Le Logos financier / The Financial Logos

La notion de “Logos financier” est introduite dans l’article publié dans le volume 37 (mai 2016) de la revue Research in International Business and Finance, intitulé “The financial Logos: The framing of financial decision-making by mathematical modelling“.

Je définis le Logos financier comme un discours structurant sur la représentation du hasard en finance. Ce discours est structurant en ce sens qu’il construit pour la finance professionnelle une fiction narrative sur le risque donnant l’illusion que le risque n’existe pas. Cette fiction narrative s’incarne dans les “dispositifs” de gestion financière des banques, des compagnies d’assurance, des sociétés de gestion d’actifs, et dans les pratiques de surveillance et de contrôle des activités financières, rendant ces pratiques homogènes à ce qu’elles veulent surveiller. Rappelons que, selon Giogio Agamben, un dispositif est “ce qui a, d’une manière ou d’une autre, la capacité de capturer, d’orienter, de déterminer, d’intercepter, de modeler, de contrôler et d’assurer les gestes, les conduites, les opinions et les discours”. Ces dispositifs financiers donnent à la fiction narrative du Logos financier une réalité pratique et professionnelle, ainsi qu’un discours de connaissance sur les dangers des instruments et produits financiers, tels les dérivés.

Le pouvoir du Logos financier peut s’analyser comme un pouvoir performatif dans le sens de l’ouvrage de John Langshaw Austin, Quand dire c’est faire. Selon cette conception pragmatique du langage, les énoncés font des choses avec des mots. Ce pouvoir performatif du langage se retrouve dans les énoncés de la théorie financière si l’on considère que l’énoncé mathématique sur le hasard crée une représentation du hasard qui s’incarne dans les outils de gestion du risque en remplaçant le “vrai” monde par une narration sur le monde. En paraphrasant le verset 9 du psaume 33 (32), je soutiens que « le Logos financier parle, et ce qu’il dit advient ».

Austin

Le Logos financier raconte une histoire sur le hasard et oriente la modélisation financière du risque à partir de cette représentation. Cette représentation du hasard s’est avérée extrêmement dangereuse : il a été documenté qu’elle fut à l’origine du krach de 1987, de la crise financière de 2008 et de tous les accidents financiers survenus entre 1987 et 2008. C’est la raison pour laquelle je considère qu’il y a une relation entre la représentation du hasard et l’éthique de la finance. Ainsi l’hypothèse du Logos financier propose une réponse originale à la problématique générale de la crise financière. Je termine mon article en suggérant que l’éthique de la finance doit prendre en considération le rôle du Logos financier.

Ainsi, bien agir face au hasard suppose de bien comprendre les enjeux épistémologiques des représentations choisies pour le hasard. Les différentes modalités de représentation du hasard ne sont pas éthiquement neutres. Comprendre comment le Logos financier structure les activités professionnelles nécessite d’appréhender la modalité de représentation du hasard qui agit. D’où l’importance d’étudier l’histoire des représentations du hasard en finance. Par exemple, dans l’article “La gestion indicielle et la théorie des moyennes” j’ai fait l’hypothèse selon laquelle la représentation du hasard portée par le Logos financier est révélatrice d’une vision quetelésienne de la société, une approche dans laquelle les moyennes oblitèrent toute perspective de danger en raison d’une hypothèse sur la distribution normale des risques.

Face au danger du risque financier, on pourrait imaginer que la régulation prudentielle soit conçue efficacement pour éviter les accidents financiers. Or le Logos financier se déploie aussi dans les représentations du hasard du régulateur, qui utilise donc la même fiction narrative que ceux qu’il cherche à réguler. Ainsi la régulation financière et les pratiques professionnelles se renforcent mutuellement dans la mise en scène de la narration du Logos financier. De ce fait, on peut montrer que le Logos financier produit par résonance des cygnes noirs endogènes. Le Logos financier représente donc une menace pour les sociétés en raison de la perception faussée de la contingence que la représentation du hasard induit dans les outils de gestion et dans la réglementation financière.

Pour terminer, considérons les courants “religieux” dans la finance. Bien souvent, ces approches culturelles du risque proposent de considérer que les “valeurs” religieuses (chrétiennes, musulmanes, autres) pourront orienter la finance vers le “bien”. L’hypothèse du Logos financier montre que cette démarche est incomplète quand elle ne conduit pas à une impasse  (“la vertu ne sauve pas le monde“). Le pouvoir créateur du Logos financier influence les structures sociales de la finance et il faut aborder le visée du “bien” à partir de la dimension sociale du mal moral. Remarquons que cette dimension sociale a été appelée “structures de péché” par Jean-Paul II dans les conférences épiscopales de Medellin et Puebla qui faisaient suite aux travaux de l’épiscopat latino-américain dans les années 1970 devant les situations d’injustice en Amérique latine. Du point de vue des approches culturelles du risque par les religions, l’hypothèse du Logos financier permet d’inclure les dispositifs techniques en amont des conduites humaines, tendant à montrer que la culpabilisation personnelle n’est pas suffisante pour expliquer la faillite de la finance néoclassique.

 


Christian Walter

Actuaire agrégé, chercheur en philosophie et sciences sociales, spécialiste des représentations du hasard en finance et dans les modèles de risque / Fully qualified actuary, academic researcher in philosophy and social sciences, specialised in the representation of chance in finance and risk models

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search