« Il faut sortir de l’illusion qu’on peut tout calculer » / The illusion of financial calculus

[Mise à jour / update : 8/02/2016]

Entretien publié dans Le Monde de l’économie, daté du 7 février 2012, p. 5.

Christian Walter, professeur associé à l’IAE Paris, directeur de la chaire éthique et finance de l’ICP, responsable du programme Histoire et épistémologie de la finance à la FMSH.

La Banque centrale européenne (BCE) prête massivement et à bas coûts aux banques pour qu’elles absorbent les titres d’État et, en même temps, les craintes sur les bilans bancaires sont fortes. Que pensez-vous de cette façon de calmer la crise de la dette ?

Des mesures sont prises pour sortir de la situation actuelle du moins mal que l’on peut. Il est difficile d’agir autrement. Dans le but de limiter les risques, cependant, la surenchère des normes prudentielles (Bâle3 pour les banques, Solvabilité2 pour les assureurs,  UCITS4 pour les fonds d’investissement) conduit ces institutions à réduire leurs investissements. Il y a donc une contradiction qui peut être dangereuse pour le financement de l’économie réelle et des États. Les régulateurs veulent éviter un accident, mais ils peuvent au contraire le créer, ou étouffer l’économie réelle.

Comment en sortir ?

Il faudra sortir de l’illusion prudentielle selon laquelle, par le calcul, on peut tout contrôler et prévoir. Cela a conduit à une  spéculation sans limites et à la crise. La représentation de l’incertitude véhiculée par la culture anglo-saxonne du risque – réduire l’incertitude par un calcul de probabilités – a conduit à une vision à court terme de la profitabilité, de la solvabilité et du risque, à l’origine de conceptions très dangereuses comme la «fair value», qui relève plus de l’idéologie que de fondements scientifiques.  Les besoins en fonds propres deviennent très élevés, sauf pour les dettes souveraines classées «sans risque », où le besoin en capital est nul. Jusqu’au moment où les pays sont dégradés par les agences de notation. Ce qui fragilise à nouveau le système financier. L’idée que le risque est maîtrisable par le calcul repose sur des modèles mathématiques qui structurent le système financier et ont un grand impact sur celui-ci.

bourse

Les modèles financiers ont cependant été quelque peu révisés. Pas assez selon vous ?

Non. Des valeurs extrêmes ont été intégrées dans les modèles pour tenir compte des épisodes de crise. Cela revient à dire que les agents sont rationnels quand tout va bien, et qu’ils sont fous quand tout va mal. Un peu clivé, comme conception… Les théories néoclassiques en vigueur depuis les années 1970, dont est issue la théorie financière dite «moderne», ne pensent pas la discontinuité des marchés. Les normes financières ont tendance à homogénéiser les évolutions économiques. Il faut revoir les principes de la gestion des risques en intégrant des discontinuités dans tous les modèles, c’est la seule façon de rendre le système moins fragile. La physique ou la génétique ont abandonné l’hypothèse de la continuité… mais pas la finance, qui repose sur une conception continue des variations économiques. Les choses changent graduellement : c’est un principe de philosophie naturelle, à la façon de Leibniz, pour qui « la nature ne fait pas de saut ». Le mathématicien franco-américain Benoît Mandelbrot (1924-2010), père de la théorie des fractales, avait pourtant mis en garde sur cette discontinuité. Cette piste a été complétée par
d’autres travaux, mais qui ne sont pas encore passés dans les pratiques professionnelles.

En quoi l’éthique est-elle concernée?

A côté des dérives humaines comme l’avidité, je pense aussi qu’il y a un problème éthique dans la technique. Cela vient d’une dérive créative des mathématiques financières. Une barrière cognitive conduit à une forme de scientisme, où l’on considère le modèle technique comme éthiquement neutre. Mais des systèmes de valeurs implicitement contenus dans les modèles influencent les comportements individuels, sans que les acteurs financiers en soient même toujours conscients. Il ne suffit donc pas de mettre des freins. Il faut aller au cœur des instruments pour en percevoir l’axe : comment envisagent-ils l’homme, les équilibres  économiques, le système productif, le rapport à l’incertitude ? En réalité, il existe une relation entre un système de normes et une vision du monde sur l’incertitude.

Propos recueillis par Adrien de Tricornot


Christian Walter

Actuaire agrégé, chercheur en philosophie et sciences sociales, spécialiste de la finance / Fully qualified actuary, my research activities relate to financial modelling, history of financial thought, epistemology of finance and ethics of finance.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.