Les tricheurs / The cheaters

Rappelons-nous quand nous étions en classe. Il y a toujours cette image d’un élève qui est en train de copier sur un autre pendant un examen. Il essaie de voir ce qu’écrit l’autre à qui la question semble facile, se penche un peu en espérant ne pas être vu du professeur, tente de décrypter ce qu’il peine à lire, voire à comprendre, sur la feuille de l’autre. Il copie. Il triche.

Le Caravage, Les tricheurs (v. 1595)

A l’échelle d’un État, on appelle ça l’espionnage scientifique ou industriel. L’espionnage scientifique a toujours été considéré comme une activité sombre de la recherche. C’est différent du renseignement économique (je traduis en français « economic intelligence ») car plus offensif, plus directement intéressé par les résultats qu’on n’arrive pas, soi-même, à obtenir, à trouver, ou bien qui prendraient du temps, donc de l’argent, pour être trouvés. On trouve ces pratiques dans un contexte de compétition économique ou d’affrontements entre États.

L’un des exemples les plus connus est celui de la bombe atomique soviétique. Des informations scientifiques sur la bombe atomique américaine avaient été transmises en URSS grâce à l’efficacité des agents de renseignement du GRU (les « espions atomiques ») et ont accéléré le projet de bombe atomique soviétique, un projet décidé en grand secret fin 1942 par Staline, qui avait été lui-même informé du projet Manhattan américain. Un autre exemple connu est celui de l’avion de ligne supersonique Tupolev 144. Les plans détaillés des systèmes de freinage, du train d’atterrissage et de la cellule du Concorde franco-britannique avaient été transmis à l’URSS par le directeur du bureau parisien d’Aeroflot et ont été utilisés pour construire le Tupolev 144, ensuite surnommé pour cette raison le « Concordski ». L’URSS était un État dans lequel l’espionnage scientifique et industriel avait été porté à un niveau… industriel, en particulier dans le contexte de la guerre froide. Tout a été écrit sur ces affaires (par exemple la condamnation des Rosenberg aux États-Unis etc.) et je ne vais pas revenir sur là-dessus ici, pour m’intéresser à une question plus générale sur la tricherie en science.

Revenons à l’élève tricheur. Pourquoi triche-t-il ? Filons des banalités. En général on triche quand on n’arrive pas à résoudre un problème et qu’on voit que des « bons élèves » y arrivent (du moins le croit-on). On bloque sur une question nouvelle ou difficile et un autre sait y répondre. Mais, au niveau des États, cette infériorité pose un problème d’indépendance. Ainsi la plupart des États utilisent leurs services de renseignements pour dérober des secrets scientifiques dans le but de gagner des parts de marché ou de s’affirmer en tant que puissance.

Les techniques puis les technologies ont toujours été perçues comme des éléments essentiels de souveraineté nationale. Louis XI, déjà, avait compris qu’un État puissant devait disposer de ses propres techniques de production et en avoir la maîtrise. Pour contrer la maîtrise technique de l’Italie sur la production de la soie, et malgré les réticences du Consulat de Lyon car l’économie des lyonnais dépendaient des marchands italiens, Louis XI décida le 23 novembre 1466 d’installer à Lyon une manufacture de soie en faisant venir des techniciens et des ouvriers italiens pour la construire. Le président chinois Xi Jinping ne fit pas autre chose quand il décida d’installer le laboratoire de sécurité biologique P4 (pathogène de classe 4) dans l’Institut de virologie de Wuhan (épicentre du coronavirus en Chine) en faisant venir des scientifiques français pour le construire sur le modèle du laboratoire P4 Jean-Mérieux de Lyon. Il y eut un transfert de la technologie française sur l’étude des virus, domaine dans lequel la France avait acquis une maîtrise scientifique de longue date, en partie grâce par sa situation d’ancienne puissance coloniale (les Instituts Pasteur d’outre-mer étaient parmi les centres de recherche mondiaux les plus réputés en maladies tropicales).

