Politiques du capital / Politics of capital

Parution du numéro 64 de la revue Cités. Philosophie, Politique, Histoire, que nous avons coordonné avec Emmanuel Picavet (Professeur, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et chaire Ethique et Finance, FMSH) et Gilles Campagnolo (Directeur de recherche au CNRS, Groupe de Recherche en Économie Quantitative d’Aix-Marseille).

Le dossier porte sur le thème Politiques du capitalcites-n-64-9782130650898 : voir le sommaire détaillé.


Problématique


Dénonciation de la « pensée unique » et de « la finance » vont souvent de pair. Elles proviennent du moins souvent des mêmes sources. C’est le cas en particulier en temps de crise économique, comme celle que nous vivons. Or il paraît désormais convenu que cette crise a frappé à la suite d’« excès » imputables à « la finance ».

Le numéro 64 de la revue Cités revient sur tous ces termes dont l’association est commune depuis le déclenchement de la catastrophe des crédits hypothécaires « subprime » en 2008 et dont l’actualité n’a pas cessé d’être brûlante jusque dans la crise résultant de la menace pour l’Union européenne en son entier du risque de non remboursement des emprunts d’État de l’un de ses membres, une première dans le monde dit « industrialisé ». Ce numéro a pour objectif de proposer des éléments de réflexion théoriques, historiques, économétriques, juridiques, comptables permettant à tout un chacun, et pas seulement aux techniciens de chacun de ces domaines de s’y retrouver et propose un état des lieux de la régulation politique du capital.

Il s’agit de tirer les leçons de l’attitude du politique face aux crises nées du mouvement historique de la dérégulation financière. Ce mouvement a été porteur de risques inédits pour l’activité économique et l’emploi.

De plus, on observe une certaine incapacité latente (au moins apparente) à rappeler les fondamentaux à l’œuvre dans ce mouvement. Chacun des articles du dossier vise à favoriser le débat en déplaçant les lignes d’analyse usuellement entendues dans les médias. Par exemple, le modèle de marche au hasard et l’hypothèse d’efficacité informationnelle des marchés ont joué un rôle considérable à l’articulation de la science économique, des pratiques financières et actuarielles, et des modèles dominants de la gouvernance respectueuse de l’autonomie et de l’auto-équilibrage des marchés (notamment dans l’Union européenne : voir par exemple le préambule de la directive Marchés Instruments Financiers – MiF2).

Pourtant, le statut scientifique de ces postulats est ambigu. En outre, les pratiques qui en découlent s’articulent d’une manière fort peu satisfaisante à des principes politiques tels que l’engagement du gouvernement en faveur de la recherche d’une prospérité aux fruits largement partagés, la recherche d’un degré raisonnable de transparence dans les transactions de grande magnitude, la maîtrise des risques supportés par les économies.

Ce tour d’horizon est complété par la discussion de l’ouvrage Le Capital au XXIe siècle de Thomas Piketty, dont l’audience et l’influence ont été importantes pour le mouvement récent des idées.


Christian Walter

Actuaire agrégé, chercheur en philosophie et sciences sociales, spécialiste de la finance / Fully qualified actuary, my research activities relate to financial modelling, history of financial thought, epistemology of finance and ethics of finance.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *