Les savants et les autres / About scientists and pseudo-scientists

Pour poursuivre le débat ouvert avec mon précédent billet mentionnant le très intéressant article de Philippe Silberzahn sur la dérive scolastique de la recherche en sciences de gestion et son impact pour les écoles supérieures de commerce françaises (ici), je complète mon propos avec ce nouveau billet, en mentionnant l’article de Franck Ramus, directeur de recherches au CNRS et professeur attaché à l’École normale supérieure, « Comprendre la publication scientifique » publié dans Science et pseudo-sciences, n° 308, la revue de l’Association française pour l’information scientifique.

L’article de Franck Ramus aborde deux questions :

  1. Qu’est-ce qu’une publication dite « scientifique » ?
  2. Comment les pouvoirs publics et les médias apprécient la valeur d’un « expert » sur un thème donné ?

Pour l’auteur, une publication est dite « scientifique » si deux conditions sont réunies :

  1. L’idée proposée a passé un « contrôle de qualité« . Ce qui signifie qu’elle doit avoir été discutée et évaluée par des spécialistes du même sujet.
  2. L’idée proposée doit avoir été publiée dans une revue internationale classée de langue anglaise (condition nécessaire à la condition précédente : pouvoir être évaluée par des pairs)

En effet, avoir une idée et la proposer est bien, mais il faut ensuite la publier.

L’édition généraliste (non scientifique) ne permet pas de distinguer entre les idées validées (ayant subi le contrôle de qualité) et les idées non validées (qui ont le même statut que des opinions). Le lecteur de tels ouvrages ne sait pas quelle est la valeur de ce qu’il lit. Comment le lecteur (et les pouvoirs publics, et les décideurs) peut-il faire le tri entre le « sérieux » et le « pas sérieux » ?

A titre d’exemple, Frank Ramus évoque les rayons « santé » et « psychologie » des librairies. Au rayon « psychologie », on y trouve « des livres de ‘développement personnel’ promettant monts et merveilles, des livres de psychanalyse ayant réponse à tout, des livres-appâts pour des sectes, et très peu de livres fondés sur des données scientifiques sur la psychologie humaine. » Cette constatation l’amène à considérer que « le niveau de qualité et de rigueur des travaux publiés dans la plupart des revues scientifiques est sans commune mesure avec la bouillie disponible dans l’édition généraliste. »

Plus compliqué est le cas de maisons d’éditions qui proposent des ouvrages présentant des travaux originaux qui veulent apporter de nouvelles idées ou solutions sur des questions de sociétés (ou économiques etc.). Si ces travaux n’ont pas été passés au crible de l’évaluation, Frank Ramus considère que ces maisons d’éditions rendent un mauvais service à la science, aux auteurs et au lecteur. En effet :

  1. A la science. « Car ces travaux étant invisibles de la plupart des chercheurs du monde, ils ne contribuent de fait pas à l’avancement de la science, quand bien même ils auraient quelque chose d’important à apporter. »
  2. Aux auteurs. « Car même si pour eux la publication en français est une solution de facilité (à la fois d’un point de vue linguistique et du point de vue du niveau d’exigence), leurs travaux ne sont pas évalués, critiqués (et donc améliorés), diffusés et valorisés au niveau où ils devraient l’être. »
  3. Aux lecteurs. Car on leur fait « croire que les travaux ainsi publiés ont la même validité que des travaux publiés dans des revues scientifiques internationales. »

Hélas, les décideurs, les communicants, les journalistes et les politiques ne sont pas conscients de ce système de contrôle de qualité. On trouve dans les débats publics des économistes ou des philosophes autoproclamés : la conséquence est que « les livres en français et les apparitions médiatiques comptent bien plus dans l’esprit de la plupart des gens. » C’est le bla bla généralisé de l’espace médiatique…

Mais l’on pourrait supposer qu’il existe quand même une possibilité pour des professionnels qui cherchent à penser leur métier de parler de manière pertinente. Frank Ramus répond :

Sur la question particulière de l’expertise, on pourrait objecter qu’il n’est pas nécessaire d’être un chercheur publiant dans les revues scientifiques internationales pour avoir un avis éclairé sur un sujet scientifique. C’est parfaitement vrai. Les chercheurs n’ont pas d’exclusivité sur la connaissance. Certains enseignants, médecins, ingénieurs, ou citoyens ayant une formation scientifique et tenant à jour leurs connaissances dans un domaine sont parfois tout à fait compétents sur certains sujets scientifiques. Mais comment les identifier ? Parmi tous les gens qui prétendent tout savoir et avoir tout compris, et qui ont parfois écrit un livre pour partager leurs révélations, comment distinguer ceux qui ont de véritables connaissances à jour sur un sujet donné, de ceux qui croient savoir tout en étant ignorants, sans parler des manipulateurs et des charlatans ? (…) Pour le savoir, un seul critère possible: les articles dans les revues scientifiques internationales. »

En résumé :

