Les mathématiques financières en débat / Financial mathematics in question

Conférence débat “Ethique et mathématiques financières” organisée par la Chaire Ethique et finance de l’Institut Catholique de Paris et la Fondation Maison des sciences de l’homme (FMSH) le mercredi 14 novembre 2012, 14h30 – 18h.

Lieu: Institut Catholique de Paris (21 rue d’Assas – 75006 Paris), salle B 20, 2ème étage du bâtiment B, entrée libre.

BSmodel

 

 

OBJECTIF

L’objectif de cette table ronde est de mettre en débat la question des mathématiques financières sous la double problématique épistémologique et éthique.

PROGRAMME

–  Jean-Philippe Bouchaud, Fondateur et président de Capital Fund Management, professeur à l’École polytechnique

  • “Modélisations toxiques en économie et en finance: pourquoi les théories alternatives peinent à s’imposer”

–  Paul Jorion, titulaire de la Chaire Stewardship of Finance de la Vrije Universiteit Brussel

–  Sylvain Piron, maître de conférences à l’École des hautes études en sciences sociales

–  Christian Walter, professeur associé à l’IAE de l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, directeur de la chaire Ethique et finance de l’Institut Catholique de Paris

 

PROBLÉMATIQUE

2008 : les mathématiques financières en accusation

Il s’agit, dans ce colloque, de partir d’une constatation : dès le début de la crise financière, les modèles mathématiques de la finance ont été mis en cause. Parallèlement à cette accusation, les défenseurs des mathématiques financières n’ont cessé de répéter que les modèles n’étaient qu’un outil et qu’ils ne pouvaient représenter une cause de cette crise. C’était seulement leur mauvais usage qui avait été la cause de la débâcle, et non la conception des modèles eux-mêmes. Les défenseurs des mathématiques financières disent : les modèles sont axiologiquement neutres.

La neutralité axiologique des modèles en fait des serviteurs loyaux des intentions des acteurs : si celles-ci sont bonnes, tout ira bien dans le meilleur des mondes financiers possibles. Si celles-ci sont mauvaises, personne n’y peut rien et en tous cas pas leurs concepteurs. D’où la multiplication des codes de déontologie, dont il est remarquable de constater qu’ils n’ont aucun effet sur les modèles eux-mêmes.

2012 : penser le rôle des mathématiques financières

On cherchera à proposer une lecture différente de la relation entre mathématiques financières et pratiques professionnelles, qui prenne acte des apports de la sociologie des sciences contemporaine. Les travaux récents ont montré que les modèles mathématiques ne décrivent pas la finance professionnelle, mais la créent. Les outils scientifiques créent de nouvelles pratiques professionnelles, une ingénierie au sens de la construction sociale des pratiques professionnelles par les mathématiques de la finance. Par exemple, le risque de crédit n’est pas modélisé par des mathématiques financières, il est – au sens propre – modelé par elles. Ce pouvoir démiurgique des mathématiques financières, leur mise en forme du monde, est une capacité que la sociologie des sciences appelle « performativité ».

2013 : l’éthique de la finance et les mathématiques financières

Il s’agira aussi de pousser la réflexion en direction de l’éthique financière et d’examiner si c’est à cause de ce vide épistémologique que la finance professionnelle reste impénétrable au discours éthique. Sans préjuger de la réponse, on posera poser la question suivante : chaque discours qui porte à vide ne témoigne-t-il pas de l’échec des élaborations éthiques tentées sans prendre en compte les contenus scientifiques des outillages techniques et mentaux des professionnels ?

 

BIBLIOGRAPHIE INDICATIVE

Armatte M., 2010, La science économique comme ingénierie. Quantification et modélisation, Presses des Mines, « Collection Sciences sociales ».

Bouchaud J.-P., “Economics needs a scientific revolution”, Nature 455, 1181 (30 octobre 2008)

Bouleau N., 1998, Martingales et marchés financiers, Odile Jacob.

Bourdieu P., 2000, Les structures sociales de l’économie, Seuil, collection Liber.

El Karoui N., 2009, « Un moment de l’expérience probabiliste », Prisme, 17.

MacKenzie D., 2006, An Engine, Not a Camera. How Financial Models Shape Markets, MIT Press.

MacKenzie D., Muniesa F., Siu L. (eds.), 2008, Do Economists Make Markets? On the Performativity of Economics,PrincetonUniversity Press.

Piron S., 2012 Pierre de Jean Olivi, Traité des contrats, présentation, édition critique, traduction et commentaires, Les Belles-Lettres.

Walter C., 2008, « Finance, maths et humanités », Le Monde, « Débats », 19 septembre, p. 19.

Walter C., 2012, « Le pouvoir démiurgique des mathématiques financières », Libération, 22 mai, p. 20.

Walter C., Pracontal, M. de, 2009, Le virus B. Crise financière et mathématiques, Seuil.

 


Christian Walter

Actuaire agrégé, chercheur en philosophie et sciences sociales, spécialiste de la finance / Fully qualified actuary, my research activities relate to financial modelling, history of financial thought, epistemology of finance and ethics of finance.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.