Pour une gestion postmoderne des portefeuilles / Postmodern portfolio management

Ce n’est pas en perfectionnant la bougie qu’on a inventé l’ampoule électrique“. Cette phrase résume ce que j’ai cherché à dire à la Journée nationale des investisseurs du 3 décembre dernier (vidéo ci-dessous : placer le curseur à 1h02). La théorie du portefeuille (Markowitz, 1952; Sharpe, 1964) est appelée “théorie moderne du portefeuille” et a été couronnée par deux “prix Nobel” d’économie.

Je dis que cette théorie moderne n’est plus adaptée aujourd’hui (l’a-t-elle seulement jamais été ?) à la gestion efficace des portefeuilles réels, et qu’il est temps de passer à une gestion que j’appelle “postmoderne” dans le sens de “après la domination du cadre moyenne-variance”.

A la table ronde “Comment piloter son allocation d’actifs dans un monde instable“, j’ai proposé une analyse sur les trois points suivants.

1) La gestion des portefeuilles reste enchâssée dans un cadre “moderne”

J’observe la présence toujours très forte d’un schéma de pensée qui date des années 1950 aux États-unis : le cadre d’analyse moyenne-variance, que j’appelle une forme symbolique de la gestion des portefeuilles. En m’appuyant sur le chapitre 4 de Le modèle de marche au hasard en finance, je montre que cette forme symbolique se manifeste dans trois pratiques professionnelles :

  1. La tripartition des décisions d’investissement, soit la division des décisions d’investissement en trois décisions distinctes : la stratégie d’investissement en grandes classes d’actifs (par exemple 30% en actions et 70% en obligations), les décisions “tactiques” de changement de cette stratégie (par exemple surpondération de la part actions si l’on est optimiste sur les marchés, soit 40% en actions et 60% en obligations) et finalement les choix de titres pour remplir les “poches” correspondantes (par exemple les 40% actions doivent-ils être investis en indices de références ou en titres sélectionnés).
  2. La définition de critères professionnels de ce que doit être un “bon” gérant, soit sa “feuille de route”, par le critère du suivi du risque : un contrat de risque.
  3. La réduction du risque à la seule volatilité issue du cadre moyenne-variance.

2) Les professionnels ne sont plus satisfaits de ce cadre “moderne”

Je constate l’existence d’une insatisfaction des professionnels aujourd’hui par rapport à ce cadre. Je relève que cette insatisfaction s’exprime en particulier par deux attentes sans réponse :

  1. Le besoin de la prise en compte du long terme : le cadre moyenne-variance est totalement inapte à intégrer le long terme puisque ses hypothèses fondamentales n’ont pas été conçues pour cela. C’est un cadre statique monopériodique.
  2. Le besoin de la prise en compte des risques extrêmes : une allocation d’actifs qui permette de naviguer par tous les temps, y compris par gros temps. Le cadre moyenne-variance est totalement inapte à prendre en compte les tempêtes des marchés puisque ses hypothèses fondamentales n’ont pas été conçues pour cela : c’est un cadre gaussien sans événements rares.

Des outils existent cependant pour passer d’un cadre moderne à un cadre postmoderne (comme ceux décrits dans Risques financiers extrêmes et allocation d’actifs) mais, bizarrement, on assiste à un frein à leur mise en place : une réglementation prudentielle qui s’appuie encore sur le cadre moderne.

3) La réglementation prudentielle continue à imposer ce cadre “moderne”

Je constate que la réglementation internationale continue à opérer avec le cadre moyenne-variance, voire même décide de l’imposer alors que les spécialistes de la recherche en finance l’ont abandonné. Je dis donc qu’il y a une colonisation tardive de la réglementation prudentielle par le cadre moderne.

De l’avis de tous les professionnels, on est passé d’un contexte où l’attitude à suivre pour être un “bon” gérant était la prudence à une attitude où tout devient possible pour autant que l’on puisse en fournir une quantification en termes de risque réduit à la volatilité. Pour le dire autrement, on a remplacé une prudence non calculable par une imprudence calculable. L’imprudence calculable est un effet secondaire de l’usage du cadre moderne.

Dans ce nouveau contexte marqué par l’émergence des modèles dans les prises de décision, il apparaît clairement un rôle nouveau pour une nouvelle fonction : celle de la gouvernance des modèles et de leur validation.

 

Pour m’écouter, placer le curseur à 1h02.

Voir toutes les vidéos sur le site de la Journée nationale des investisseurs


Christian Walter

Actuaire agrégé, chercheur en philosophie et sciences sociales, spécialiste de la finance / Fully qualified actuary, my research activities relate to financial modelling, history of financial thought, epistemology of finance and ethics of finance.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.