Faire confiance à la science ? / Trust in Science?

Dès le début de la crise du coronavirus SARS-CoV-2, on a vu apparaître un grand nombre de rumeurs, de fausses informations ou d’articles anxiogènes sur les évolutions possibles de l’épidémie [1], quand ce n’était pas sur des scénarios de loi martiale ou de confinement total des habitants des pays concernés, le tout illustré par des images ou des vidéos bien réelles mais situées hors de leur contexte ou utilisées à contre-emploi [2]. La suite de cette crise a confirmé cette tendance à l’inondation des réseaux par des scénarios de toutes sortes, et les informations les plus contradictoires sur le virus et l’épidémie circulent.

A côté des scénarios apocalyptiques initiaux (mars et avril) qui prédisaient l’effondrement du monde développé tel que nous le connaissons, suivant en cela le genre des récits de science-fiction dystopique, sont apparues des prises de position de médecins qui voulaient « rétablir la vérité » ([3], [4] et [5]) en indiquant que l’épidémie était finie alors que les principaux médias continuaient de relayer le discours officiel mettant en garde contre une reprise de l’épidémie (juillet et août), des vidéos qui voulaient « révéler le complot », les mesures sanitaires étant analysées comme le prélude à l’instauration d’un ordre mondial « sanitotalitaire » [6] dont le vaccin à venir serait l’instrument d’asservissement des populations vaccinées [7], en fait contaminées par une injection de nanoparticules rendant les individus dociles à un régime panoptique de type Big Brother médical ([8] et [9]); ou des interviews montrant des interprétations des statistiques officielles autres que les versions alarmistes des autorités de santé [10], en contestant les mesures elles-mêmes [11]. Sont venus s’ajouter les avis d’innombrables commentateurs (journalistes, intellectuels, écrivains, amateurs plus ou moins éclairés…), chacun y allant de son opinion sur le coronavirus, sur les critères de véracité des informations etc. Aussi l’espace médiatique et les réseaux sociaux sont aujourd’hui saturés par un flux d’informations concurrentes et contradictoires qui empêche tout un chacun de pouvoir répondre de manière claire à des questions simples mais pourtant importantes. Par exemple : le masque protège-t-il vraiment ? Faut-il le porter dans la rue ? Le confinement est-il nécessaire ? La chloroquine est-elle dangereuse ? Etc. Comment savoir qui croire ? A qui accorder sa confiance ? Comment s’y retrouver dans tout cela ? Sur quoi s’appuyer ? Où trouver une connaissance incassable ?

Face à des questions complexes, il était en général considéré que la science participe à la production d’un régime de vérité. Mais aujourd’hui avec le coronavirus il n’y a pas de consensus scientifique. Cette fonction de la science n’est pas remplie. Les chiffres et les modèles s’affrontent. Les spécialistes ne sont pas d’accord entre eux. Des études scientifiques établissent que le port du masque protège de l’aérosolisation du virus et des études scientifiques montrent le contraire [12]. Des études scientifiques montrent que la chloroquine est un bon traitement, et d’autres études scientifiques montrent le contraire. Des scientifiques expliquent qu’une vaccination n’est pas sans risque pour des porteurs asymptomatiques du virus et donc que le vaccin pourrait aggraver l’épidémie, et des scientifiques expliquent au contraire que le vaccin sera la solution à la résolution de l’épidémie. La défiance s’installe dès lors vis-à-vis des institutions scientifiques et rejaillit sur les institutions politiques. Car la décision politique impose des mesures perçues comme protectrices par les uns et liberticides par les autres, comme justement le port du masque obligatoire dans la rue ou la fermeture des établissements après 23 heures.

Dans son discours du jeudi 12 mars, le président Macron déclarait que le principe qui guidait le gouvernement dans la crise sanitaire était la « confiance dans la science », le fait d’écouter « celles et ceux qui savent ». C’est la raison pour laquelle avaient été mis en place un Conseil scientifique puis un Comité scientifique. Dans l’interview qu’il a donnée le 14 juillet à Léa Salamé, Macron a de nouveau rappelé : « je crois à la rationalité scientifique ». D’où la relation qui s’est établie entre régime de vérité et décision politique. D’où la crise de la confiance lorsque le consensus scientifique n’existe pas. Macron précisa que « ce n’est pas à un politique de trancher le débat scientifique. La science a ses processus ». Ces processus sont-ils réellement compris par le grand public ?

L’existence de la contestation des décisions gouvernementales ou des manifestations opposées à l’obligation du port du masque comme à Berlin, la profusion des voix qui contestent la vision médicale officielle, et l’existence de théories du complot [13] semblent répondre par la négative. Cela peut signifier deux choses. Soit que ces processus par lesquels la science participe à la production d’un régime de vérité ne sont pas compris et il s’agirait donc de mieux les expliquer. Soit plus fondamentalement que l’absence totale de consensus scientifique sur le SARS-CoV-2 pose la question de la confiance dans la capacité de la science à produire un régime de vérité et, ultimement, interroge le projet scientifique qui définit, en partie, l’histoire de l’Occident et sa réalisation totale depuis l’époque inaugurée par la révolution industrielle. L’hégémonie de la science vient de la puissance efficace de la technique, et cet agrégat de science et de technique a conduit à la prépondérance des sociétés occidentales d’abord, avant d’obliger les autres sociétés à s’y livrer. Ce qui serait l’une des raisons de la convergence entre les théories complotistes, les critiques de la domination occidentale sur le reste du monde, et les courants appelés « antiscience » qui irriguent beaucoup de prises de positions aujourd’hui.

Remarquons aussi que, alors que nous vivons dans un environnement marqué par la présence des traces techniques innombrables de la science dans notre vie quotidienne (codes-barres sur les produits, GPS dans les voitures etc.), la plupart des gens ne semblent pas vraiment savoir ce qu’est « la science », et confondent la science avec la technique. La plupart des utilisateurs de la technique savent s’en servir mais ignorent tout des principes scientifiques sur lesquels reposent leurs appareils. Cette ignorance engendre un phénomène curieux : beaucoup développent des représentations imaginaires différentes de ce que la science affirme, comme si l’efficacité de la technique permettait une dissociation entre vision du monde scientifique et usage pratique des objets techniques. Un exemple peut être trouvé avec les « platistes » (The Flat Earth Society), une communauté regroupant les adeptes d’une représentation plate de la Terre, qui croient que l’Antarctique est un mur de glace entourant le disque terrestre. Une croyance très ancienne mais qui, curieusement, perdure encore aujourd’hui à l’ère spatiale. Or les platistes utilisent des téléphones portables, dont la conception repose sur une représentation globale du monde différente. Comme s’il y avait une scission interne dans l’esprit des platistes, une sorte de dédoublement de représentation, une crise de la rationalité.

La science est un acquis fragile de nos sociétés contemporaines. Il est inquiétant de voir à quel point cet acquis peut être remis en question, ou comment « les sirènes de l’irrationnel » (selon le titre du livre de Dominique Terré, 1991) continuent de fasciner les navigateurs que nous sommes. Cette crise du SARS-CoV-2 semble ainsi l’occasion de réfléchir sur le rôle de la science dans la formation du savoir collectif et sur l’importance de cette entreprise collective qu’on appelle « la science » dans nos sociétés modernes. Les billets qui suivent développent chacun à leur manière un aspect de cette question.

(à suivre)


Christian Walter

Actuaire agrégé, chercheur en philosophie et sciences sociales, spécialiste de la finance / Fully qualified actuary, my research activities relate to financial modelling, history of financial thought, epistemology of finance and ethics of finance.

Vous aimerez aussi...

7 réponses

  1. Nelly Desbarrieres dit :

    Merci Christian pour cette très intéressante initiative.
    Nous ne pouvons pas oublier que sans la science et notamment les progrès de la médecine et de la chimie, nombreux d’entre nous n’existeraient tout simplement pas, compte tenu de la mortalité des femmes lors des naissances puis de la mortalité infantile, spectaculairement réduites au 20ème siècle !

  2. Picavet dit :

    Bravo, Christian! La science est faillible, bien sûr, et il importe d’en tenir compte dans le débat public. On en a souvent une image trop monolithique. La prise en compte de la diversité des écoles de pensée devrait être plus profonde et l’on devrait cesser d’y voir une anomalie, à mon avis. L’obscurantisme est, lui, infailliblement mauvais et la confusion entre science, technique et succès (entrepreneurial ou médiatique) ne peut que l’encourager.

  3. Tandeau de Marsac dit :

    Merci pour cette intéressante communication. L’avis du Comité Scientifique a été mis en avant jeudi pour justifier la décision du President de maintenir le premier tour et de ne pas ordonner tout de suite le confinement. Mais nous ignorons quel était cet avis. Les médecins sont aujourd’hui quasi-unanimes pour dire que c’était une grave erreur, pour ne pas dire plus, de laisser les gens aller voter au premier tour et de ne pas prendre plus tôt la décision de confiner la population. La science se fonde sur l’expérience et les expériences chinoise et italienne nous montraient clairement ici qu’il faut agir vite et sans tergiverser. La décision de différer le confinement relevait surtout de l’inconscience plus que de la science. Rabelais nous avait pourtant prévenu que science sans conscience n’est que ruine de l’âme. Nous touchons les limites du « et en même temps ».

  4. Paul Leondaridis dit :

    La science est une des quatre formes de la pensée créatrice humaine. A la différence des trois autres elle se veut exacte donc vérifiable D où son importance dans un contexte où la rêverie et les croyances s’avéreront inopérantes contre le Covid 19.

  5. Je n’y connais rien mais je ne suis pas la seule. Ca me console. Je constate seulement qu’au cours des siècles et des crises les « savants-sachants » se trompent toujours. Mais il faut bien se raccrocher à quelque chose sinon à quelqu’un. Le bon sens du bon vieux confinement emporte mon adhésion.

  6. Dider Weyne dit :

    Bravo Christian pour cette belle initiative ! La fiabilité des sources est précieuse à l’époque de fake news si faciles à créer et propager…

  7. j-marie bouquery dit :

    Banal:
    – L’intelligence de H.Sapiens: balayage entre les lignes, apparemment magique « Cosmos et Suspicion » – G. Bachelard.
    – Le Savoir image, raconte…, évolue,… n’est pas le réel:
    + Matière entre ondes, corpuscules et gravitation
    + Société entre psychosocio, économie et morale
    – Croyances, expériences, sciences……Mixez !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search