Du Médiocristan à l’Absurdistan \ From Mediocristan to Absurdistan

Tribune « Du Médiocristan à l’Absurdistan« , publiée dans Libération, 15/04/2021 (cliquer sur le lien).

Dans Le cygne noir. La puissance de l’imprévisible (Les belles lettres, 2008), l’ancien trader devenu écrivain Nassim Taleb invente un pays imaginaire qu’il appelle le « Médiocristan », un endroit où tous les risques sont gérés, calculés et anticipés par l’usage exclusif de la moyenne. Au Médiocristan, on résume toutes les possibilités de catastrophes à venir par la moyenne de leurs occurrences : hauteur moyenne de la vague, amplitude moyenne de tremblement de terre, force moyenne du vent etc. Et on organise la vie économique et sociale par des moyennes : des villes moyennes sont réparties sur tout le territoire, chacun achète en moyenne tant de livres par an etc. Or, nous dit Taleb, le monde dans lequel nous vivons ressemble bien davantage à une autre sorte de pays, qu’il appelle l’ « Extrêmistan », un monde dans lequel très peu de gens lisent beaucoup, et beaucoup lisent très peu, très peu de grandes villes abritent beaucoup d’habitants et beaucoup de petites villes abritent très peu d’habitants, très peu d’océans contiennent l’essentiel de la masse d’eau sur Terre tandis qu’un très grand nombre de lacs contiennent très peu de cette masse d’eau. Etc. Très peu font beaucoup, et beaucoup font très peu. L’Extrêmistan est le pays dans lequel règne la célèbre loi de Pareto que les économistes connaissent bien, nommée aussi la « loi des 80-20 » : 20% des individus possèdent 80% des richesses et réciproquement.

Le vrai monde ignore la moyenne

Les financiers aiment bien croire qu’ils peuvent maîtriser le monde économique par des moyennes. Hélas, comme le rappelait déjà La Fontaine dans la fable Le savetier et le financier, à un financier qui lui explique savamment le principe de la moyenne pour qu’il puisse gérer prudemment ses affaires, le savetier désolé lui répond « ce n’est point ma manière de compter de la sorte ». Le vrai monde ignore la moyenne. Si les financiers avaient davantage écouté les savetiers, la crise de 2008, conséquence d’une gestion désastreuse des risques fondée sur l’usage imprudent des moyennes, n’aurait pas eu lieu.

Aujourd’hui, les épidémiologistes seraient-ils dans la situation épistémique des financiers de la période d’avant la crise de 2008 ? Les modèles mathématiques d’épidémiologie à l’origine des décisions politiques lourdes comme le confinement ou le couvre-feu utilisent tous, plus ou moins, des indicateurs moyens (par exemple le fameux R0), font l’hypothèse que le virus touche tout le monde en moyenne de la même façon, et que chacun a en moyenne un nombre donné de contacts par jour. On gère l’épidémie en Médiocristan. Le malade du Covid est devenu la réincarnation de l’ « homme moyen » de Quetelet. Pourtant on sait bien aujourd’hui que ce virus présente la caractéristique « 80-20 » : 80% des malades proviennent de 20% de la population, 80% des contagions proviennent de 20% des contacts. Sans parler des inégalités devant la maladie dues aux conditions sociales. L’idée d’une disparité devant la maladie et de l’hétérogénéité des contacts est étrangère à la base des modélisations utilisées. C’est exactement la situation qui a prévalu dans la finance. Les modèles de calcul de risque financiers ignoraient les hétérogénéités des distributions des risques.

Le virus habite en Extrêmistan

Comme les financiers avant 2008, les épidémiologistes croiraient-ils qu’ils peuvent maîtriser la contagion par des moyennes ? Aujourd’hui, des modèles épidémiologiques qui ne reposent pas sur les moyennes existent. Mais seuls les modèles à base de moyenne ont droit de cité. Comme dans la finance des années 2000, mais pour des raisons différentes. Quitter le monde des moyennes nécessite un traçage des contacts individuels par des applications numériques, comme ce qui a été fait en Asie. Les français sont-ils prêts à accepter ce traçage informatique ? Les réponses actuelles montrent que non. Dès lors le choix entre approche par les moyennes et approche réticulaire (par les réseaux sociaux de contacts) trouve une réponse politique forcée dans l’usage des moyennes.

Or pour qu’une gestion par les moyennes puisse donner des résultats efficaces, il est absolument nécessaire que, en moyenne, 50% des malades proviennent de 50% de la population. Ce qui n’est pas le cas aujourd’hui. Le virus habite en Extrêmistan. Quand on veut gérer en Médiocristan un risque qui habite en Extrêmistan, il se produit deux choses bien documentées dans la recherche.

  • D’une part, le risque résiste et peut même s’aggraver (cas de la crise financière avec la dissémination de produits toxiques dans le monde entier)
  • D’autre part, cela ne résout pas le problème mais produit un nombre important d’effets secondaires nocifs, dont la trace visible est, pour le Covid-19, outre les dégâts collatéraux aujourd’hui très documentés (effets psychologiques, détresse sociale des jeunes etc.), des mesures réglementaires qui amènent à des débats surréalistes comme par exemple l’autorisation ou non de pouvoir jouer à la pétanque dans les squares de Paris selon que l’on considère la pétanque comme un sport collectif ou une discipline individuelle pratiquée en équipe.

Vouloir gérer un risque 80-20 en Médiocristan conduit inexorablement à l’Absurdistan.

Olivier Rameau ©Éditions du Lombard

(à suivre)


Christian Walter

Actuaire agrégé, chercheur en philosophie et sciences sociales, spécialiste de la finance / Fully qualified actuary, my research activities relate to financial modelling, history of financial thought, epistemology of finance and ethics of finance.

1 réponse

  1. Jacques LACOTE dit :

    Après correction : pardon!
    Comment expliquer que des milliers d’écrits si bien documentés, parus durant des décennies, n’aient jamais réussi à supplanter les déclarations fallacieuses, dans l’esprit des populations ?!
    Les faiblesses de l’humain seraient-elles donc définitivement plus facilement exploitables que ses capacités de réflexion ? Navrant !
    Qui va oser créer un média ouvertement social et économique de grande diffusion : TV, radio et presse simultanément ? Regroupement de vous-mêmes-du Canard enchaîné-de Médiapart etc.,
    Un nettoyage sévère des contenus et des financements de trop nombreuses émissions TV s’impose !
    Y aurait-il une place à prendre ? En reprenant les principes retenus par l’ORTF, en substance : distraction, information, débats – http://fr.jurispedia.org/index.php/Histoire_de_l%27office_de_radiodiffusion-t%C3%A9l%C3%A9vision_fran%C3%A7aise_(fr)
    Il y a vraiment urgence !
    Bien amicalement.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search