Les origines du virus brownien / The origins of the Brownian virus

J’ai proposé l’hypothèse du virus brownien après la crise financière de 2008 pour compléter les analyses alors existantes de la crise (économique, financière, réglementaire, monétaire etc.) par une analyse de la dimension cognitive de la crise. Le terme de « brownien » vient du nom du processus aléatoire imaginé par le botaniste écossais Robert Brown (1773-1858).Robert_Brown_(botanist)

Au chapitre 5 de mon ouvrage Le modèle de marche au hasard en finance, (p.265-268), le virus brownien est défini comme la réactualisation d’une notion utilisée par Durkheim dans Le suicide (1930), celle de « courant de pensée » dans le sens épidémiologique. Je veux dire par là que la représentation brownienne s’est propagée parmi les acteurs du monde financier (universitaires comme professionnels) tel un courant de pensée suicidogène puissant et dangereux. Pourquoi ?

Je compare le « virus brownien » à un courant de pensée suicidogène car cette manière de penser l’incertitude a pour effet de créer un environnement, intellectuel d’abord puis social, qui détruit les réflexes de prudence des professionnels du risque, les amenant à s’exposer sans aucune mesure : c’est l’hubris de la finance dont on a abondamment parlé. Lorsqu’on est spécialiste de l’appréciation du risque et qu’on oublie toute mesure dans l’évaluation des risques, ce comportement ordalique s’apparente à un suicide professionnel. De fait, cette manière de penser l’incertitude et ses conséquences catastrophiques ont conduit à une perte de confiance dans la profession financière, posant la question de la compétence des professionnels. Un remarquable ouvrage récent de Boudewijn de Bruin explique bien ce problème : Ethics and the Global Financial Crisis: Why Incompetence is Worse than Greed (2015).

Ce courant de pensée s’est massivement diffusé dans les populations de professionnels travaillant dans le secteur financier, comme une sorte de contagion des idées. Il est important ici de ne pas confondre, selon les mises en garde de Durkheim (1897) lui-même, les notions de contagion et d’imitation. Dans mon hypothèse, je considère qu’il ne s’agit pas de contamination par imitation : les professionnels ne se sont pas imités les uns les autres dans leur conduite ordalique. Je dis qu’ils ont été les uns et les autres plongés dans un environnement intellectuel pathogène. Cela n’innocente pas des comportements irresponsables observés, mais cela indique qu’une dimension cognitive doit être considérée dans la crise financière.

Un article dans Le Monde 17/10/2009 rappelle pourtant que « La crise n’a pas remis en cause les modèles mathématiques utilisés dans les banques« . Ce qui milite pour un développement de l’analyse épistémologique des modélisations de mathématiques financières. C’est ce qu’on appelle aussi l' »éthique épistémique » ou éthique des vertus appliquée à la connaissance (ici la connaissance scientifique).

Une vidéo enregistrée au salon Patrimonia en 2011 est visible ici.


Christian Walter

Actuaire agrégé, chercheur en philosophie et sciences sociales, spécialiste de la finance / Fully qualified actuary, my research activities relate to financial modelling, history of financial thought, epistemology of finance and ethics of finance.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *