre article que les modèles quantiques de la décision semblent assez pertinents pour modéliser le fonctionnement de l’entrepreneur. Pour le dire autrement, l’entrepreneur aurait un mode quantique de décision, un fonctionnement quantique au sens de la modélisation quantique de la décision, et ceci expliquerait à la fois l’impossibilité pour la théorie du choix rationnel à rendre compte de la démarche de l’entrepreneur et l’absence de la figure de l’entrepreneur dans la théorie économique classique puis néoclassique.


[1] L’ethnomathématique est une discipline à la croisée de l’anthropologie et des mathématiques, dont l’objet est de découvrir dans les pratiques d’acteurs apparemment éloignés de toute démarche mathématique, mais guidés par leur propre conceptualisation du monde, du temps et de l’espace, des mathématiques non écrites en attente d’une écriture adaptée. La démarche consistera alors à faire émerger, à rendre visible, les idées mathématiques mises en œuvre. Ici, il s’agira des entrepreneurs et plus généralement du secteur du non coté.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Christian Walter (28 janvier 2016). La rémunération des entrepreneurs. EpistemoFinance. Consulté le 15 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/oguv


Christian Walter

Actuaire agrégé, chercheur en philosophie et sciences sociales, spécialiste des représentations du hasard en finance et dans les modèles de risque / Fully qualified actuary, academic researcher in philosophy and social sciences, specialised in the representation of chance in finance and risk models

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Piaar dit :

    Il y a également la question du dirigeant non-propriétaire de l’affaire mais qui peut avoir une rémunération extrêmement importante. Cette question non abordée met à mal la thèse développée par Christian Walter en ce sens que le dirigeant uniquement salarié n’est pas concerné par ces notions de risque et d’incertitude. Sa rémunération élevée est liée à un contrat de travail négocié et à des objectifs de performance. De plus ces types de dirigeants ne sont pas légion sur le marché d’où l’offre de contrat extrêmement séduisante comme pour les grands artistes, sportifs, créateurs, et autres personnes extrêmement doués donc rares. Pourquoi se pose-t-on la question de la rémunération de Bill Gates et jamais celle de M’Bapé, Hamilton, Ducasse ou Soulages ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search