À propos de ‘Si on faisait confiance aux entrepreneurs’ de Xavier Fontanet

Dans trois précédents billets (ici, et là), j’ai présenté une méthode que je propose d’adopter avec les dirigeants qui écrivent des livres pour ouvrir un dialogue avec la société, dans ce qui pourrait être qualifié de « coaching » pour dirigeants. Bien souvent, les livres de dirigeant, surtout quand ils ont (ou ont eu) une carrière professionnelle très visible, trouvent leur audience dans le grand public et les médias, mais rencontrent une résistance dans les milieux de l’enseignement supérieur et de la recherche. La pensée des dirigeants ne pénètre pas ces milieux. Certains dirigeants y sont indifférents, d’autres, qui ambitionnent d’exercer une influence plus précise sur le savoir utile et l’enseignement, s’en émeuvent et le regrettent.

Xavier Fontanet, ancien président d’Essilor, a publié Et si on faisait confiance aux entrepreneurs (Les Belles Lettres, 2010). En effet, il cherchait à faire émerger la figure de l’entrepreneur en en montrant son importance pour l’économie française aujourd’hui, en s’appuyant sur son expérience de PDG d’une entreprise qu’il avait fait entrer dans le CAC40 grâce à des paris industriels audacieux, innovants et qui ont transformé de manière imprévisible l’état du secteur économique concerné, ce qui a été un grand succès entrepreneurial autant qu’industriel. Je présente ici la méthode que j’ai utilisée dans le cadre de coaching.

Quelle méthode ?

Avec le livre de Fontanet, on se trouve exactement dans la situation décrite dans mon billet : celle d’une « maison d’édition généraliste qui propose un ouvrage présentant un travail original qui veut apporter de nouvelles idées ou solutions sur des questions économiques » et dont le livre court-circuite le processus de contrôle de qualité des idées. C’est ce court-circuit qui, selon moi et de manière générale, est à l’origine de la non-réception des idées des dirigeants (ici Fontanet) dans les milieux de l’enseignement supérieur et de la recherche. Or, lorsqu’un dirigeant cherche à promouvoir ses vues dans l’enseignement et la recherche, ce court-circuit devient un obstacle à surmonter. Le but du travail entrepris a été de surmonter cet obstacle. Cela s’est réalisé avec un travail de recension et des entretiens avec Xavier Fontanet pour préparer une journée d’étude organisée autour de son livre dans un format universitaire.

La recension de l’ouvrage a été publiée dans la Revue de philosophie économique (2015, vol. 16), une revue dirigée par Emmanuel Picavet et Gilles Campagnolo. Le texte complet de la recension est disponible en ligne sur le portail CAIRN (ici). Pourquoi la Revue de philosophie économique pour parler de ce livre ? Parce que cette revue « interroge de manière rationnelle, critique et solidement argumentée les problèmes philosophiques soulevés par l’activité économique et par notre compréhension de cette activité », autrement dit exactement les objectifs de Fontanet. Le court-circuit mentionné plus haut était un obstacle à la réception de son livre dans les institutions d’enseignement supérieur, qu’il cherchait aussi à atteindre. Ma recension a cherché à réintroduire le livre dans le processus de contrôle de qualité des idées. Plus particulièrement, mon apport a consisté à traduire puis discuter les arguments de l’ouvrage en termes recevables dans un univers scientifique permettant d’organiser des débats intellectuels pour alimenter le débat public à la place des affrontements dogmatiques.

Cette recension a permis, dans un deuxième temps, l’organisation d’une journée d’étude conjointement par la chaire Éthique & Finance (FMSH/ISJPS Paris 1 Panthéon-Sorbonne UMR 8103) et l’École de Management de Lyon, en partenariat avec la Revue de philosophie économique le 13/01/2016 (ici). À la suite de la présentation des trois exposés d’Éric André (EM Lyon), Philippe Silberzahn (EM Lyon) et Thierry Ménissier (équipe « Philosophie, pratiques & langages », EA 3699, université de Grenoble Alpes), un débat a eu lieu avec Fontanet et les participants de la journée d’étude. Cette journée d’étude a permis de mettre le livre de Fontanet en perspective des travaux scientifiques existants, pour situer les propositions de son livre dans ces travaux.

