Le régulateur et Quetelet

quetelet

Dans une interview publiée le 18/11/2011 dans EasyBourse (en ligne ICI), je propose l’idée selon laquelle le régulateur, à cause d’une manière dangereuse de se représenter l’incertitude économique et financière, risque d’augmenter les risques au lieu de les diminuer.

La raison que je donne est la suivante. Les représentations du risque du régulateur remontent au XIX siècle et sont fondées sur les conceptions d’Adolphe Quetelet. Pourquoi est-ce dangereux ? Parce que la représentation quetelésienne assimile incertitude et erreur. La conséquence de cette assimilation est un recours systématique à la moyenne et une importation de la théorie des moyennes dans la finance. Eric Brian appelle cela “marque du quetelésisme dans la pensée économique (…) et son produit, la moyennisation des phénomènes économiques et financiers” (Comment tremble la main invisible. Incertitude et marchés, p. 91). Une autre trace du quetelésisme dans la pensée financière se trouve dans la gestion des portefeuilles (Le modèle de marche au hasard en finance, p. 157-161).

Les repères probabilistes dans lesquels s’inscrivent les représentations du régulateur sont donc précisément datés. L’influence de Quetelet dans la pensée du régulateur se laisse percevoir dans le choix du critère de la seule réduction de la volatilité : dans sa manière de se représenter le risque, le régulateur n’a à l’esprit que la volatilité.

Or la volatilité est une façon lisse de s’imaginer le risque. Le risque se présente aussi sous un autre aspect : sa rugosité. C’est-à-dire la capacité de rupture des bourses, la fragilité des marchés financiers. Quand on veut réduire le risque des marchés en agissant sur la seule volatilité, on augmente la fragilité des marchés (un risque de rugosité), qui peut conduire à un accident financier.

L’action du régulateur sur la seule volatilité a ainsi pour effet une permutation entre le risque de volatilité et le risque de rugosité. Imaginons un sac en plastique rempli d’eau. Si l’on comprime le sac d’un côté, l’eau passe de l’autre. On ne peut pas réduire le volume d’eau. Et si l’on comprime trop le sac, il explose.

Les colloques “Normes financières et régulation” lancés en 2009 dans le cadre du programme de recherche en histoire et épistémologie de la finance qui avait été créé en 1996 à la FMSH, ont eu précisément pour objectif l’analyse de ces problèmes. Le livre Nouvelles normes financières. S’organiser face à la crise présente un premier état des lieux de cette réflexion. Au chapitre 9, p. 213-214, Eric Brian montre sur un exemple historique que l’action économique fondée sur des présupposés quetelésiens peut produire une structure parétienne de risque, c’est-à-dire très rugueuse. C’est en ce sens que le régulateur peut créer l’accident qu’il cherche à éviter.

L’article présenté au colloque AFIR 2015 dont une nouvelle version est publiée en 2020 dans le North American Actuarial Journal (en ligne ICI) déploie cette intuition en introduisant la notion de “risque de régulation“.



Citer ce billet
Christian Walter (2011, 21 novembre). Le régulateur et Quetelet. EpistemoFinance. Consulté le 30 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ogu9

Christian Walter

Actuaire agrégé, chercheur en philosophie et sciences sociales, spécialiste des représentations du hasard en finance et dans les modèles de risque / Fully qualified actuary, academic researcher in philosophy and social sciences, specialised in the representation of chance in finance and risk models

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search