Patrons et penseurs ? / Managers and thinkers?

Après mes deux précédents billets sur la dérive scolastique de l’académisme scientifique (ici) et l’importance du contrôle de qualité des idées dans les débats sociétaux (), je voudrais maintenant aborder une troisième question : celle posée par les ouvrages de professionnels issus du monde économique (chefs d’entreprises, managers, conjoncturistes etc.) ou d’essayistes divers (penseurs, think tanks etc.) qui estiment avoir des idées pertinentes pour la résolution de problèmes sociétaux et souhaitent proposer leurs idées dans les débats publics en publiant un livre chez un éditeur généraliste. Leur livre contient des « énoncés » sur le monde, les choses, les problèmes, les solutions etc. On pourrait étendre cette question aux domaines de la santé (des médecins) ou de l’industrie (des ingénieurs) mais je me limite ici à l’économie.

Il ressort des deux articles précédents de Philippe Silberzahn (ici) et de Frank Ramus () qu’un professionnel compétent sur un sujet et qui produit des idées (des « énoncés ») pour un débat sociétal doit naviguer entre deux écueils, correspondant aux deux situations décrites par Philippe Silberzahn et Frank Ramus :

  1. Éviter de produire une opinion non validée car cela discréditerait ou affaiblirait son propos (il ne serait pas entendu dans les instances savantes que cherche à faire bouger l’idée)
  2. Éviter de succomber à la pression scolastique car cela étoufferait l’idée nouvelle (elle ne serait pas entendue dans les débats sociétaux que le propos cherche à promouvoir)

Comment faire ? Je propose la méthode suivante, que j’ai moi-même appliquée à l’ouvrage d’un dirigeant d’entreprise reconnu pour sa grande compétence professionnelle, Xavier Fontanet, ancien président d’Essilor, qui a écrit Et si on faisait confiance aux entrepreneurs (Les Belles Lettres, 2010), dont j’ai fait la recension dans la Revue de philosophie économique (2015, vol. 16). Cette méthode repose sur deux piliers :

  1. Trier les énoncés de l’ouvrage du professionnel en catégories distinctes, pour identifier lesquels sont discutables et lesquels relèvent plutôt d’affirmations dogmatiques ou sentimentales (donc non discutables). Seuls les énoncés discutables sont susceptibles d’être portés dans les débats sociétaux.
  2. Se faire aider par des scientifiques compétents pour transformer les énoncés discutables en énoncés scientifiques, afin d’être en mesure de tester ses idées dans les colloques internationaux, de recevoir en retour les évaluations des spécialistes et de pouvoir ainsi améliorer sa pensée en l’affinant et en la précisant.

Soit, pour prendre une comparaison avec le jardinage :

  1. Retirer les mauvaises herbes des rosiers (pour dégager les fleurs)
  2. Tailler ses rosiers (pour rendre plus belles les fleurs).

Je reviens sur ces deux points.

1. Les types d’énoncés

On peut, à très gros traits, distinguer trois grands types d’énoncés qui sont la plupart du temps présents et mélangés dans les ouvrages des professionnels :

  1. Des énoncés scientifiques
  2. Des énoncés dogmatiques
  3. Des énoncés psychologiques

Comment les reconnaître ? C’est très simple. Un énoncé scientifique est une proposition qui est étayée (par des faits, des exemples, des raisonnements etc.) et que l’on peut donc discuter indépendamment de « croyances » que l’on peut avoir sur telle ou telle chose ou de « sentiments » que telle ou telle chose procure. Sa vérité résulte des critères scientifiques usuels de mise à l’épreuve. Un énoncé dogmatique est un énoncé qui dépend des croyances personnelles ou collectives. Il n’est pas nécessairement « subjectif » car une croyance collective peut le rendre « objectif ». Un énoncé psychologique prendra toujours une forme personnelle sur le mode du témoignage.

Prenons un exemple dans le domaine religieux : « Jésus est un personnage historique qui a vécu au premier siècle de notre ère » est un énoncé scientifique (que l’on soit chrétien ou non, c’est une vérité attestée), « Jésus est ressuscité » est un énoncé dogmatique (seuls les croyants chrétiens peuvent le dire), « à la messe, on sent bien que Jésus est présent » est un énoncé psychologique ou sentimental (personne ne peut rien répondre à cela). Le premier énoncé peut faire l’objet de débats (quelles sources attestent l’existence de Jésus, peut-on reconstituer une vie du Jésus de l’histoire etc.), le deuxième énoncé présuppose une adhésion au dogme (il peut être contesté par un autre dogme, et dans ce cas on pourra échanger des connaissances sur les dogmes, mais pas débattre), le troisième énoncé n’apporte strictement rien à un débat sur ce sujet (les gens vont échanger des impressions personnelles sur ce qu’ils ressentent et cela s’arrêtera là).

