Désherber le jardin de la finance / Weeding the finance garden

J’ai déjà eu l’occasion ici d’aborder la question de la finance dite “verte”, dans un billet précédent (cliquer ici) . Je voudrais revenir sur un aspect particulier de cette question, en utilisant la métaphore du jardin, que j’ai proposé d’utiliser au séminaire France Stratégie de la finance responsable du 24 janvier 2019.

C’est une métaphore que j’ai utilisée pour illustrer l’importance des modèles dans le “verdissement” de la finance, et plus précisément des métriques vertes. Pour parvenir à construire une « finance verte », il faudra des métriques vertes. Prenons le point de vue du jardinier confronté aux ronciers. Pour avoir un jardin bien vert, il faut commencer par déroncer, retirer les mauvaises herbes, les “ronces” de la « finance néoclassique ». Les mauvaises herbes ont favorisé le court-termisme de la finance néoclassique ou une mauvaise évaluation des risques, et donc ont mis en danger le système financier dans son ensemble.

Il faut par conséquent retirer de ce jardin financier néoclassique ce qui apparaît comme un obstacle épistémologique à la mise en place d’une « finance verte ». Comme un principe de précaution sur les modèles qui consisterait à trouver des critères d’exclusion, non pas sur les titres (comme dans l’ISR en retirant des sociétés qui produisent tabac, alcool, armes etc.), mais sur les modèles eux-mêmes. Y a-t-il des modèles mathématiques qui seraient en eux-mêmes dangereux pour la finance durable ? Cela a été rappelé au séminaire du 24 janvier à propos de la comptabilité : la comptabilité est une sorte de structure ou de sous-structure du système économique et financier, mais une sous-structure est très puissante quoique cachée et implicite. N’y aurait-il pas également une sous-structure des modèles mathématiques qui serait également implicite, cachée, aussi puissante et aussi néfaste que la structure comptable ?

Précisons qu’il ne s’agit pas du débat usé sur les mathématiques financières. Il s’agit de comprendre ce qui, derrière l’outil mathématique, a pu agir comme modèle mental pour envahir le jardin de la finance. Il s’agit de traquer les ronces de la finance et de déroncer pour pouvoir construire ensuite et faire pousser d’autres choses.

Voici la photo d’une plante sauvage, la Clarkia Pulchella. C’est une plante à fleur de la famille au nom latin savant. Elle a été découverte en Amérique du nord. Cette plante Clarkia Pulchella a dû sa renommée au fait que, en 1827, un botaniste, Robert Brown, a examiné les grains de son pollen au microscope. Il en a déduit que les particules de pollen sont animées par un mouvement aléatoire qui porte son nom : « Le mouvement de Brown » ou le « Mouvement brownien ». Quand on connaît les dégâts provoqués par l’usage du brownien dans la finance néoclassique, on pourrait peut-être commencer par retirer les Clarkia Pulchella afin d’essayer d’obtenir un jardin déroncé. Cela ne donne pas la réponse au problème des métriques vertes de la finance durable mais au moins cela évite que l’on ait trop de petites fleurs roses de plantes sauvages dans le jardin de la finance. La question suivante est se demander quels pourraient-être d’autres types de modèles adaptés à la nature. La réponse est : tout ce qu’on veut sauf les métriques browniennes (des mathématiques financières des années 1980) !

Mon propos ici n’est pas de dire tout de suite : quelles nouvelles fleurs vont pouvoir être plantées dans le jardin mais, dans un premier temps, essayer déjà de comprendre pourquoi les métriques browniennes sont des ronces à désherber si l’on veut avoir des métriques vertes. Ainsi les échecs de la finance néoclassique, tels des panneaux indiquant des culs-de-sac de modélisation, sont aussi une aide pour avancer dans la bonne direction de la finance durable.

Pour autant qu’on diagnostique bien ces échecs de modélisation.


Christian Walter

Actuaire agrégé, chercheur en philosophie et sciences sociales, spécialiste de la finance / Fully qualified actuary, my research activities relate to financial modelling, history of financial thought, epistemology of finance and ethics of finance.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.