Les “benchmarks” créent-ils du risque systémique ? Benchmarks : a cause of systemic risk ?

“Modèles mathématiques : où se trouve le risque ?” article publié dans le numéro 297 (novembre 2011) de Banque & Stratégie, consacré aux Hegde funds, lisible en ligne sur le site de la Revue Banque. Mis à jour au chapitre 4 de mon ouvrage Le modèle de marche au hasard en finance.


Résumé de l’article.


Les gestions “benchmarkées” que l’on devrait plutôt appeler “bornées” car il s’agit de “cairn” (le bornage des territoires, voir photo ci-contre et explication dans l’encadré en ligne de l’article) peuvent créer un risque systémique car elles synchronisent les mouvements des gérants en produisant de ce fait une amplification potentielle des mouvements des marchés. C’est le phénomène de résonance bien connu des physiciens et des constructeurs de ponts.

Cairn

À l’opposé, les gestions décorrélées (alternative asset management) désynchronisent les actes de gestion et peuvent éviter ce phénomène de résonance.

L’idée que le risque est mieux maîtrisé collectivement par des gestions collectivement bornées est une autre conséquence du virus brownien.


Christian Walter

Actuaire agrégé, chercheur en philosophie et sciences sociales, spécialiste de la finance / Fully qualified actuary, my research activities relate to financial modelling, history of financial thought, epistemology of finance and ethics of finance.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.