Amour rationnel et amour quantique / Rational love and quantum love

Dans son ouvrage Les sentiments du capitalisme, Eva Illouz analyse le phénomène des sites de rencontre amoureuse sur Internet comme une extension au domaine de l’amour de la culture capitaliste, colonisation qui produit une marchandisation des émotions. Elle montre la nocivité de cette marchandisation en relevant les effets négatifs induits qu’elle produit sur ceux qui restent longtemps sur ces sites : désillusion, lassitude, cynisme. Elle soutient que ces effets négatifs sont dus à deux causes : la fragmentation du moi en composantes élémentaires (les « profils » amoureux) pour exprimer des préférences amoureuses connues et déterminées, et l’inversion de la mémoire affective qui, de prospective dans le cas de la rencontre amoureuse classique (on rencontre d’abord quelqu’un et on imagine ensuite des suites possibles) devient rétrospective dans le cas de la rencontre amoureuse sur Internet (on imagine des possibles sur quelqu’un qu’on n’a pas encore rencontré).

Je prolonge ici la thèse d’Eva Illouz de deux manières : en la reliant aux controverses économiques actuelles qui opposent la théorie du choix rationnel (TCR) à la théorie des perspectives, et en introduisant un autre courant de recherche en théorie de la décision, la théorie quantique de la décision (TQD). Selon la TQD, les individus n’ont pas à l’esprit des préférences clairement déterminées que leurs choix révéleraient (TCR), mais des préférences intriquées (au sens de la physique quantique) que leurs choix révèlent en les séparant (TQD). Précisons cela. La théorie classique de la décision (choix rationnels ou moraux) nous dit que l’on choisit en fonction de ses préférences et de leurs conséquences : les préférences existent a priori et on choisit. Face à cette représentation classique, la théorie quantique de la décision nous dit le contraire : les préférences sont élaborées par l’acte même de choisir. En deux mots : c’est l’acte de choisir qui crée les préférences. La TQD permet de modéliser de manière efficace, puissante et élégante les résultats expérimentaux des travaux de Daniel Kahneman et Amos Tversky sur les limites de la théorie classique des choix rationnels, à la suite des paradoxes d’Allais et d’Ellsberg.

Ceci me permet de prolonger la thèse d’Eva Illouz en interprétant les phénomènes psychologiques qu’elle relève (désillusion etc.) comme la manifestation d’une épistémologie particulière du hasard, une mauvaise compréhension du rôle de l’incertitude dans la prise de décision. La volonté de maîtrise du hasard de la TCR, appliquée aux choix amoureux (que j’appelle « amour rationnel ») s’oppose à la reconnaissance de l’incertitude radicale (TQD) de la rencontre amoureuse traditionnelle et en cela plonger la théorie du choix rationnel dans le champ amoureux permet de saisir une limitation intrinsèque de cette théorie en la reliant à la nature de l’incertitude. Je présente mon analyse en utilisant comme support méthodologique la comparaison entre deux films dont je dis qu’ils illustrent ces deux modes de rencontre : Vous avez un message (amour rationnel) et Une rencontre (amour quantique : en ligne ICI).

Mon autre commentaire sur l’ouvrage d’Eva Illouz est relatif au problème du corps dans la connaissance. La présence de la TCR dans le choix amoureux a pour effet de désincarner la rencontre (absence de la médiation du corps dans la connaissance). L’application de la TQD au choix amoureux permet de comprendre qu’une rencontre ne peut être qu’incarnée (a priori du corps dans la connaissance).

Aussi je suggère à titre pédagogique d’utiliser à nouveaux frais une notion religieuse ancienne en la nettoyant de son arrière-plan métaphysique et en retrouvant son sens étymologique, celle du diable, « diabolos », qui divise, qui scinde. La TCR, en désincarnant les préférences, peut être vue comme un mécanisme diabolique au sens étymologique, mécanisme qui produit des bulles spéculatives à l’instar des bulles financières (ici des bulles émotionnelles). Ce qui justifierait les violentes critiques qui sont faites de la TCR à cause de son impact nocif sur la vraie économie : la financiarisation du monde due à la TCR peut alors être comprise comme une désincarnation de l’économie.


Christian Walter

Actuaire agrégé, chercheur en philosophie et sciences sociales, spécialiste des représentations du hasard en finance et dans les modèles de risque / Fully qualified actuary, academic researcher in philosophy and social sciences, specialised in the representation of chance in finance and risk models

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search