Ignorer la science / Ignore Science

Ils sont partout : sur les pelouses des parcs, les berges de la Seine, les plages où on pique-nique, même en montagne où des randonneurs ont eu un accident ! Alors que pourtant il a été décidé un confinement, une distanciation sociale, bref des mesures contraignantes certes, mais prises au nom de la protection de tous en regard des recommandations du Conseil scientifique COVID-19. Que se passe-t-il dans l’esprit de ceux qui les enfreignent ?

Dans ses avis du 12 mars et du 16 mars [1], le Conseil scientifique COVID-19 a été extrêmement clair. Les trois mesures indispensables à engager si l’on veut contrôler la progression d’une épidémie sont : 1) la distanciation sociale; 2) l’isolement des personnes fragiles; 3) le confinement. Ces préconisations ne tombent pas du ciel : elles résultent d’un important travail de recherche scientifique effectué depuis des années sur les grandes épidémies, montrant comment des situations sanitaires peuvent évoluer positivement ou dramatiquement selon qu’une mesure est ou non adoptée. Ces travaux comprennent des analyses statistiques historiques et des projections réalisées par des simulations numériques, elles-mêmes reposant sur des hypothèses de modélisation des épidémies. Ainsi va ce qu’on appelle la « science », ce savoir réputé fiable sur lequel repose la vie quotidienne dans nos sociétés contemporaines.

Allons voir de plus près. Ce sont les travaux de l’équipe de Neil Ferguson, vice-doyen de la faculté de médecine de l’Imperial College de Londres, qui ont été présentés jeudi 12 mars au gouvernement français. Ces travaux font écho à ceux du laboratoire INSERM-Sorbonne et d’autres équipes de recherche : loin de l’image d’Épinal du savant isolé dans son laboratoire, la science moderne est une entreprise collective mondiale portée par la société (on relira à ce sujet le remarquable et très d’actualité livre de Bruno Latour, Les microbes. Guerre et paix, 1984) dans laquelle tout résultat doit faire l’objet d’une relecture par d’autres chercheurs. Les modélisations présentées lors de la réunion de l’Élysée du 12 mars ont provoqué un effet de sidération, conduisant à l’annonce immédiate des mesures d’endiguement. On reviendra dans un billet suivant sur ces modélisations. Retenons pour le moment l’importance et le rôle des modèles scientifiques dans la décision politique.

Alors d’où vient que certains ne sentent pas concernés ? Le 16 mars, le Conseil scientifique COVID-19 constate « l’échec des recommandations ». Concentrons-nous sur un détail curieux. Ceux qui ne les respectent pas utilisent pourtant des objets (téléphones portables etc.) qui reposent sur de la science et des modèles scientifiques. Mais voilà : si on voit la technique, on ne voit pas la science ni ses modèles. Faute d’une culture scientifique minimale, la science est réduite aux merveilleuses machines de notre vie de tous les jours. On oublie les conditions institutionnelles de sa production. On oublie les modèles à l’origine des machines. La science disparaît sous la technique.

Cet oubli peut poser un problème pour une société. Et, en tout cas, montre qu’il existe une relation mystérieuse entre science et démocratie. Une relation à protéger.

(à suivre)


Christian Walter

Actuaire agrégé, chercheur en philosophie et sciences sociales, spécialiste de la finance / Fully qualified actuary, my research activities relate to financial modelling, history of financial thought, epistemology of finance and ethics of finance.

Vous aimerez aussi...

8 réponses

  1. bonnemay dit :

    Une petite anecdote : un jour, ma nièce de 4 ou 5 ans, dans un élan mystique propre à cet âge, s’est écriée : « Merci mon Dieu d’avoir créé les arbres, les poules et les vélos »
    Quelques années plus tard, les adultes finissent par penser la même chose des téléphones portables.
    En effet, un objet technique pleinement réussi ne nécessite pas que l’utilisateur comprenne comment (et surtout pourquoi) il fonctionne : le mode d’emploi suffit, et c’est le travail des ingénieurs que de « masquer » la science et les savoirs qui ont permis sont élaboration. Qui utilise Google Map, qui connait vraiment les principes de fonctionnement du GPS?
    Il faudrait être un génie, une espèce de Galilée, pour se demander dans un premier temps, puis pour découvrir dans un second , quels en sont les principes de fonctionnement du téléphone portable que l’on a dans ses mains.
    Donc quoi d’étonnant à ce que des utilisateurs de produits techniques accordent un intérêt limité à la science : ma nièce venait d’apprendre à faire du vélo, elle en était ravie, et la théorie qu’elle proposait pour expliquer la présence du vélo -un problème finalement secondaire- n’entrait pas en contradiction immédiate avec quoique ce soit.

    • C’est vrai que le manque de culture scientifique fait courir le risque de voir la science comme de la magie… D’où l’importance d’une culture scientifique minimale ! Une sorte de « science ouverte »

  2. Oui, « reproductibilité » de la science mais « acceptabilité sociale » aussi. Cette notion de développe dans le domaine du droit/science/société. Par exemple, une autorisation légale, fondée sur des expertises scientifiques, d’autorisation d’une exploitation minière, n’a désormais plus de valeur si elle n’est pas socialement acceptée par les population locales. Ce collectif qu’est la science tend a s’agrandir…

  3. Béatrice de Fonclare, dit :

    Depuis la nuit des temps on sait que qu’il faut se confiner en cas d’épidémie. Quant à la science érigée en divinité moderne et toute puissante, elle s’est bien souvent trompée. Les luttes fratricides des « scientifiques » témoignent de la multiplicité des hypothèses.

    • Oui les conflits entre écoles de pensée, même en science, illustrent la difficile convergence vers un paradigme. L’histoire des controverses scientifiques est, de ce point de vue, très intéressante.

  4. acolas dit :

    c est bien, tu continues à nous laisser sur notre faim car on attend la fin de ton raisonnement… vivement la prochaine chronique!!! cela va permettre de rythmer ses journées

  5. Benoit DELTOMBE dit :

    Héberon , le médicament censuré qui a guéri la Chine du coronavirus :
    https://semanariouniversidad.com/mundo/cuba-tiene-antiviral-para-tratar-el-coronavirus-y-puede-exportarlo/

  6. AUGUSTIN dit :

    J’adhère…

    Notre vie sociale est souvent dans un état de non-pensée voire d’aversion pour la pensée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.