2. Le travail scientifique

A partir des énoncés discutables, l’apport d’un scientifique sur les idées d’un professionnel va consister essentiellement en un double travail :

  1. Travail de réarticulation. Il s’agit de réarticuler les arguments ou raisonnements du professionnel afin de mieux en faire ressortir la logique interne précise. Le résultat est un développement plus complet des arguments. Cela peut aussi amener le professionnel à recomposer intérieurement (pour lui) ce qu’il pense savoir.
  2. Travail d’inscription. Il s’agit de mettre les idées et les raisonnements du professionnel en perspective des travaux scientifiques existants, pour situer les idées dans ces travaux. Le résultat est la réception des arguments dans les débats scientifiques.

Autrement dit, l’apport universitaire va être de transformer les énoncés du professionnel en énoncés scientifiques, en respectant les règles de la méthode scientifique qui permet ensuite une discussion des idées du professionnel.

Ces règles simples (voir l’article de Frank Ramus ici) représentent un travail de traduction et leur application consistera parfois en modifications mineures mais très importantes pour la réception des idées : en général, les professionnels ne verront pas la différence entre les énoncés d’avant et d’après ou, s’ils la voient, ils n’en verront pas l’importance.

Donnons un exemple. Il existe une différence fondamentale entre écrire dans un livre « le marché est la meilleure solution aux problèmes d’allocations des ressources rares » et écrire « selon la théorie libérale, le marché est la meilleure solution aux problèmes d’allocations des ressources rares ». Quatre mots seulement différencient ces deux énoncés : « selon la théorie libérale ». Mais quatre mots qui permettent de traduire un discours « confessant » (au sens des religions) en discours scientifique. Le premier énoncé est un énoncé dogmatique, qui implique qu’on y croit. Le second énoncé est un énoncé scientifique, que tout le monde peut dire sans se tromper, et qui peut être discuté (selon une autre théorie que la théorie libérale, le marché n’est pas etc.). Le premier énoncé peut conduire à un débat interne de croyants, entre économistes et patrons libéraux (par exemple préciser les règles de fonctionnement du marché), voire entre économistes, patrons et humanistes (par exemples quelles valeurs humanistes ajouter à ces règles pour que le marché devienne plus humain). Ici, les humanistes restent des croyants puisqu’ils ne questionnent pas les théories dogmatiques. La conséquence est que l’éthique reste une « éthiquette« , c’est-à-dire une étiquette marketing sans effet réel sur le système financier. Le second énoncé peut permettre un débat général sur le rapport entre théories et fonctionnements sociaux. Ici, l’éthique ne cherchera pas à « humaniser le marché par des valeurs » mais à questionner les structures mêmes que la théorie met en place (ce qu’on appelle l’éthique épistémique).

Autrement dit, le premier énoncé conduit à des débats entre « croyants » du libéralisme et ne peut pas toucher les autres sauf à ce qu’ils rejettent le dogme. On se trouve alors dans un affrontement dogmatique (du genre Marx contre  le marché) qui ne sert à rien pour faire avancer les choses. Remarquons à ce propos que les humanistes croyants contribuent à renforcer le dogme en croyant l’humaniser ! Au contraire, le second énoncé conduit à des débats sociétaux ouverts : il est discutable et donc audible. Bien souvent, les livres écrits par des professionnels adoptent un discours « confessant » : un discours sous la forme de « déclaration de foi » qui ne prend pas le recul nécessaire pour être discuté. Ici, on retrouve à nouveau les règles simples de la méthode scientifique : citer ses sources pour faire apparaître les conditions de la production des idées. Car on peut discuter le processus de production des idées, mais pas les dogmes des croyants. Les affrontements religieux proviennent de cela.

Pour résumer tout cela, je dirais que, en présence d’ouvrages de professionnels qui mélangent les différents types d’énoncés, il est nécessaire de faire preuve de finesse épistémologique. A ce prix, on peut à la fois :

  1. éviter d’accorder de la valeur à ce qui n’en a pas (les énoncés dogmatiques ou les déclarations de foi de professionnels ou essayistes convaincus et médiatiquement bien en cours, qui publient des opinions de comptoirs présentées comme des idées nouvelles pour le salut du monde)
  2. éviter de passer à côté de ce qui est réellement intéressant (des énoncés non dogmatiques de professionnels compétents, qui, quoique insuffisamment mis en perspective, présentent cependant de vraies nouveautés conceptuelles).

C’est-à-dire que le travail effectué par un scientifique sur l’ouvrage d’un professionnel :

  1. aide le professionnel à recomposer ses certitudes
  2. aide les scientifiques à découvrir les idées du professionnel
  3. aide le débat public à être correctement organisé

Et pour conclure, on voit que tout ceci est à nouveau une manière de poser la question : qu’est-ce qui fonde l’autorité savante ? Soit, de manière plus générale, qu’est-ce que la « science » ?


Christian Walter

Actuaire agrégé, chercheur en philosophie et sciences sociales, spécialiste de la finance / Fully qualified actuary, my research activities relate to financial modelling, history of financial thought, epistemology of finance and ethics of finance.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *