La martingalisation des marchés financiers / The martingalisation of financial markets

Par « martingalisation des marchés financier »,  je désigne un enrênement du marché financier au moyen de normes de régulation prudentielle.

D’après Wikipédia, « les enrênements sont des moyens mécaniques qui agissent sur l’attitude du cheval, généralement sur le placement de la tête et de l’encolure, ainsi que leur angle de fermeture. Leur fonction peut être de stabiliser le cheval dans une attitude pratique ». Les martingales sont des enrênements particuliers.

Les normes de régulation agissent tels des « moyens mécaniques » sur la dynamique des marchés financiers (leur « attitude ») dans le but de les stabiliser. En pratique, une fois que le marché est stabilisé « dans une attitude pratique », c’est-à-dire arbitré, on montre mathématiquement que la succession des prix cotés suit un processus aléatoire appelé « martingale » dans le calcul stochastique. Cette notion de martingale est si importante pour la finance que le mathématicien français Nicolas Bouleau en a fait le thème d’un livre extrêmement clair, intitulé Martingales et marchés financiers (Odile Jacob, 1998) dont la lecture est recommandée à quiconque, non spécialiste, cherche à comprendre la relation entre martingale et prix de marché.

Pour insister sur le fait que les marchés ne sont pas « naturellement » des martingales mais qu’il faut les enrêner pour les rendre comme tels, j’ai proposé d’appeler « martingalisation » cette volonté politique et réglementaire : enrêner le marché de telle que sorte que les variations boursières soient cadrées par des martingales. Les réglementations financières comme par exemple Solvabilité II ont pour objectif et pour effet de transformer les prix actualisés en martingales.

La notion de martingalisation des marchés financiers a été introduite dans mon article de recherche de 2006 : « Les martingales sur les marchés financiers. Une convention stochastique ? » Revue de synthèse, 127 (2), p. 379-391. Elle a été ensuite présentée pour un public professionnel dans le livre dirigé par Jean-Louis Chambon et Jean-Jacques Pluchart, Grandeur et misère de la finance moderne. Regards croisés de 45 économistes, Paris, Eyrolles, 2012 (site de l’éditeur), aux pages 149-159 sous le titre : « La martingalisation des marchés financiers ». Enfin, une autre version en a été faite pour la Revue Banque, « La martingalisation généralisée des marchés », Revue Banque, 5/06/2012, p. 50-54 qui a donné lieu à une présentation en conférence : « La martingalisation des marchés financiers », Forum Revue Banque, 18/06/2012, vidéo ICI.

Aujourd’hui où l’on parle sans cesse de finance durable, s’émouvant de la financiarisation de l’économie et du court-termisme de la finance, on peut se demander si cette martingalisation forcée est « durable », dans le sens : favorise-t-elle réellement une croissance durable et l’écologisation de la finance ? Une autre manière de poser la question serait : la martingalisation des marchés financiers est-elle une régulation socialement responsable ?


Christian Walter

Actuaire agrégé, chercheur en philosophie et sciences sociales, spécialiste de la finance / Fully qualified actuary, my research activities relate to financial modelling, history of financial thought, epistemology of finance and ethics of finance.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search