Travail de réarticulation des idées

De quoi s’agit-il ? Ce que Fontanet croit, c’est qu’il faut faire confiance aux entrepreneurs. Il voulait ouvrir un dialogue avec la société sur l’importance de la confiance à accorder aux entrepreneurs. Que dit-il en pratique ? Son livre reflète-t-il bien ce qu’il croit ? Les arguments utilisés défendent-ils cette croyance ? La réponse à cette question est : pas toujours. Parfois même, c’est le contraire : les arguments utilisés dans son livre contredisent voire invalident parfois la cause qu’il veut défendre. D’où l’importance du travail de finesse épistémologique dont j’ai parlé dans mes précédents billets.

Le point important sur lequel j’insiste est de prendre conscience que la réception des idées de Fontanet dans les milieux scientifiques a été rendue possible après la traduction de ces idées en langage scientifique (la recension), c’est-à-dire une fois fait le tri entre les différents énoncés présents dans son livre. Ces énoncés, selon une pratique courante dans les ouvrages de dirigeants, mêlaient aux énoncés « scientificisables » des énoncés dogmatiques et des énoncés sentimentaux.

Le travail effectué a donc été un double travail de tri puis de réarticulation des idées, permettant ensuite leur réception et leur discussion. Le gain en retour pour Fontanet a été, selon le bénéfice usuel du processus de contrôle de qualité des idées ici, une amélioration des arguments de l’ouvrage grâce aux critiques et commentaires reçus de la part des spécialistes du domaine.

Mon apport dans cette recension a consisté à choisir un axe (un angle) qu’il m’a paru intéressant de privilégier pour éclairer et situer les analyses du livre : j’ai choisi les présupposés sur l’incertitude économique et financière pour faire apparaître un élément qui n’est pas, en tant que tel, explicité dans l’ouvrage, celui du fonctionnement atypique de l’entrepreneur par rapport à ce qui est imaginé de lui dans la théorie économique depuis trois siècles.  En effet, la pensée économique orthodoxe ignore complètement la notion d’incertitude et, pour cette raison, ne peut pas trouver une place adéquate à la figure d’un entrepreneur qui prend cette sorte de pari.

La question se pose alors de la modélisation du comportement de l’entrepreneur, pour revoir la théorie du choix rationnel et des approches bayésiennes. Pour cela, une piste est l’approche nouvelle de la prise de décision en incertitude radicale, appelée mode quantique de la décision ou, en vocabulaire moins précis, « fonctionnement quantique de l’entrepreneur ». On renvoie à un billet sur ce thème.

Résultats obtenus

Au final, ma recension a opéré quatre explicitations.

  1. Inscrire la problématique de l’ouvrage dans l’histoire de la pensée économique.
  2. Inscrire les arguments de l’ouvrage dans les débats de théorie économique.
  3. Développer plus complètement les arguments de l’ouvrage en les reliant à la modélisation probabiliste.
  4. Ajouter des éléments absents de l’ouvrage pour insérer l’expérience professionnelle dans un cadre scientifique.

Les conclusions étaient les suivantes.

  1. Le livre de Xavier Fontanet s’inscrit dans un courant de pensée qui déplore l’incapacité de la théorie économique classique puis néoclassique de rendre compte de ce que fait réellement, dans sa pratique quotidienne, l’entrepreneur en action.
  2. Le livre de Xavier Fontanet cherche à défendre l’entrepreneur au moyen d’arguments théoriques empruntés à l’école autrichienne.
  3. Le livre de Xavier Fontanet, pour fonder son argumentation sur la défense de l’entrepreneur, pourrait introduire la distinction entre risque et incertitude en montrant sur des exemples que c’est l’affrontement à l’incertitude et non au risque qui caractérise le pari industriel fait par l’entrepreneur.

Finalement, sur quoi fonder la confiance qu’il faudrait accorder aux entrepreneurs . Selon Fontanet, elle serait due à leur capacité d’affronter le risque. En fait, ce que j’ai cherché à montrer dans ma recension était qu’elle proviendrait d’une capacité de l’entrepreneur à s’engager hardiment dans un futur incertain en faisant un pari sur l’existence, c’est-à-dire une forme entrepreneuriale de ce que j’appelle un « jeu avec le ‘‘je’’ ».

 


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Christian Walter (14 août 2017). À propos de ‘Si on faisait confiance aux entrepreneurs’ de Xavier Fontanet. EpistemoFinance. Consulté le 15 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/ogvj


Christian Walter

Actuaire agrégé, chercheur en philosophie et sciences sociales, spécialiste des représentations du hasard en finance et dans les modèles de risque / Fully qualified actuary, academic researcher in philosophy and social sciences, specialised in the representation of chance in finance and risk models

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search