Marchés efficaces ou “efficients” ? Aristote en finance / Efficient markets? Aristotle in finance

Le prix de la Banque de Suède en sciences économiques en mémoire d’Alfred Nobel (ou « prix Nobel d’économie ») a été attribué en 2013 à Eugene Fama pour sa théorie dite « des marchés efficients » et on sait les nombreux commentaires que cette notion ne manque pas de susciter, que ce soit pour l’encenser ou pour la réfuter. C’est l’occasion de revenir sur une question de traduction et sur le courant dans lequel se sont engagées les traductions françaises depuis une trentaine d’années.

Résultat de recherche d'images pour "i speak english"

La traduction exacte du mot anglais « efficient » est en général le terme « efficace ». Faut-il donc dire « marché efficient » ou « marché efficace » dans le sens informationnel ? L’usage aujourd’hui répandu de traduire « efficient » par « efficient » au lieu de « efficace » n’est pas celui qui était en vigueur en France au moment de l’introduction de la notion dans les années 1970. Mais les premières traductions françaises ont été abandonnées au profit d’un détournement financier du terme français philosophique « efficient ». Par rapport à ce courant de traduction, notre proposition ici est de dire : traduisons à nouveau « informational efficiency » par « efficacité informationnelle » et « efficient market » par « marché efficace » plutôt que « efficience informationnelle » et « marché efficient ». Pourquoi ? Pour retrouver les résonances sémantiques du mot en français (première raison), et retrouver le sens philosophique premier du mot “efficient” (deuxième raison). Cette notion, appliqué aux marchés (et la théorie des « marchés efficients ») permet d’éclairer le fonctionnement des marchés en complétant l’idée d’efficacité (informationnelle) par une réflexion sur les causes de l’efficacité (ou de l’inefficacité) d’un marché financier dans l’économie, l’efficience d’un marché.

Dimension affective de la langue maternelle et résonances sémantiques des mots

Toute langue revêt une dimension affective. Claude Hagège a montré que l’usage d’une langue construit des associations d’idées qui exercent une influence sur le mode de pensée des chercheurs, car elles mettent en jeu des représentations affectives. Ces associations peuvent être de deux ordres : sémantique ou phonétique. Elles participent de la créativité scientifique des chercheurs, dans le sens où les représentations mentales qu’elles suggèrent appartiennent à l’intime de sa réflexion savante. En matière scientifique, les mots ne sont pas des « habits neutres pour les idées » selon l’expression de Jean-Marc Lévy-Leblond, de simples véhicules de la pensée, mais bien plutôt « le lieu même du travail scientifique » comme le rappelle Eric Brian dans la présentation d’un numéro de la Revue de synthèse consacré à ces questions de traduction scientifique : Heuristique des langues (2012). Les associations, voire même les lapsus ou les jeux de mots permettent à la créativité intellectuelle de s’exercer.

Le travail de conceptualisation, d’abstraction, d’élaboration, aussi formel soit-il, est profondément ancré dans l’expérience linguistique de chacun, et notamment dans un jeu plus ou moins explicite permanent entre l’expression de savoirs tacites ou non légitimes du point de vue scientifiques (le folk knowledge). De ce point de vue, il est tout à fait intéressant d’entendre le mathématicien français Laurent Lafforgue, médaille Fields de mathématiques en 2002, déclarer que ce n’est pas parce que l’école mathématique française est mondialement réputée que les mathématiciens français peuvent continuer à publier en français dans des revues internationales, mais au contraire c’est parce qu’ils continuent à pouvoir écrire en français que l’école française conserve son originalité et sa force.

Pour ces raisons affectives, les mots de la langue maternelle sont porteurs de représentations que ne peuvent pas atteindre les mots d’une autre langue pour un locuteur dont ce n’est pas la langue maternelle. Lorsqu’on traduit informational efficiency et efficient market par « efficience informationnelle » et « marché efficient », on perd l’accès à cette créativité par le caractère restreint du mot qui empêche l’esprit de naviguer sur les différents registres métaphoriques. La traduction de l’anglais « efficient » par le français « efficace » permet donc de retrouver les résonances sémantiques du terme en français, résonances qui disparaissent dans la transcription anglaise.

L’une de ces résonances sémantiques intéressante est l’analogie physique contenue dans l’idée d’efficacité : de la même manière que l’efficacité d’un moteur est sa capacité à transformer l’énergie contenue dans l’essence en travail utile, l’efficacité d’un marché financier dans le sens informationnel serait sa capacité à transformer de l’information en prix (on retrouve les travaux de Fama). De ce point de vue, un marché financier peut être plus ou moins efficace dans le sens où le prix peut intégrer plus ou moins d’informations. Il peut exister une déperdition (un bruit) dans ce processus de transformation de l’information, et une question pertinente pourrait être celle du niveau d’efficacité du marché considéré, c’est-à-dire le « rendement » du marché à transformer de l’information. En d’autres termes : le marché fonctionne-t-il bien ? La notion d’efficacité totale (à 100%) peut alors être utilisée comme étalon pour apprécier la qualité de l’outil « marché » à transformer de l’information, et à comparer les marchés entre eux selon ce critère (certains marchés peuvent être efficaces à 90%, d’autres à 20%). La traduction proposée rend immédiate et intuitive l’idée que le marché est considéré comme un outil –  un mécanisme – à propos duquel on s’interroge sur sa plus ou moins grande efficacité. S’éclaire alors l’attribution de la récompense Nobel de 2016 au second chercheur, Robert Shiller, dont les travaux ont fait apparaître la part du « bruit » au sens de Fama (c’est-à-dire une information non exogène) dans la formation des prix.

Les quatre causes de l’efficacité informationnelle d’un marché

Venons-en maintenant à la seconde raison. L’usage financier du terme « efficacité » permet de réserver celui d’ « efficient » à son sens français philosophique premier, celui de cause efficiente, qui désigne l’agent moteur d’un changement, ce qui produit réellement un effet, la cause d’une modification d’un état. Par exemple, dans la lessive, les enzymes sont la cause efficiente de ce que le linge sort propre de la machine à laver, de l’action nettoyante de la lessive. Pour bien distinguer les différents aspects de l’hypothèse d’efficacité informationnelle d’un marché financier, nous avons proposé dans un article “Les quatre causes de l’efficacité informationnelle des marchés” (cliquer sur le lien) d’utiliser la rhétorique d’Aristote sur les quatre causes car cette rhétorique semble… efficace ! Ces quatre causes sont respectivement : la cause matérielle, la cause efficiente, la cause formelle, la cause finale.

Suivant la typologie d’Aristote, les quatre causes de l’efficacité informationnelle se définiraient comme suit : la cause matérielle de l’efficacité informationnelle d’un marché financier serait l’information : ce qui constitue la matière première du prix. La cause efficiente de l’efficacité informationnelle d’un marché serait l’arbitrage : l’agent moteur de la formation du prix, ce qui permet au prix de se former. La cause formelle serait le modèle d’évaluation : la forme mathématique à l’origine du prix est fonction d’un calcul antérieur (règle de trois ou formule d’Itô). La cause finale serait le juste prix des actifs : ce pour quoi le marché est théoriquement fait, la juste allocation des ressources et des risques avec une visée de bien collectif.

Concluons. Du point de vue financier, l’idée d’efficacité d’un marché dans le sens informationnel peut être comprise comme un effet de son efficience dans le sens causal. Un marché financier serait informationnellement efficace parce qu’il serait causalement efficient. D’où l’intérêt de la typologie d’Aristote dans la clarification des débats sur le rôle des marchés financiers dans l’économie et leur « efficience ». C’est la raison pour laquelle nous recommandons d’adopter les termes français « efficacité » et « efficace » pour traduire « efficiency » et « efficient », conservant les mots « efficience » et « efficient » pour leur signification philosophique. Et en laissant “marchés efficients” au charabia franglais qui conduit à une perte de sens, finalement nuisible à la finance elle-même !



Christian Walter

Actuaire agrégé, chercheur en philosophie et sciences sociales, spécialiste de la finance / Fully qualified actuary, my research activities relate to financial modelling, history of financial thought, epistemology of finance and ethics of finance.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.