Hérode et les rois mages / Herod and the Magi

Il est intéressant de remarquer que toutes les critiques adressées à la science, aussi bien les mouvements anti-science que les réflexions écologiques sur les limites du monde face à l’emprise dévorante de la technique, viennent principalement des sociétés industrialisées régies par le système politique de la démocratie libérale des États de droit. Dans les sociétés industrialisées à régime autoritaire ou totalitaire, les gouvernements voient dans la science un outil majeur pour parvenir au développement économique ou à la puissance nationale qu’ils recherchent. C’était le cas de l’URSS pendant la guerre froide, c’est le cas de la Chine aujourd’hui. Dans le précédent billet, on a dit comment le président chinois Xi Jinping, dans son discours du 3 novembre 2017 au 19e congrès du Parti communiste chinois, avait fixé pour la Chine l’ambition de devenir la première puissance scientifique mondiale pour le centenaire de la révolution de 1949. La vision techno-nationaliste chinoise est de bâtir une science chinoise au service de la puissance chinoise et réciproquement. Mais ceci au prix d’un autre cadre éthique que celui de la science occidentale.

Outre les problèmes de fraude scientifique mentionnés dans le précédent billet, la condamnation le 30 décembre 2019 du chercheur en biophysique He Jiankui qui avait mis au monde des bébés génétiquement modifiés (des « bébés OGM »), condamné à trois ans de prison pour « avoir illégalement procédé à la manipulation génétique d’embryons à des fins de reproduction », illustre l’écart important qui existe entre le cadre éthique occidental et l’environnement dans lequel se développe la science chinoise. Pour comprendre cette course au développement, une image utilisée dans son discours de 2017 par Xi Jinping est très éclairante : « un voyageur qui a fait 90 % de son trajet doit considérer qu’il n’est encore qu’à mi-chemin ». Le gouvernement chinois estime qu’il doit contrôler la croissance du système scientifico-technique pour l’orienter dans le sens des intérêts politiques de la Chine comme grande puissance en devenir. La raison scientifique n’est plus l’instance ultime de la recherche du savoir, elle cède la place à une raison politique ou historique qui doit faire advenir une société nouvelle. Croyance absolue dans le progrès scientifique, fort soutien politique, création d’un écosystème financier pour soutenir les entreprises qui développent des technologies perçues comme capitales pour la puissance chinoise comme l’intelligence artificielle, on n’est plus ici dans « la science pour la science » des Galilée, Newton, Kepler ou Heisenberg, mais dans une science au service de l’efficacité sociale et politique, quel qu’en soit le prix à payer : « la recherche des agréments de la vie, la passivité, le laisser-aller et le contournement des contradictions, est à condamner ». Le mot « scientifique » est mentionné 28 fois dans le discours de Xi Jinping qui, dès le début de son discours, énumère les succès scientifiques chinois : « de grandes réalisations scientifiques et technologiques ont été accomplies, comme le module spatial Tiangong, le submersible Jiaolong, le radiotélescope sphérique à ouverture unique Tianyan, l’explorateur de particules de matière noire Wukong, le satellite de communication quantique Mozi ». La science devient un moyen du pouvoir.

Il ne s’agit pas ici d’adopter une posture critique facile de condamnation de la démarche chinoise, une démarche qui peut aussi forcer l’admiration par son ambition de transformer la Chine en grande puissance scientifique, un objectif louable en soi qui montre des succès technologiques réels malgré les problèmes éthiques évoqués, mais de réfléchir sur une caractéristique de la science qui semble propre à l’Occident et absente de la politique scientifique chinoise.

