Valider la science / Validating Science

C’est devenu un classique de l’histoire des sciences, un épisode central dans la manière moderne de comprendre ce qu’est une hypothèse scientifique et comment elle est validée, épisode si important pour les partisans de la vérité en science qu’il a fait l’objet d’une analyse extrêmement poussée par Carl Hempel (dans ses Éléments d’épistémologie, 1966) qui y voit l’exemple emblématique de la recherche d’une vérité scientifique.

La scène se passe à Vienne de 1844 à 1848, dans l’hôpital général. Le médecin Ignace Semmelweis y est chef de clinique dans un service de maternité confronté à un taux de mortalité très élevé (18%) lors des accouchements à cause de la fièvre puerpérale. La mortalité est considérée comme si élevée que bien des femmes préfèrent accoucher dans la rue plutôt que dans cette maternité ! C’est d’autant plus bizarre que, dans le service d’à côté, le taux de mortalité n’est que de 2%. On a cherché en vain avant Semmelweis les raisons de cette différence.

Il faut relire la manière dont Hempel raconte comment Semmelweis résout l’énigme, tant ces pages sont un vibrant plaidoyer pour la méthode scientifique. Semmelweis passe en revue toutes les hypothèses existantes, même les plus farfelues. Par exemple, on imaginait que la manière d’accoucher (sur le dos ou sur le côté) pouvait être un facteur de mortalité, ou que la présence d’un prêtre qui arrivait à tout hasard pour administrer les derniers sacrements « au cas où » pouvait représenter un facteur d’anxiété pour la femme en train d’accoucher !

Et puis arrive un accident. Un professeur d’anatomie s’entaille le doigt par un scalpel infecté à la suite d’une dissection d’un cadavre. Il meurt avec les mêmes symptômes que les femmes qui accouchaient. Semmelweis fera alors l’observation qui s’avérera être pertinente pour différencier les taux de mortalité entre maternités : dans la maternité mortelle, les étudiants en médecine arrivaient de leur cours d’anatomie et ne se lavaient pas les mains après les dissections, tandis que, dans l’autre maternité, les élèves sages-femmes n’arrivaient pas de cours de dissection. Semmelweis teste son hypothèse en préconisant de se laver les mains. Le taux de mortalité de la maternité maudite tombe à environ 1%. CQFD. Hempel en déduit le schéma de la validation d’hypothèse dans quelques pages qui sonnent comme le chant de gloire de la méthode scientifique. Le prestige de la science semble sans limite, tant ce qui était appelé « la peste noire des femmes » avait résisté pendant des siècles à toute tentative d’endiguement.

Mais les choses ne sont jamais aussi simples. Dans beaucoup de situations, il arrive que les résultats ne fassent pas l’unanimité, que plusieurs hypothèses concurrentes coexistent pacifiquement ou non, que le politique vienne s’en mêler pour décider quelle hypothèse doit être retenue etc. Aujourd’hui par exemple, le port du masque est-il protecteur ? La chloroquine est-elle efficace ? Le confinement est-il une bonne façon de freiner l’épidémie ? Etc. Regardons le graphique ci-dessous [1]. Quelle est la bonne solution ? Et puis il reste la question de l’acceptabilité sociale de l’hypothèse validée, une autre affaire.

Une façon de dire que, aujourd’hui, on ne pense plus que la « science » décrit le monde mais la manière dont nous, nous décrivons le monde. La « science » nous parle de nous.

Source du graphique : « ressources actuarielles« 

(à suivre)


Christian Walter

Actuaire agrégé, chercheur en philosophie et sciences sociales, spécialiste de la finance / Fully qualified actuary, my research activities relate to financial modelling, history of financial thought, epistemology of finance and ethics of finance.

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. La science englobe l’ensemble des connaissances – les « connaissances scientifiques » – produites par la démarche scientifique illustrée dans l’article.
    Dans la crise actuelle, il y a un certain nombre de décisions à prendre par ceux qui gouvernent, ceux qui, au sens étymologique, tiennent le gouvernail. Or certaines décisions doivent se prendre en l’absence ou dans l’insuffisance des connaissances scientifiques nécessaires. Faut-il donner un remède, et lequel, à un patient dont l’infection est avérée ? Les enfants et les jeunes sans symptômes sont-ils contaminants ? Les guéris, qu’ils sortent de l’hôpital ou qu’ils aient subi en restant chez eux une forme atténuée de la maladie, sont-ils immunisés ?
    La méthode scientifique doit aussi éclairer la stratégie et les futures décisions, y compris sur les recherches médicales et scientifiques à prioriser. Faut-il développer un test d’immunité ? Les masques seront-ils encore utiles dans 3 mois, pour qui ?
    Les scientifiques tentent d’éclairer la situation, comme le fait le navigateur sur un navire. Mais en dernier recours, c’est le gouvernant qui place le navire sur la trajectoire qui lui paraît la meilleure, ou la moins mauvaise, compte tenu des informations dont il dispose.

  2. patrice morain dit :

    Merci Christian pour ces petits moments de réflexion toujours salutaires.
    très amicalement,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.