Cygnes noirs ou signes noirs ?

Dans le chapitre “Financial Black Swans: unpredictable threat or descriptive illusion?” que j’ai rédigé dans l’ouvrage collectif codirigé par Denise Jodelet, Jorge Vala, Ewa Drozda Senkowska, Societies Under Threat: A Pluri-disciplinary Approach (Springer, 2020), je critique la théorie de Nassim Taleb sur les cygnes noirs à partir de l’hypothèse du Logos financier. L’hypothèse du Logos financier permet de quitter le scepticisme induit par la théorie de Taleb. Bref résumé ci-dessous.


Dans la finance, les “cygnes noirs” au sens de Nassim Taleb sont compris comme des accidents imprévisibles qui semblent tomber du ciel sans que l’on puisse en quoi que ce soit les prévoir. Cette manière de voir de Taleb est une forme contemporaine du scepticisme : elle conduit à un scepticisme généralisé à l’endroit de nos capacités à agir dans l’incertitude ou à réguler le risque. Face à cette position, je considère que les cygnes noirs financiers sont des effets inattendus d’une régulation du risque mal conçue. Des normes financières inadéquates, en cherchant à éviter des accidents par des contraintes à base de mesures de risque, créent les conditions endogènes d’apparition de rupture des marchés. La théorie du “Logos” financier est proposée pour vaincre le scepticisme.


 

L’argumentation de l’article tient en cinq points :

  1. Le hasard en finance est écrit dans le langage mathématique par des équations sur la mesure du risque, qui contiennent des hypothèses sur l’incertitude. Ces hypothèses sont “énoncées” par ce que j’ai appelé le Logos financier.
  2. Le langage mathématique d’écriture du hasard financier n’est pas un langage descriptif des risques (conception représentationnelle du langage) mais un langage qui produit un acte de parole (conception pragmatique du langage) : le Logos financier parle (locutoire du Logos) et transforme le monde (illocutoire du Logos) au moyen des instruments financiers (outillage technique) et de la régulation financière (normativité et règles).
  3. Comme l’écriture du hasard logée dans les modèles de risque est portée et projetée dans le monde par les réglementations prudentielles, la réglementation du risque devient ainsi une partie du risque. Des normes inadaptées peuvent ainsi se trouver à l’origine du danger qu’elles cherchent à circonscrire. C’est cette notion que j’appelle risque de régulation.
  4. Les cygnes noirs financiers peuvent alors apparaître comme les conséquences imprévues de la parole du Logos financier (perlocutoire du Logos). Ces “cygnes noirs” sont en fait la conséquence des signes noirs de l’écriture mathématique du hasard portée par les normes de régulation du risque.
  5. Le Logos financier représente ainsi une menace pour la société car il peut créer des cygnes noirs financiers.

Ma proposition est donc la suivante.

  1. Comprendre les accidents financiers comme des “cygnes noirs” financiers (des événements radicalement imprévisibles au sens de Taleb) relève d’une illusion descriptive.
  2. A la théorie des cygnes noirs financiers répond la théorie du Logos financier dont la “parole” transporte les signes noirs de l’écriture mathématique du hasard dans la régulation du risque.
  3. Une manière de mieux se protéger de la menace de “cygnes noirs financiers” est de concevoir une régulation socialement responsable.

La proposition du Logos financier permet de saisir l’importance des mesures de risque pour la refondation écologique de la finance, et incite à réfléchir sur la manière de construire des métriques “vertes” sans se limiter au verdissement des investissements (une condition nécessaire mais non suffisante pour écologiser la finance).

 


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Christian Walter (23 mars 2019). Cygnes noirs ou signes noirs ? EpistemoFinance. Consulté le 15 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/ogvs


Christian Walter

Actuaire agrégé, chercheur en philosophie et sciences sociales, spécialiste des représentations du hasard en finance et dans les modèles de risque / Fully qualified actuary, academic researcher in philosophy and social sciences, specialised in the representation of chance in finance and risk models

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search