Miroir mon beau miroir \ Mirror mirror

La crise sanitaire a produit un « effet de loupe » sur une caractéristique fondamentale des modèles scientifiques, leur impact dans la vie de tous les jours. Les modèles ont pris un tel rôle dans la gestion de la crise sanitaire que parler d’un véritable « empire des modèles » n’est pas exagéré. Mais quand l’usage des modèles par les politiques conduit à des décisions aussi lourdes que le confinement en aveugle ou le couvre-feu, il devient indispensable, en démocratie, de mettre en débat public les fondements de ces modèles. Pas pour critiquer les modélisateurs mais pour questionner la manière dont l’exercice du pouvoir utilise les modèles. Agir dans un monde incertain nécessite une démocratie technique participative.


 

Tout le monde se rappelle de l’épisode du miroir magique dans le célébrissime et enchanteur film de Walt Disney Blanche-Neige et les sept nains (1937), l’adaptation du conte des frères Grimm de 1812, une histoire très présente dans l’imaginaire européen. La reine-sorcière et belle-mère de Blanche-Neige demande chaque matin à son miroir : « miroir mon beau miroir, dis-moi qui est la plus belle ? ». Le miroir dit toujours la vérité du monde : le miroir « voit » le monde tel qu’il est pour le présenter à qui l’interroge. Mais la vérité du monde peut être dérangeante (on préfèrerait ne pas la « voir »). Quand le miroir lui répond un jour que Blanche-Neige est la plus belle, cette vérité ne lui convient pas. Elle décide de tuer Blanche-Neige.

Walt Disney, Blanche-Neige et les sept nains, ©Disney-planet.fr

Cette histoire peut représenter une manière d’entrer dans la question de la place et du rôle qu’ont pris les modèles mathématiques dans les sciences. Partout des modèles mathématiques, tel le miroir magique de Blanche-Neige, ont pour objet de « voir » le monde et de décrire de la manière la plus fidèle possible le phénomène observé. C’est le cas par exemple pour la sécurité nucléaire, l’assurance des satellites, l’évaluation de l’impact du changement climatique, et bien évidemment la gestion de la crise sanitaire que nous traversons.

Dans un récent article du Monde, David Larousserie pointe une caractéristique importante des modèles épidémiologiques : ces modèles ne produisent pas des prévisions au sens où l’on fait des prévisions en astronomie, mais plutôt des scénarios qu’on appelle « contrafactuels » (ce qui aurait pu être si…, mais qui n’est pas), un peu comme des lanceurs d’alerte sur le mode « si on choisit telle action, alors le modèle prédit qu’il y aura tant de morts ». Ceci pour permettre ensuite d’agir pour éviter le nombre de morts prédit par le modèle. En cela, la métaphore de l’histoire de Blanche-Neige fonctionne : voyant ce qui ne leur plaît pas (la vérité du monde touché par le virus si on ne fait rien), les politiques décident de bloquer la diffusion du virus (d’où la décision du confinement puis du couvre-feu). Le modèle a « vu » un futur contrafactuel qui déplaît. On agit en fonction de cela. Les modèles épidémiologiques sont des modèles d’aide à la décision.

On peut pousser plus loin l’analogie avec le miroir magique de Blanche-Neige. L’étymologie latine du mot « miroir » est le mot « speculum » d’où vient le français « spéculation ». En proposant des scénarios contrafactuels, les modèles mathématiques spéculent sur le futur de l’épidémie. Ceux qui regardent dans le miroir magique (qui usent d’un modèle) scrutent l’avenir pour prendre des décisions dans le présent. Ce sont, au sens propre du mot, des spéculateurs. Ce mot a une résonance boursière. Pourrait-on trouver dans l’économie un éclairage sur les modèles épidémiologiques ? Une analogie peut être envisagée avec la notion de « commerce des promesses » : on entend souvent dire que la finance est le commerce des promesses, voulant signifier qu’on achète et qu’on vend des projections de résultats futurs obtenues par des modèles spéculatifs de prévision. Par exemple une société en croissance élabore des projections de résultats (« business plan ») pour convaincre des investisseurs. Dans le cas du Covid, on a bien une promesse, celle que l’on pourra contrer la diffusion de l’épidémie en prenant des mesures destinées à freiner ce qui favorise sa propagation. Mais est-ce un commerce ? Si l’analogie fonctionne, il faudrait aussi trouver les acheteurs et les vendeurs.

En fait, les politiques qui agissent sont dans la position des vendeurs de promesse. Ils disent agir pour limiter le nombre de morts et donc ils doivent convaincre les gouvernés qui sont, eux, de ce point de vue, dans la position des acheteurs de promesse : ils seront ou non d’accord avec les décisions des gouvernants, ils leur feront confiance ou non. Les politiques « vendent » à leurs gouvernés la promesse d’un « gain » de vies grâce à l’action entreprise. Croit-on à cette promesse ? Va-t-on dire « j’achète ! » ? Aujourd’hui en France, il suffit de considérer les nombreuses contestations des décisions politiques et la crise de la science à propos du Covid-19 pour comprendre que tout le monde n’est pas prêt à acheter cette promesse. Pourquoi ? Revenons à l’exemple des sociétés en croissance ou les « start-up ». Pour quelle raison des investisseurs feraient-ils confiance aux projections de chiffre d’affaires produites par ces sociétés ?

En supposant l’honnêteté des producteurs de scénarios (les « startuppers »), le problème vient de l’incertitude sur les projections, qui dépend de l’incertitude intrinsèque au phénomène que l’on veut modéliser. Cette incertitude prend la forme d’un brouillard sur les données qui empêche de « voir » clairement le futur sur lequel on spécule, et qui nécessite de faire – dans le brouillard – des choix de modélisation. Ces choix ne dépendent pas de la « réalité » qu’on voit mal, mais de nos propres représentations ou anticipations de cette réalité. Ce qui soulève la question du rapport entre les modèles et la réalité, et pose à nouveaux frais l’ancienne question du réalisme dans les sciences. L’épistémologie contemporaine considère que la science ne nous décrit pas le monde, mais seulement ce que nous savons du monde à travers les modèles que nous choisissons pour « voir ». Les modèles nous parlent d’abord de nous. Ainsi peut se poser le problème de l’utilisation des modèles contrafactuels pour la crise sanitaire : ces projections reflètent-elle le danger réel de l’épidémie ou ce que nous mettons, nous, dans les modèles ?

Il existe une autre histoire de miroir magique, montrée dans le film Shrek (2001). Le miroir ne décrit plus le monde, mais le choix du souverain qui l’interroge, le désir du souverain. La morale de Shrek est amusante : le miroir préfère montrer les choix de celui qui l’interroge afin de sauver son existence en tant que miroir magique (il ne veut pas risquer d’être abandonné par le souverain mécontent s’il montrait la vérité).

Shrek (2001), Lord Farquaad, ©Disney Pixar movies

Quelle morale tirer de cette histoire ? Les modèles ont pris un tel rôle dans la gestion de la crise du Covid-19 que parler d’un véritable « empire des modèles » n’est pas exagéré. Mais quand l’usage des modèles par les politiques conduit à des décisions aussi lourdes que le confinement en aveugle ou le couvre-feu, quand l’usage de modèles a pour conséquence d’introduire dans la démocratie des régimes d’exception (loi du 23 mars 2020) portant atteinte à la substance des droits fondamentaux, il devient indispensable, en démocratie, de mettre en débat public les fondements de ces modèles. Pas pour critiquer les modélisateurs qui font un travail remarquable (voir une excellente synthèse de l’état actuel de la recherche sur le site du CNRS Modcov19), mais pour questionner la manière dont l’exercice du pouvoir utilise ces modèles. Stéphane Van Damme dans Le Monde (25/11/2020) parle d’un « encadrement des conduites » par les modèles. Agir dans un monde incertain nécessite une démocratie technique participative selon la notion introduite par Yannick Barthe, Michel Callon et Pierre Lascoumes dans Agir dans un monde incertain. Essai sur la démocratie technique (Seuil, 2001). La crise nous oblige à penser la manière dont nos sociétés articulent science et politique. Un enjeu du siècle des technosciences.

(à suivre)

 


Christian Walter

Actuaire agrégé, chercheur en philosophie et sciences sociales, spécialiste de la finance / Fully qualified actuary, my research activities relate to financial modelling, history of financial thought, epistemology of finance and ethics of finance.

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Deforge dit :

    Voilà une analyse lumineuse de ce pourquoi nous vivons ce que nous vivons.

  2. Jean-Marie Bouquery dit :

    aides à la pertinence des décideurs plus qu’à la cohérence des décisions ?

Répondre à Jean-Marie Bouquery Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search