En matière scientifico-technique, certains pays prennent de l’avance sur d’autres. Y a-t-il des « bons élèves » de la science ? Un pays stagne technologiquement tandis qu’un autre va de succès en succès technologiques. Peut-on l’expliquer ? Y aurait-il des facteurs politiques ou sociaux qui favoriseraient les succès scientifico-techniques ? Est-ce que par exemple les démocraties libérales seraient plus propices au progrès scientifique que les régimes à parti unique ? Y a-t-il un rapport entre la démocratie libérale et un écosystème de créativité scientifique ? Est-ce dû à un cadre éthique ou culturel, une croyance partagée dans le progrès ? C’est une question complexe. Par exemple la Chine a une tradition d’excellence mathématique très ancienne et toujours vivante (médaille Fields en 1982, 106 médailles d’or aux Olympiades internationales de mathématiques en vingt ans) mais c’est l’Occident qui a pris de l’avance en physique puis dans les autres sciences. Les grandes puissances scientifiques traditionnelles sont l’Europe, les États-Unis et le Japon. D’où la demande chinoise, constante depuis l’adhésion de la Chine à l’Organisation mondiale du commerce en 2001, de transferts de technologie dans les contrats commerciaux passés avec les entreprises occidentales. Il ne s’agit pas ici d’espionnage scientifique puisque ces technologies ont été « données » à la Chine, mais l’objectif est le même, rattraper un retard scientifico-technique pour des raisons de puissance nationale, la science étant mise au service de la puissance étatique. Le discours du président Xi Jinping au 19e Congrès national du Parti communiste chinois était très clair : il s’agit de faire de la Chine une grande puissance scientifique portée par une vision « techno-nationaliste » dans laquelle la science chinoise est au service de la puissance de la Chine et réciproquement. Des plans stratégiques comme « Made in China 2025 » ou « Internet + » visent à donner à la Chine la maîtrise de technologies clefs (spatial, pharmacie, robotique etc.) pour pouvoir devenir un acteur scientifique majeur de la scène mondiale et pas seulement se contenter d’être l’ « usine du monde ».

Si l’intention de la Chine de devenir une grande puissance scientifique est évidemment louable, on constate aussi des cas de violation de l’éthique scientifique. Des affaires récentes comme l’annulation par l’éditeur scientifique Springer de 107 articles de recherches publiés par des chercheurs chinois entre 2012 et 2016 est un exemple de non-respect des valeurs scientifiques fondamentales de la recherche (indépendance et principe de vérité). En général, les revues scientifiques demandent aux chercheurs de proposer une liste de relecteurs pour certifier leurs travaux. Mais des agences chinoises spécialisées produisent des listes de faux relecteurs pour des relectures qui n’en sont donc pas, une activité devenue très lucrative pour un marché du faux estimé à plusieurs milliards de dollars. La contrefaçon de la science produit des faux articles scientifiques. Les méthodes de production de faux sont variées : fabrication de données, falsification de données, etc. Ici, il s’agit moins de vol que de fraude, une autre forme de tricherie scientifique, peut-être plus grave. Dans le premier cas, le vol n’altère pas le critère régulateur de vérité. Au contraire, en s’appropriant le travail de l’autre, on valide ce critère puisqu’on pense que ce qu’a fait l’autre est plus « vrai » que ce qu’on peut faire soi-même. Mais la production d’un faux scientifique est beaucoup plus grave : ici, on ignore le critère de vérité. On détruit ce qui fonde le savoir spéculatif scientifique. On sape la science à la racine.

La vérité comme critère régulateur de la science semble être une caractéristique fondamentale de la démarche scientifique d’Occident. Une « fraude scientifique » aurait paru non seulement impossible aux savants européens des XVIIe et XVIIIe siècle, mais plus encore inconcevable, l’assemblage même de ces deux mots semblant être un oxymore dans la démarche occidentale des commencements de la science.

(à suivre)

 


Christian Walter

Actuaire agrégé, chercheur en philosophie et sciences sociales, spécialiste de la finance / Fully qualified actuary, my research activities relate to financial modelling, history of financial thought, epistemology of finance and ethics of finance.

2 réponses

  1. David dit :

    Super intéressant. Merci

  2. Rodarie dit :

    Le rapport entre vérité et science est très intéressant à creuser, comme cela est précisé il était autrefois inconcevable que cela puisse être évoqué. J’attends avec impatience la suite de la réflexion sur ce thème.
    En tout état de cause la dérive constatée sur la qualité des articles avec la présence de faux me semble être non seulement un manquement à l’éthique mais aussi une conséquence de la mécanisation de l’appréciation des équipes de recherche. Le nombre d’articles publiés est devenu trop déterminant. Il y a quarante ans on expliquait par ce nombre déjà trop présent la production d’articles peu intéressant ou répétitif. Du peu intéressant on est passé du intéressant aux faux, ou truqués, je dirais volontiers, logiquement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.