Ignorer la science ? / Ignore Science?

Rappelons-nous mars : les gens étaient partout, sur les pelouses des parcs, les berges de la Seine, les plages où on pique-nique, même en montagne où des randonneurs avaient eu un accident ! Alors que pourtant il avait été décidé un confinement, une distanciation physique en société, bref des mesures contraignantes certes, mais prises au nom de la protection de tous en regard des recommandations du Conseil scientifique COVID-19. Dans ses avis du 12 mars et du 16 mars, le Conseil scientifique COVID-19 avait été extrêmement clair. Les trois mesures indispensables à engager si l’on voulait contrôler la progression de l’épidémie étaient : 1) la distanciation en société; 2) l’isolement des personnes fragiles; 3) le confinement. Ces préconisations ne tombaient pas du ciel : elles résultaient d’un important travail de recherche scientifique effectué depuis des années sur les grandes épidémies, montrant comment des situations sanitaires peuvent évoluer positivement ou dramatiquement selon qu’une mesure est ou non adoptée. Ces travaux comprennent des analyses statistiques historiques et des projections réalisées par des simulations numériques, elles-mêmes reposant sur des hypothèses de modélisation des épidémies. Ainsi fonctionne ce qu’on appelle la « science », ce savoir réputé fiable sur lequel repose la vie quotidienne dans nos sociétés contemporaines et qui permet de construire un régime de vérité, indépendamment des opinions des uns ou des autres. Le 16 mars, le Conseil scientifique constatait « l’échec des recommandations ».

Aujourd’hui, on rejoue le même scénario. Alors que les avis convergent sur des signes de reprise de l’épidémie, beaucoup contestent ces signes et, fait nouveau depuis mars, des manifestations et des mouvements de colère commencent à apparaître, comme en Allemagne contre le port du masque dans les rues ou en France à Marseille contre les mesures de fermetures des restaurants et bars, ou encore les corona-sceptiques à Londres. Si l’on écarte les nombreuses théories complotistes qui fleurissent sur les réseaux sociaux depuis le début de la crise sanitaire, trois voix médicales deviennent les porte-paroles involontaires des courants contestataires mesurés, celles des professeurs Jean-François Toussaint, Laurent Toubiana et Christian Perronne, dont personne ne peut contester la compétence scientifique. Pourtant, les graphiques comme par exemple celui-ci montrent une augmentation d’un facteur 5 depuis le 15 août (nombre de cas et nombre de décès) et ce phénomène n’est pas limité à la France. Que se passe-t-il ?

L’un des problèmes vient du passage de résultats dits « scientifiques » à leur interprétation et leur utilisation dans des mesures politiques directes, comme par exemple l’usage fait par Olivier Véran d’une étude américaine indiquant que le risque de contamination était multiplié par quatre quand on avait fréquenté un bar dans les jours précédent (d’où la décision pour Marseille). Or quiconque aura la curiosité d’aller voir cet article de recherche se rendra compte de la complexité de l’interprétation des résultats de l’étude, ce que commente un article du Figaro. Le problème vient de ce que le gouvernement, d’une part a besoin d’agir car une inaction serait immédiatement condamnée par l’opinion publique, et d’autre part doit agir en fonction d’un « récit du pouvoir » qui s’appuie sur des données dites scientifiques pour produire une croyance partagée. Le conseil scientifique COVID-19 a été constitué pour donner crédit à cette croyance partagée. Or cette croyance qui doit être partagée ne l’est pas.

Aujourd’hui, le récit du pouvoir est violemment contesté. On met en avant une discontinuité entre le récit du pouvoir et la « vraie vie » de ceux qui sont sur le terrain, comme par exemple les gérants des restaurants ou de salles de sports, et qui disent ne rien faire de dangereux. On entend aussi dire que  « le gouvernement a perdu la confiance des français » et « on n’a pas les vrais chiffres ». Par exemple 300 morts disparaissent dans une erreur de comptage » et donc il s’agit d’un « délire politique pas du tout scientifique » qui est « du domaine de la SF or la science existe ». Ou encore que

« on nage entre Molière et Alfred Jardy. On est entre le malade imaginaire, les précieuses ridicules et Ubu roi. On invente des chiffres c’était le cas ce week-end. 376 morts ont été ajoutés puis retirés. On comptabilise tous les morts de Guadeloupe sur la seule journée d’hier ».