  1. Quand on a une idée que l’on pense intéressante pour la société, il ne faut pas court-circuiter le processus de contrôle de qualité (l’évaluation par les comités de lecture des revues internationales de langue anglaise)
  2. Si on le court-circuite, c’est qu’on cherche à influencer la société avec des idées qui n’ont pas été évaluées donc certifiées
  3. Si les politiques cherchent des idées pour agir, il leur faut identifier correctement les experts et éviter les « penseurs autoproclamés. »

 


Mon commentaire


 

Mon avis est que cet excellent article pose une question à la fois très générale et très centrale pour aujourd’hui : qu’est-ce que la science ? Mon commentaire se développe sur trois points :

  1. Comprendre la dite « science » comme la production en soi d’un savoir éprouvé (mis à l’épreuve)
  2. Quitter la stérile vulgate intellectuelle qui oppose « académiques » à « non académiques » (sauf si on donne à ce mot son sens français : celui de l’académisme, i.e. une pensée sans intérêt ni innovation)
  3. Rappeler que cette méthode de production de connaissances est ancienne (les premières revues scientifiques remontent à 1665) et très gratifiante pour ceux qui s’y livrent
  4. Rappeler que ses limites sont bien connues mais que c’est le « pire des systèmes à l’exclusion de tous les autres », pour paraphraser une sentence connue.

1. La science

On imagine souvent (ou encore) la science avec un « S » majuscule, façon positivisme du XIXe siècle. L’enjeu actuel est de comprendre (et faire comprendre, et cet article y contribue) que la science, ce n’est pas d’abord la production de belles machines techniques comme celles de notre environnement quotidien, mais avant tout une méthode éprouvée de production de connaissances. Est appelée « scientifique » une connaissance établie selon une méthode solide, dont Frank Ramus rappelle l’une des caractéristiques fondamentales, l’évaluation par les spécialistes du domaine.

2. L’académisme

Il ne s’agit donc pas d’opposer des soi-disant « académiques » (le terme franglais – un barbarisme – dit à lui seul l’incompréhension de ceux qui l’utilisent sur ce qu’est la science) à des soi-disant « professionnels » (donc des supposés « non académiques »), cette bipartition représentant à peu de choses près la vulgate intellectuelle des politiques, des communicants et des décideurs, mais de comprendre que, qu’il s’agisse de cuisine, de menuiserie ou de philosophie, les savoirs éprouvés et utiles le sont grâce à l’application d’une méthode qui a fait ses preuves : la méthode dite scientifique. Au sens français du mot, l’académisme est le contraire de la méthode scientifique. On trouve ici la critique de Philippe Silberzahn sur la recherche en gestion (voir mon précédent billet) qui, justement, fait le reproche de l’académisme aux « académiques », ce mot désignant les chercheurs qui ont abandonné l’idéal de la recherche pour développer une scolastique stérile du point de vue de la science. On pourrait ici à juste titre parler d’une dérive académique de la recherche scientifique, dénoncée par l’article de Philippe Silberzahn. Les « non académiques » seraient donc, dans ce sens, les vrais chercheurs ! Soit le contraire sémantique de la vulgate intellectuelle en franglais.

3. Une méthode éprouvée…

Cette méthode n’est pas récente. Il en est ainsi depuis le début de la production de savoirs contrôlés. En 1665 paraissaient les deux premières revues à comité de lecture, en France le Journal des sçavans, sous le patronage de Colbert, et en Angleterre, les Philosophical Transactions de la Royal Society of London. En 2009, on compte environ 24 000 revues à comité de lecture. Donc il y a de quoi faire ! Aussi, toute personne qui a des idées et qui souhaite les faire connaître peut se plier à la contrainte du contrôle de qualité. Pour les autres, mais aussi, et surtout d’abord, pour elle-même. Car, comme le dit Frank Ramus, toute personne « qui a publié dans les revues scientifiques internationales en anglais peut témoigner à quel point la qualité de chaque article soumis et de ses travaux ultérieurs a été améliorée par les critiques (parfois sévères) reçues de la part des experts mondiaux du domaine« .

4. …dont les limites sont connues

Il ne s’agit pas de déifier ce système d’évaluation, dont les limites sont bien connues, y compris par ceux qui les utilisent. On pourra lire à ce sujet l’excellent ouvrage d’Yves Gingras, Les dérives de l’évaluation de la recherche. Du bon usage de la bibliométrie, publié chez Raisons d’Agir en 2014 (site de l’éditeur), qui pose la question « qui évalue les évaluateurs ? », dont on pourra lire trois comptes rendus de lecture (ici, et ). Mais l’existence de limitations au système de l’évaluation ne doit pas avoir pour conséquence le rejet de ce système : mieux vaut un système limité mais malgré tout utile à pas de système du tout.

En conclusion, un article à méditer à une époque où beaucoup s’autoproclament, qui économiste, qui philosophe, qui spécialiste des neurosciences etc., et sont relayés sans aucun esprit critique par les médias, quand ce n’est pas auditionnés par les politiques.


Christian Walter

Actuaire agrégé, chercheur en philosophie et sciences sociales, spécialiste de la finance / Fully qualified actuary, my research activities relate to financial modelling, history of financial thought, epistemology of finance and ethics of finance.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *