La vertu sauve le monde ? / Virtue will save the world ?

La cause semble entendue : c’est le manque de vertu (financière, économique etc.) qui aurait été à l’origine de la catastrophe de 2008 et qui continuerait à être la cause de tous les maux (économiques, financiers etc.). Tant est encore répandue cette idée qu’il vaut la peine de relire le petit ouvrage de Frédéric Lordon, Et la vertu sauvera le monde…: Après la débâcle financière, le salut par l’ “éthique” ? (Raisons d’agir, 2008). Pourquoi ?

Lordon

Dans ce carnet de recherche, je souligne l’importance des dispositifs collectifs de gestion dans le déclenchement des accidents financiers. Dans bien des situations, ce n’est pas la fraude / la faute d’un individu, porteur du “péché du monde” qui est à l’origine de la faillite, mais un entraînement collectif dû aux structures. J’attire l’attention sur le rôle déterminant du Logos financier dans la mise en place de structures globales pathogènes de l’économie et de la finance car la représentation du hasard portée par le Logos financier conduit à un biais cognitif sur les dangers réels d’un monde appréhendé comme fondamentalement contingent.

Dans son ouvrage, Frédéric Lordon appelle à “défaire la thèse du péché pour lui substituer celle des structures” (p. 11). C’est-à-dire de déplacer le mal moral de l’individu sur les structures. Pour F. Lordon, les structures collectives sont porteuses d’un mal moral. On retrouve ici deux échos : celui de Pierre Bourdieu qui, dans Les structures sociales de l’économie (Seuil, 2000), analysait la construction du champ financier mondial dont il disait qu’il était parvenu à une “autonomie et une intégration à peu près complètes” (p. 276), et qui laissait les citoyens sans défense en face des “puissances transnationales de l’économie et de la finance” (p. 278). Et celui de Jean-Paul II qui, dans les conférences épiscopales de Medellin et Puebla à la suite des travaux de l’épiscopat latino-américain dans les années 1970 devant les situations d’injustice en Amérique latine, avait introduit la notion de “structures de péché”, c’est-à-dire la dimension sociale du mal moral.

F. Lordon appelle à opérer un retour aux logiques mortifères qui ont engendré l’emprise de la finance sur l’économie pour faire apparaître l’identité profonde des mécanismes destructeurs à l’œuvre dans l’économie et la société. Je soutiens que ces logiques caractérisent l’action de ce que j’ai appelé le Logos financier : une fiction narrative sur une représentation particulière du hasard, et particulièrement dangereuse. Tant que l’on en reste à la recherche de coupables idéaux, “les vilains, les braves gens, les providentielles crapules ! Tout est de leur faute” (Lordon, p. 65), on ne s’intéresse pas à l’analyse des structures pathogènes de l’économie et de la finance. Braves gens, soyez vertueux, et le système pathogène fonctionnera encore mieux pour le plus grand bénéfice d’un petit nombre de grands prédateurs ! J’ai eu l’occasion de montrer – dans l’analyse cognitive que j’ai proposée de la crise dans Le virus B) – comment les représentations du hasard qui laissaient croire une possible maîtrise totale du risque de non remboursement des crédits hypothécaires “subprimes” avaient conduit à l’explosion des encours des placements des crédits hypothécaires (Le virus B, p. 75). On se trouve typiquement ici dans le cas de “structures de la finance […] causes des comportements crapuleux auxquels elles n’ont cessé d’inviter” (Lordon, p. 65).

F. Lordon insiste : “l’incrimination des individus de petite vertu fait agréablement diversion”. De fait, aujourd’hui encore, aucune analyse politique n’a été faite des fonctionnements cognitifs de la finance. On est face ici à ce qu’il appelle un “enfer épistémique” (p. 69). Ce bien nommé enfer épistémique nécessite de compléter l’éthique déontologique (la conformité) par une éthique épistémique. Les approches par la vertu individuelle réduisent l’éthique à la déontologie et promeuvent le mythe de transparence par une avalanche réglementaire dont Arnaud Chneweiss a parfaitement établi l’inutilité éthique et que Frédéric Lordon qualifie de “concentré des contresens commis” (p. 92) à propos de ce qu’il faut faire.

Tant que l’éthique financière sera réduite à l’éthique déontologique et qu’on ne développera pas une éthique épistémique, la finance continuera de progresser sur la société par l’effet performatif du Logos financier qui transporte une représentation dangereuse du hasard. En matière financière, la vertu individuelle ne sauvera pas le monde.

Vertu.cathedrale.Sens

 

 

 

 

 

 

 


Christian Walter

Actuaire agrégé, chercheur en philosophie et sciences sociales, spécialiste des représentations du hasard en finance et dans les modèles de risque / Fully qualified actuary, academic researcher in philosophy and social sciences, specialised in the representation of chance in finance and risk models

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. 22/11/2018

    […] 23Cf. Jean-Paul II Sollicitudo Rei Socialis, 1987, mais aussi Christian Walther in https://epistemofinance.hypotheses.org/2530 […]

  2. 13/01/2023

    […] Kerviel :https://epistemofinance.hypotheses.org/1843• La vertu peut-elle sauver le monde ? :https://epistemofinance.hypotheses.org/2530• Qu’est-ce qu’un vice épistémique ? […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search