Publier la science / Publishing Science

La chloroquine va-t-elle être le remède miracle ? Oui pour les uns, non pour les autres ! Les politiques s’en sont mêlés : « De toutes façons qu’est-ce qu’on risque ? Les gens meurent » dit Bruno Retailleau ajoutant « qu’on n’attende pas ce que les milieux académiques peuvent attendre, c’est-à-dire des règles standards, académiques, de la recherche de risques »[1]. Christian Estrosi lui, a « envie qu’on fasse confiance » à Didier Raoult. La rumeur enfle, par exemple la chloroquine est « le remède interdit par le gouvernement »[2]. Le très médiatique Aurélien Barrau explique qu’il faut être prudent avec les résultats de l’étude française[3]. Michel Cymes appelle à la vigilance[4]. Un site mauritanien annonce qu’au Maroc, cinq malades du coronavirus ont été guéris par la chloroquine[5], affirmation démentie par Le Monde[6]. Etc. La liste est longue des déclarations aussi contradictoires que convaincues sur ce qui, pour le moment, est une piste de recherche sans consensus scientifique. Consensus ?

C’est l’occasion de rappeler que ce qu’on appelle communément la « science » est une entreprise collective mondiale de chercheurs qui entretiennent une conversation scientifique par des publications scientifiques appelés « articles ». Ces articles forment le réseau de la science (selon le terme forgé par Derek de Solla Price en 1965). Pour arriver au consensus dans ce réseau, il faut passer deux étapes. La publication dans une revue scientifique, la vérification par d’autres chercheurs.

Comment est-on publié ? Dans le monde économique des fonds d’investissement, un comité (d’investissement) lit les dossiers des entreprises proposées et décide d’acquérir ou non pour son fonds une entreprise non cotée. Dans le monde scientifique des revues, c’est un peu la même chose : un comité (de lecture) lit les articles proposés et décide d’acquérir ou non pour sa revue le texte encore non publié. Ainsi les revues qu’on appelle « scientifiques » sont des revues à comité de lecture, qu’on distingue donc des revues à comité de rédaction comme par exemple les magazines. Mais n’y a-t-il pas des biais de décision, des dérapages de procédure ? La revue est-elle vraiment indépendante ? Etc. Allons voir de plus près.

Un article publié en ligne le 19 février 2020 par une revue du Centre international pour l’avancement de la médecine et de la recherche en santé du Japon, BioScience Trends, annonce une efficacité apparente de la chloroquine pour le traitement du coronavirus.

Comment savoir si la décision de publier était bonne ? Peut-on faire confiance à la revue qui a pris cette décision ? C’est-à-dire : quelle est sa qualité ? Il y a tellement de revues scientifiques aujourd’hui dans le monde (environ 30 000) que des classements sur leur qualité ont été établis. Un peu comme les étoiles du guide Michelin classent la qualité des restaurants. Il y a les restaurants 3 étoiles, 2 étoiles, une étoile, et sans étoile (on y mange bien aussi…). Si l’on veut aller dîner dans un bon restaurant, on a un critère de mesure (et de prix !). L’équivalent des étoiles Michelin pour les revues scientifiques est donné par des indicateurs métriques calculés à partir des grandes bases de données mondiales comme par exemple la base Scopus. Il y a ainsi des revues 3 étoiles, des revues 2 étoiles etc. Les étoiles de BioScience Trends (l’indice H ici 25) sont données par le classement SCImago Journal & Country Rank conçu par le groupe de recherche du Conseil supérieur de la recherche scientifique espagnol en partenariat avec l’éditeur néerlandais Elsevier. Ce classement renseigne sur la qualité des plats (ici les articles) qui sont servis au public (aux lecteurs). D’autres classements existent. C’est la scientométrie, imaginée par Derek de Solla Price, les étoiles Michelin de la science.

Résumons. Des chercheurs chinois publient dans une revue japonaise classée par une mesure espagnole diffusée par un éditeur néerlandais. C’est ce qu’on appelle la science. Les procédés de classement ont fait l’objet de nombreuses critiques, comme par exemple celle d’Yves Gingras dans son livre Les dérives de l’évaluation de la recherche (2014). Mais on n’a pas trouvé mieux pour l’instant. Globalement, le système fonctionne. Même s’il est complété aujourd’hui par les notions de « science citoyenne » et de « participation citoyenne ».

Alors la chloroquine ? Que faire ? On peut décider de ne pas suivre ce système, quitte à prendre le risque de faux espoirs comme la fusion froide[7] ou les rayons N[8]. De la fausse « science » en regard de ce protocole. Mais la « vraie » science peut se passer de ce protocole diront d’autres. Qu’au moins chacun sache ce qu’il fait en décidant ou non de le suivre. Cette décision reflète une attitude vis-à-vis de ce que nous appelons aujourd’hui la science.

(à suivre)


Christian Walter

Actuaire agrégé, chercheur en philosophie et sciences sociales, spécialiste de la finance / Fully qualified actuary, my research activities relate to financial modelling, history of financial thought, epistemology of finance and ethics of finance.

1 réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search