Régulation prudentielle : un problème mal posé

BONNE ANNÉE 2016 A TOUS !

Pour commencer l’année, ci-dessous la conclusion d’un article que je publiai il y a 20 ans dans Marchés et techniques financières (mai 1996, n° 81, p. 18-22) : “Les fractales, les cycles et les crises”. Le texte portait sur les risques des produits dérivés.

En 2016, il n’y a hélas rien à changer au texte. Les alertes exprimées restent toujours pertinentes : 20 ans plus tard, les régulations prudentielles continuent à s’appuyer sur une représentation dangereuse de l’incertitude économique et financière. Cette représentation est abordée dans l’ouvrage collectif Nouvelles normes financières. S’organiser face à la crise.

20 ans plus tard, le problème est toujours “mal posé”.

La notion de “problème bien posé” est due au mathématicien français Jacques Hadamard (1865-1963).

Le problème du risque des marchés, d’actualité avec l’émergence des considérations prudentielles, est généralement posé au travers d’un prisme gaussien d’analyse des fluctuations boursières. Mais des problèmes qui sont bien posés dans un univers gaussien ne le sont plus dans un univers parétien.

Irréductibles à la nature lisse et domestiquée du hasard gaussien, les marchés font apparaître des possibilités de passages rapides d’une zone tempérée à une zone tropicale. Ces changements brusques de régime nécessitent une approche renouvelée de l’évaluation des risques.

Faute de quoi les épisodes économiques illustrés par les histoires bibliques de Joseph[1] et de Noé[2] sont là pour nous rappeler que, lorsqu’on veut contraindre la réalité économique dans un cadre qui n’est pas le sien, l’économie réelle finit toujours par reprendre ses droits.

Natura facit saltus[3]

 

Pour citer cet article : Christian Walter, "Régulation prudentielle : un problème mal posé," publié dans EpistemoFinance, 03/01/2016, https://epistemofinance.hypotheses.org/1551.

 

[1] Sept ans de vaches grasses et sept ans de vaches maigres, soit les vagues de l’économie : des phénomènes de pseudocycles lents et apériodiques, comme les corrélations longues (hausses ou baisses persistantes) sur les marchés financiers.

[2] Déluge sur l’économie, soit les krachs, les bulles et autres crises financières.

[3] “La nature fait des sauts”, soit le contraire de l’affirmation de Leibniz, selon laquelle les choses évoluent lentement et de manière régulière. Voir une présentation dans Risques financiers extrêmes et allocation d’actifs.


Christian Walter

Actuaire agrégé, chercheur en philosophie et sciences sociales, spécialiste des représentations du hasard en finance et dans les modèles de risque / Fully qualified actuary, academic researcher in philosophy and social sciences, specialised in the representation of chance in finance and risk models

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search