La seconde quantification / The second quantification

cites-n-64-9782130650898

La financiarisation de l’économie réelle est un sujet de préoccupation pour la société dans son ensemble. Les prises de conscience d’un dysfonctionnement profond de l’économie financiarisée ont eu lieu et de nombreuses voix se sont élevées pour attirer l’attention sur ce problème. Or, semble-t-il pour le moment, les choses n’ont pas vraiment changé. Ma proposition ici est : l’une des raisons de cette absence de changement vient de ce que l’on n’a pas identifié précisément la source intellectuelle de la financiarisation.

J’aborde cette question dans le numéro 64 de la revue Cités. Philosophie, Politique, Histoire (que j’ai coordonné avec Emmanuel Picavet et Gilles Campagnolo : voir le billet) avec un article intitulé « La seconde quantification de la finance ». De quoi s’agit-il ?

Dans mon article, je propose de considérer l’hypothèse suivante : la source intellectuelle de la financiarisation de l’économie réelle trouve une racine profonde dans une transformation théorique fondamentale des mathématiques financières apparue dans les années 1980. Je qualifie cette transformation de « seconde quantification de la finance ». Selon moi, la seconde quantification est l’une des causes majeures de la financiarisation de l’économie réelle à partir des années 1980. Pourquoi ? Quel est le lien entre la financiarisation de l’économie réelle et la seconde quantification ?

La seconde quantification désigne un profond renouvellement de l’appareil mathématique utilisé en finance années dans les années 1980. C’est une question extrêmement technique mais aussi extrêmement importante. Je vais donc faire un détour pour la faire comprendre de manière intuitive. Pour modéliser le courant électrique, les équations qui décrivent ce courant ne le font pas dans le « vrai » monde physique P mais dans un monde « imaginaire », celui des nombres appelés complexes, des nombres inventés par des mathématiciens au XVIe siècle, dont le carré est négatif. L’ensemble de Mandelbrot qui illustre mon carnet présente une dynamique dans le plan des nombres complexes. On passe dans ce monde imaginaire pour faire des calculs (qui de fait deviennent moins… complexes !) puis on revient dans le « vrai » monde pour le résultat : à la fin une lampe électrique s’allume bien. C’est exactement la même opération intellectuelle qui a été inventée pour la finance dans les années 1980. On passe dans un monde imaginaire pour faire les calculs de prix des instruments dérivés, puis on revient ensuite dans le vrai monde P pour le résultat : à la fin, toute option a un prix. Ce monde est imaginaire car, dans ce monde, les financiers ne demandent pas de prime de risque pour l’achat de placements risqués (on est vraiment dans l’imaginaire…). La nouvelle probabilité qui exprime cette bizarrerie psychologique est notée Q et désignée en anglais par les mots « risk-neutral probability » (une probabilité avec laquelle les individus deviennent indifférents à la prise de risque). Avec la probabilité Q, à la différence de la probabilité P, tous les calculs se simplifient. Le passage de P à Q est ce que j’appelle la seconde quantification dans le document de travail « Les deux quantifications de la théorie financière. Contribution à une histoire critique des modèles financiers » qui analyse en détail la route qu’emprunte les mathématiques financières de 1950 à 2000.

Cette seconde quantification a produit une transformation majeure des modes de gouvernement de l’économie. Car la nouvelle technologie mathématique donne l’illusion de croire que tout « objet » de l’économie réelle peut recevoir un prix, le prix de marché. Cette idée semble presque banale tant était déjà présente dans la théorie financière avant les années 1980 mais le tournant conceptuel de la seconde quantification lui confère une force et une efficacité totalement nouvelles. C’est la raison pour laquelle il est à la fois nécessaire et d’un grand intérêt d’analyser en détail la seconde quantification de la finance. Cela permet d’accéder à une meilleure intelligibilité des causes théoriques de la financiarisation de l’économie réelle.

Une fois que ces  causes sont identifiées de manière adéquate, on peut alors politiquement agir. Pour le dire autrement, l’éthique de la finance ne peut ignorer le processus de seconde quantification de la théorie financière.

Lire l’article sur CAIRN.


Christian Walter

Actuaire agrégé, chercheur en philosophie et sciences sociales, spécialiste de la finance / Fully qualified actuary, my research activities relate to financial modelling, history of financial thought, epistemology of finance and ethics of finance.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *