Cygnes noirs ou signes noirs ? / Black swans or black signs?

Dans le chapitre “Financial Black Swans: unpredictable threat or descriptive illusion?” que j’ai rédigé dans l’ouvrage collectif codirigé par Denise Jodelet, Jorge Vala, Ewa Drozda Senkowska, Societies Under Threat: A Pluri-disciplinary Approach (à paraître chez Springer en 2019), je propose l’hypothèse suivante : dans la sphère financière, les “cygnes noirs” au sens de Taleb, c’est-à-dire ces accidents imprévisibles qui semblent tomber du ciel sans que l’on puisse en quoi que ce soit les prévoir, seraient en réalité – dans le cas de la finance – causés par la construction même du marché par la régulation financière. Les normes financières, cherchant à éviter des accidents par des contraintes sur les mesures de risque, créeraient en réalité les conditions endogènes d’apparition de rupture des marchés. J’introduis la notion de “cygne noir financier” en proposant l’idée que ces “cygnes noirs financiers” sont des illusions descriptives.

Je résume mon argumentation en cinq points, ci-dessous :

  1. Le probable en finance est écrit dans le langage mathématique par des équations sur la mesure du risque. Ces équations véhiculent des hypothèses sur l’incertitude. Ces hypothèses sont “énoncées” par ce que j’ai appelé le Logos financier.
  2. Le langage mathématique d’écriture du probable financier n’est pas un langage descriptif des risques financiers (conception représentationnelle du langage) mais un langage qui produit un acte de parole (conception pragmatique du langage) : le Logos financier parle et transforme le monde financier, par les instruments financiers et la régulation financière.
  3. L’écriture du probable logée dans les modèles de risque est portée par les réglementations prudentielles. Elle peut ainsi se trouver à l’origine du danger que ces modèles et réglementation cherchent à circonscrire. C’est la notion que nous avons introduite de risque de régulation.
  4. Les cygnes noirs financiers peuvent alors apparaître alors comme les conséquences imprévues de la parole du Logos financier. Ces “cygnes noirs” sont en réalité la conséquence des signes noirs de l’écriture mathématique du probable portée par la régulation financière.
  5. Le Logos financier représente ainsi une menace pour la société car il peut créer des cygnes noirs financiers.

Ma proposition est donc la suivante.

  1. En finance, voir les accidents et effondrements de marchés comme des “cygnes noirs” financiers (des événements radicalement imprévisibles au sens de Taleb) relève d’une illusion descriptive.
  2. A la théorie des cygnes noirs financiers, j’oppose la théorie du Logos financier dont la “parole” transporte les signes noirs de l’écriture mathématique du probable dans la régulation financière.
  3. Comment mieux se protéger contre la menace des “cygnes noirs financiers” ? En concevant une régulation socialement responsable.

Ce programme de recherche sera développé dans le cadre du réseau CHRONOS (cliquer sur le lien).


Christian Walter

Actuaire agrégé, chercheur en philosophie et sciences sociales, spécialiste de la finance / Fully qualified actuary, my research activities relate to financial modelling, history of financial thought, epistemology of finance and ethics of finance.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.