L’hypothèse du virus brownien

L’hypothèse de ce que j’ai appelé le “virus brownien” a été proposée après la crise financière de 2008 pour apporter une réponse originale et nouvelle à une problématique générale qui déployait des analyses classiques de la crise (économique, financière, réglementaire, monétaire etc.). Cette hypothèse portait sur le rôle joué par une représentation particulière du hasard, élaborée à partir du modèle imaginé par le botaniste écossais Robert Brown (1773-1858) pour le mouvement des particules de pollen dans un liquide, appelée le mouvement de Brown ou mouvement brownien. Je proposais de compléter les approches “économiques” de la crise par une analyse cognitive sur les conséquences de la compréhension du hasard chez les acteurs financiers, compréhension forgée une représentation trompeuse du hasard financier. Cette notion de “compréhension trompeuse du hasard” est introduite dans mon article de 2008 “La représentation brownienne du risque : une faute morale collective ?” (ICI) qui pose la question de la relation entre représentation du hasard et éthique.

Cette représentation trompeuse du hasard a créé une fiction narrative donnant l’illusion d’une maîtrise totale du risque ainsi qu’un discours de connaissance sur les risques financiers qui évacua totalement l’idée d’un danger potentiel sur les couvertures des instruments dérivés. Dans une interview donnée au Monde le 17/10/2009, je disais que “La conception brownienne imprègne les esprits. Cette narration du hasard a eu un effet catastrophique sur les acteurs financiers, les amenant à agir de manière radicalement inadéquate au moment de l’augmentation des encours des crédits hypothécaires “subprimes“. La gestion du risque qui reposait sur cette représentation brownienne du risque a conduit à prendre des positions dangereuses de plus en plus importantes, jusqu’à l’éclatement de la bulle financière avec la faillite de la banque Lehman Brothers.

Puis j’ai réactualisé une notion utilisée par Durkheim dans Le suicide (1930), celle de “courant de pensée” dans le sens épidémiologique (voir Le modèle de marche au hasard en finance p. 265-268), pour proposer l’idée que la représentation dangereuse du hasard s’était propagée parmi les acteurs du monde financier (universitaires comme professionnels) tel un courant de pensée. J’ai appelé ce courant de pensée le “virus brownien”. Ce courant de pensée s’est massivement diffusé dans les populations de professionnels travaillant dans le secteur financier et la gestion des risques, ce qui pose la question du statut épistémologique des pratiques professionnelles de gestion des risques qui reposent sur une représentation du hasard. Notons qu’il est important de ne pas confondre, selon les mises en garde de Durkheim lui-même, les notions de contagion et d’imitation. Dans l’hypothèse du virus brownien, je considère qu’il ne s’agit pas de contamination par imitation : les professionnels ne se sont pas imités les uns les autres dans leur conduite ordalique. Je dis qu’ils ont été les uns et les autres plongés dans un environnement intellectuel marqué par une représentation toxique du hasard. Cela n’innocente pas des comportements irresponsables ou frauduleux observés, mais cela indique qu’une dimension cognitive doit être considérée dans la crise financière et que les modalités des représentations du hasard doivent absolument être prises en compte dans toute évaluation éthique de la catastrophe de 2008.

Par ailleurs, j’ai comparé le virus brownien’ à un courant de pensée suicidogène car cette manière de penser l’incertitude a eu pour effet de créer un environnement, intellectuel d’abord puis social, qui a détruit les réflexes de prudence des professionnels du risque, les amenant à s’exposer sans aucune mesure : c’est l’hubris de la finance dont on a abondamment parlé. Lorsqu’on est spécialiste de l’appréciation du risque et qu’on oublie toute mesure dans l’évaluation des risques, ce comportement ordalique s’apparente à un suicide professionnel. De fait, cette manière de penser l’incertitude et ses conséquences catastrophiques ont conduit à une perte de confiance dans la profession financière, posant la question de la compétence des professionnels. L’ouvrage de Boudewijn de Bruin Ethics and the Global Financial Crisis: Why Incompetence is Worse than Greed (2015) explique bien ce problème.

Le virus brownien pose la question du rôle des représentations du hasard dans le fonctionnement de la finance mondiale. On voit que trois types de réflexions sont à la fois nécessaires et mobilisées avec cette hypothèse. Une réflexion historique, épistémologique et éthique :

  • Une réflexion historique. L’histoire des représentations du hasard en finance depuis le milieu du XIXe siècle permet de saisir comment la représentation du hasard détermine les rôles et fonctions des acteurs financiers, ainsi que le choix des outils et instruments conçus et utilisés. Le livre Le modèle de marche au hasard en finance présente ces travaux.
  • Une réflexion épistémologique. Elle permet de questionner le statut des pratiques professionnelles et de mieux comprendre l’attitude des professionnels devant le risque, ce qui milite pour un développement de l’analyse épistémologique des modélisations du risque financier. L’article “The Brownian Motion in Finance: An Epistemological Puzzle” (Topoi 40 (4):1-17, 2021) présente cette réflexion.
  • Une réflexion éthique. La réflexion éthique permet de qualifier les choix intellectuels effectués pour les représentations du hasard selon les conséquences sociétales de ces choix, ce qui appelle un développement de l’éthique épistémique ou éthique des vertus appliquée à la connaissance et aux discours de connaissance. L’article “The financial Logos: The framing of financial decision-making by mathematical modelling” (Research in International Business and Finance, 37, mai 2016) introduit cette réflexion avec la notion de “Logos financier“.

 


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Christian Walter (31 janvier 2016). L’hypothèse du virus brownien. EpistemoFinance. Consulté le 15 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/oguw


Christian Walter

Actuaire agrégé, chercheur en philosophie et sciences sociales, spécialiste des représentations du hasard en finance et dans les modèles de risque / Fully qualified actuary, academic researcher in philosophy and social sciences, specialised in the representation of chance in finance and risk models

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search