Ainsi se met en place le scénario dystopique d’une « biopolitique du coronavirus » dans lequel le pouvoir est accusé de détruire les libertés individuelles au nom de la santé pour tous. Le nœud du savoir et du pouvoir serait mal noué par une caste techno-sanitaire, une sorte de complexe militaro-industriel cette fois dans le domaine de la médecine, à l’instar des technocrates de la société décrite dans LIncal noir, la célèbre BD de Moebius.

La situation est compliquée car, comme le rappelle la conclusion d’une étude récente de Harvard, « les chercheurs doivent savoir que leurs résultats, même lorsqu’ils sont présentés comme préliminaires, risquent d’être mal interprétés par des publics non scientifiques, au détriment éventuel de la santé publique. Cela est particulièrement vrai à l’ère du journalisme citoyen et des médias qui, soudainement se retrouvent à couvrir la science, la médecine et la santé publique sans expertise appropriée ». Comme pour illustrer cette mise en garde, un récent sondage fait apparaître que 50% des français estiment anxiogène la couverture des médias et 19% la pensent mensongère.

Allons voir de plus près. Au début, ce sont les travaux de l’équipe de Neil Ferguson, vice-doyen de la faculté de médecine de l’Imperial College de Londres, qui ont été présentés jeudi 12 mars au gouvernement français. Les projections issues des modélisations présentées lors de la réunion de l’Élysée du 12 mars (« 500 000 morts si on ne fait rien ») avaient provoqué un effet de sidération, conduisant à l’annonce immédiate des mesures d’endiguement. On voit tout de suite ici deux points importants. D’une part, le rôle des modèles scientifiques dans la décision politique. De l’autre, l’importance des projections issues des modélisations : la décision politique est filtrée par des modèles.

Ce sont ces projections qui sont aujourd’hui contestées et à l’origine de la défiance envers les décisions politiques. On rappelle ainsi que les projections avaient donné 70 000 morts pour la Suède alors qu’il n’en a rien été. L’article de recherche qui présente ces prévisions le fait avec la précaution d’usage : « nous proposons une structure possible pour le processus de contamination et nous en estimons ensuite les paramètres de manière empirique » (p. 13). Pour le dire autrement, le modèle de projection est une possibilité parmi d’autres, et les paramètres sont à estimer comme on peut. Rien d’anormal dans cette précaution : la base de toute démarche scientifique. L’approche est donc à la fois parfaitement rigoureuse et parfaitement discutable. Beaucoup d’arguments entendus aujourd’hui utilisent un raisonnement contrafactuel : « si on n’avait pas confiné, alors il y aurait eu N morts ». Ce raisonnement s’appuie également sur des simulations, accompagnées des mêmes précautions : « nous avons estimé que le confinement a pu éviter environ 590 000 hospitalisations et 140 000 admissions en soins intensifs ».

Alors d’où vient que certains ne sentent pas concernés ? Le 27 septembre, le président du conseil national de l’ordre des médecins, Patrick Bouet, rappelait l’importance d’accepter les conclusions scientifiques des modèles épidémiologiques de projection pour éviter que le système de santé ne se retrouve face à une incapacité d’assurer l’accueil des malades.

En fait, l’acceptabilité sociale de l’hypothèse scientifiquement validée n’a pas eu lieu. On voit donc comment cette crise sanitaire pose bien la question de la compréhension de ce qu’est « la science ».

(à suivre)


Christian Walter

Actuaire agrégé, chercheur en philosophie et sciences sociales, spécialiste de la finance / Fully qualified actuary, my research activities relate to financial modelling, history of financial thought, epistemology of finance and ethics of finance.

Vous aimerez aussi...