Pour cela, comparons la démarche chinoise avec de grands projets occidentaux de recherche fondamentale, en physique des particules ou en astronomie. La découverte du boson de Higgs en 2012 au CERN, le laboratoire européen pour la physique des particules dont l’anneau circulaire de 27 km du grand collisionneur d’hadrons est enterré à 100 mètres sous terre dans la région de Genève, fut un immense succès de la recherche fondamentale et une magnifique consécration pour le modèle standard de la physique. La recherche de cette particule, fondamentale pour l’édifice du modèle standard dont elle représente la clef de voûte, ne relève pas d’une logique de puissance mais d’une logique de connaissance pure. Aujourd’hui, la mise en évidence du boson de Higgs permet de se poser la question de la frontière scientifique suivante, celle de la « matière invisible » (je traduis les mots dark matter) de l’univers, une matière transparente mystérieuse qui tient entre elles les galaxies et dont l’existence n’est connue que par les traces de gravitation qu’elle laisse dans le monde de la matière visible. La recherche de la matière invisible relève de la connaissance pure et n’est guidée par aucune considération de puissance politique ou économique, ou d’efficacité technologique pour des enjeux de société.

De la même manière, la découverte de la première planète en dehors du système solaire (« exoplanète ») en 1995 par l’astrophysicien suisse Michel Mayor à l’observatoire de Genève représenta un immense pas vers la connaissance d’autres mondes dans l’univers. Aujourd’hui, 4 268 exoplanètes ont été découvertes dans 3 154 systèmes planétaires autres que le nôtre. Des mondes nouveaux, des perspectives qui ouvrent sur un vertige de nouvelles frontières car on estime à 100 milliards le nombre de planètes rien que dans notre seule galaxie.

Cependant la connaissance en tant que telle n’apparaît pas suffisante pour représenter le moteur ultime de la recherche telle que l’Occident l’a pratiquée et la pratique dans ces deux exemples. La clé de ces quêtes est admirablement et simplement dévoilée dans l’interview de Michel Mayor au cours du film documentaire Chasseurs de monde :

« à quoi bon chercher d’autres planètes si nous ne pouvons pas nous y rendre ? Pourquoi chercher d’autres formes de vie si nous ne pouvons pas communiquer avec elles ? Si vous avez déjà regardé les anneaux de Saturne dans un télescope, vous connaissez une partie de la réponse. Nous cherchons pour nous émerveiller ».

C’est l’émerveillement qui constitue le moteur de la recherche fondamentale telle qu’elle est née en Europe. Comme le CERN de Genève, l’Observatoire européen austral (ESO), qui gère les très grands télescopes du désert d’Atacama au Chili, traque les nouveaux mondes pour la gratuité de l’émerveillement.

Le jour où la science sera coupée de ses racines contemplatives et de l’émerveillement produit par la démarche de recherche et de découverte, le risque est grand que la science devienne stérile car la source du mouvement scientifique serait alors tarie. Ainsi se situe l’enjeu de l’intégrité scientifique. Moins une contrainte éthique pour forcer les chercheurs à entrer dans des cadres normatifs de bonne conduite scientifique, qu’une démarche dont le but ultime est rien moins que sauver la science pour qu’elle ne disparaisse pas.

Des astronomes qui cherchent une étoile pour s’émerveiller… Le mot grec biblique qui désigne un  « astronome » est le mot « magos », mage. Le récit de l’évangile selon Matthieu relate l’épisode des rois mages. Arrivant d’Orient, les mages cherchent l’étoile qui les conduira à l’émerveillement et, nous dit le récit, « à la vue de l’astre, ils éprouvèrent une très grande joie ». Mais le roi Hérode prend peur et décide de trouver l’étoile, pas pour s’émerveiller mais pour capturer l’enfant de la crèche. Il demande aux mages de lui indiquer le lieu de la naissance. La science qui intéresse Hérode est destinée à renforcer sa puissance politique. La science qui intéresse les mages est destinée à leur apporter la joie.

Deux conceptions de la science semblent ainsi s’opposer, que l’on peut résumer par la formule : Hérode et les rois mages.

(à suivre)


Christian Walter

Actuaire agrégé, chercheur en philosophie et sciences sociales, spécialiste de la finance / Fully qualified actuary, my research activities relate to financial modelling, history of financial thought, epistemology of finance and ethics of finance.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.