L’éthique épistémique / Epistemic Ethics

*English below*

En un mot

L’éthique déontologique définit des règles pour agir “bien”. L’éthique épistémique définit des règles pour penser “bien”.

 

En deux mots

De la même manière qu’il y a des “vertus” dans l’agir moral, il y a des “vertus” dans les façons de penser (humilité etc.). De la même manière qu’il y a des “vices” dans l’agir moral (par exemple les péchés capitaux), il y a des “vices épistémiques” (arrogance, refus de vouloir modifier une représentation quand rien ne le justifie etc.). La crise financière de 2008 peut ainsi être vue, non comme une crise de la cupidité (agir moral) mais comme un cas d’école de vice épistémique. L’ouvrage de Boudewijn de Bruin, Ethics and the Global Financial Crisis, développe cette approche.

 

Plus précisément

L’éthique déontologique fournit les manières d’agir “bien”, conformément à des principes supposés “bons” (les “valeurs” qu’elles soient humanistes, religieuses, ou autres) ou “justes”. C’est le domaine de la conformité, des codes de déontologie et des règles de bonne conduite. L’éthique déontologique est l’éthique des actes.

L’éthique épistémique est l’éthique des actes intellectuels. L’éthique épistémique fournit les manières de penser “bien”. Cette éthique interroge les notions que l’on utilise, ce que l’on croit savoir (épistémé, en grec), elle questionne nos choix intellectuels et nos méthodes de raisonnement. Par exemple, comment nous forgeons-nous une opinion sur la nature du risque financier, sur le contrôle des risques etc. A qui faisons-nous confiance pour choisir des cadres de pensée ? Nos normes de conduite reposent souvent sur des normes de connaissance. Que vaut cette connaissance ? C’est en cela que l’éthique épistémique est l’éthique des actes intellectuels, la manière “juste” de penser. La justesse de la pensée est une condition nécessaire et non suffisante à la justice des décisions prises. Par exemple, un biais intellectuel peut être une erreur de jugement mais aussi, selon les cas, une faute morale. “Nul n’est censé ignorer la loi” s’applique aussi à l’état des connaissances (les “lois scientifiques”). Maintenir un biais intellectuel peut relever dans certains cas d’une faute morale. Dans le cas de la finance, on peut montrer que certains biais intellectuels ont été maintenus par arrogance épistémique, avec des choix conceptuels de représentations du hasard non questionnées mais très dangereuses.

On peut donc comprendre l’éthique épistémique comme une extension de la morale dans le domaine de l’intelligence.

  • Aux actes “bons” correspond une intelligence “bonne.” Les vertus épistémiques permettent de poser des actes intellectuels justes. Par exemple, si des données contredisent les hypothèses des modèles sur les représentations conceptuels du hasard, il faut changer les représentations du hasard. Ce qui n’a pas été fait entre 1990 et 2000. Il y a eu un “vice épistémique”.
  • Les vices épistémiques représentent des attitudes intellectuelles nocives (par exemple un manque d’humilité devant des résultats contrariants dans la mise à l’épreuve des hypothèses de modèles etc.) qui relèvent de la faute morale quand elles sont maintenues malgré les avertissements qui peuvent avoir été donnés. L’exemple type est celui des universitaires américains qui ont utilisé des données modifiées pour faire correspondre le “vrai monde” à leur choix de représentations du hasard (article ICI).
  • La responsabilité épistémique des dirigeants désigne leur capacité à exercer un jugement critique sur les représentations, les modélisations ou les dispositifs de contrôle que leur proposent les spécialistes ou les techniciens. Le film Margin call illustre le cas d’une faute épistémique de cette sorte.
  • Sans éthique épistémique, on tombe dans “le panneau de l’éthique” (cliquer sur le lien).

Pour compléter le diagnostic éthique sur la crise de 2008, j’ai proposé d’introduire l’éthique épistémique de la manière suivante. Considérer cette crise, non seulement comme une défaillance dans l’éthique déontologique, mais aussi comme une défaillance dans l’éthique épistémique, mettant en cause la responsabilité épistémique des dirigeants. J’ai introduit la notion de Logos financier (voir ICI) que je définis comme un discours dominant partagés par les professionnels et les universitaires, source de vices épistémiques et donc de catastrophes financières à retombées sociales.

C’est la raison pour laquelle il est si important d’enseigner l’éthique épistémique (cliquer sur le lien) si l’on cherche à réintroduire de l’éthique dans la finance.

 

What is epistemic ethics ?

  1. “Epistemic ethics takes belief as the nexus of its concern, just as ethics takes action as the nexus of its concern. Believers and beliefs are the objects of epistemically ethical evaluation. The epistemically ethical standing of a believer bears a complex relation to their beliefs, to how they were sensitive to the epistemically ethically relevant facts in coming to their beliefs and to their general inclinations to believe.
  2. Epistemic ethics is concerned not only with such purely philosophical issues. It is also concerned with the issues of the specific epistemic duties had by us all, had by special classes of us (such as experts, journalists and politicians), had by us with respect to specific questions of belief, and had by us with respect to different arenas, such as private belief and public knowledge.
  3. Epistemic ethics includes the epistemic side of issues in the wider world such as medicine, the economy, the climate, the relation of science and policy, and more generally, the epistemic roles, rights and duties of social institutions concerned with knowledge such as think tanks, research institutes, schools and universities.”

My work explores epistemic ethics in finance after the 2008 financial meltdown to add to the current analyses of the crisis an insight on the cognitive dimension of this crisis.

In “The financial Logos: The framing of financial decision-making by mathematical modelling“, I introduced the ethical triangle.

I define the financial Logos as a structuring discourse embedded in management tools and beliefs of financial practices. I hypothesize that this discourse contains a specific representation of risk mathematically modelled by probability measures. Next I use a performativity based approach to describe the concrete action of the financial Logos on financial practices: the framing of financial decision-making by mathematical modelling. I argue that it is not possible to think of a given financial practice without epistemologically and sociologically thinking of the contribution of the mathematical modelling to this practice.

Triangle éthique

I conclude with consequences for ethics of finance: extending ethics of action to epistemic ethics, I suggest that, in finance, any preference in mathematical modelling is also a preference in ethics.

This last statement raises the issue of competence in finance. Boudewijn De Bruin addressed this issue in his remarkable Ethics and the Global Financial Crisis: Why Incompetence Is Worse than Greed (Cambridge University Press, 2015). De Bruin examines the ethical ‘blind spots’ that lay at the heart of the global financial crisis. He argues that the most important moral problem in finance is not the ‘greed is good’ culture, but rather the epistemic shortcomings of bankers, clients, rating agencies and regulators.

Bruin

With Boudewijn De Bruin, we apply this framework to enter an epistemological puzzle in financial modelling: the domination of the Brownian paradigm during almost 50 years, although this hypothesis was falsified in all empirical examinations: “Research Habits in Financial Modelling: The Case of Non-normality of Market Returns in the 1970s and the 1980s”, in Ippoliti and Chen (Eds): Methods and Finance. A Unifying View on Finance, Mathematics and Philosophy, Springer, 2017.

 



Citer ce billet
Christian Walter (2018, 10 août). L’éthique épistémique / Epistemic Ethics. EpistemoFinance. Consulté le 29 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ogvq

Christian Walter

Actuaire agrégé, chercheur en philosophie et sciences sociales, spécialiste des représentations du hasard en finance et dans les modèles de risque / Fully qualified actuary, academic researcher in philosophy and social sciences, specialised in the representation of chance in finance and risk models

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search