9 réponses

  1. bonnemay dit :

    Sur la mise à jour de l’article « ignorer la science »
    Une partie de la difficulté pourrait venir des différentes acceptions de mot « science ».
    Dans les sciences « dures », on s’intéresse :
    -à des phénomènes qui se laissent « mettre en équation », et qui sont donc régis par des lois mathématiques très rigides, et
    -à des phénomènes reproductibles
    -et dont le comportement prévu peut donc être validé/invalidé par une expérience
    Tant que l’on reste dans ce cadre, la science a pu conduire, en physique par exemple, à des résultats d’une précision remarquable, et qui ne suscitent plus aucune contrverse quand ils ont atteint une certaine maturité.

    Mais tous les phénoménes du monde ne rentre pas dans ce cadre étroit : en épidémiologie, la mise en équation est partielle, la reproductibilité très tenue et l’expérimentation impossible, ce qui rend du même coup la preuve logiquement impossible.

    On n’est donc pas à proprement parlé dans un domaine scientifique, même si l’on utilise, pour le décrire, un langage scientifique.
    Er pourtant, on parle toujours de « science », comme si on s’intéressait au mouvement des planètes autour d’une étoile…

    La force prédictive d’une telle démarche, et sa crédibilité, sont donc forcément réduites, surtout si l’on attend de la « science épidémiologique » des prévisions de même nature que celles fournies par la « science physique ».

  2. bonnemay dit :

    Une petite anecdote : un jour, ma nièce de 4 ou 5 ans, dans un élan mystique propre à cet âge, s’est écriée : « Merci mon Dieu d’avoir créé les arbres, les poules et les vélos »
    Quelques années plus tard, les adultes finissent par penser la même chose des téléphones portables.
    En effet, un objet technique pleinement réussi ne nécessite pas que l’utilisateur comprenne comment (et surtout pourquoi) il fonctionne : le mode d’emploi suffit, et c’est le travail des ingénieurs que de « masquer » la science et les savoirs qui ont permis sont élaboration. Qui utilise Google Map, qui connait vraiment les principes de fonctionnement du GPS?
    Il faudrait être un génie, une espèce de Galilée, pour se demander dans un premier temps, puis pour découvrir dans un second , quels en sont les principes de fonctionnement du téléphone portable que l’on a dans ses mains.
    Donc quoi d’étonnant à ce que des utilisateurs de produits techniques accordent un intérêt limité à la science : ma nièce venait d’apprendre à faire du vélo, elle en était ravie, et la théorie qu’elle proposait pour expliquer la présence du vélo -un problème finalement secondaire- n’entrait pas en contradiction immédiate avec quoique ce soit.

    • C’est vrai que le manque de culture scientifique fait courir le risque de voir la science comme de la magie… D’où l’importance d’une culture scientifique minimale ! Une sorte de « science ouverte »

  3. Oui, « reproductibilité » de la science mais « acceptabilité sociale » aussi. Cette notion de développe dans le domaine du droit/science/société. Par exemple, une autorisation légale, fondée sur des expertises scientifiques, d’autorisation d’une exploitation minière, n’a désormais plus de valeur si elle n’est pas socialement acceptée par les population locales. Ce collectif qu’est la science tend a s’agrandir…

  4. Béatrice de Fonclare, dit :

    Depuis la nuit des temps on sait que qu’il faut se confiner en cas d’épidémie. Quant à la science érigée en divinité moderne et toute puissante, elle s’est bien souvent trompée. Les luttes fratricides des « scientifiques » témoignent de la multiplicité des hypothèses.

    • Oui les conflits entre écoles de pensée, même en science, illustrent la difficile convergence vers un paradigme. L’histoire des controverses scientifiques est, de ce point de vue, très intéressante.

  5. acolas dit :

    c est bien, tu continues à nous laisser sur notre faim car on attend la fin de ton raisonnement… vivement la prochaine chronique!!! cela va permettre de rythmer ses journées

  6. Benoit DELTOMBE dit :

    Héberon , le médicament censuré qui a guéri la Chine du coronavirus :
    https://semanariouniversidad.com/mundo/cuba-tiene-antiviral-para-tratar-el-coronavirus-y-puede-exportarlo/

  7. AUGUSTIN dit :

    J’adhère…

    Notre vie sociale est souvent dans un état de non-pensée voire d’aversion pour la pensée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search