Le “jeu avec le je” : un jeu majeur au sens de Bataille

Communication présentée au colloque “Georges Bataille (1897-1962) : Pour une critique du management et des sciences de gestion” – 9 et 10 mars 2022, à partir du texte “Le jeu avec le je” (sur ce blog : ICI).


Résumé. Si les êtres humains ne sont pas que des machines pensantes, il faut élargir les théories de la décision et des jeux avec la notion de “jeu majeur” de Bataille. C’est l’idée d’un “jeu avec le je”.


Théorie de la décision, théorie des jeux, jeux sérieux, la notion de jeu devient une composante à part entière des travaux en sciences de la gestion. Je me propose de montrer dans ma communication que la réflexion de Georges Bataille peut contribuer à une reprise de ces travaux à nouveaux frais, en quittant le domaine de la domination du calcul, domaine qui manque ce qui est excédant, pour aller vers celui de la mise en jeu de soi, une mise en jeu que je propose d’appeler le « jeu avec le je ».

Ma proposition est la suivante. La notion de « jeu avec le je » permet d’élargir le champ des sciences de la gestion aux situations non résolues par la théorie de la décision, la théorie des jeux et les jeux sérieux. Pour cela, j’utiliserai une notion phare introduite par Bataille dans un article de 1951, celle de « jeu majeur ». Je montrerai que l’apport de cette notion réside dans une compréhension du jeu très différente de celle utilisée dans la théorie de la décision, la théorie des jeux et les jeux sérieux. Du point de vue méthodologique, je présenterai ma proposition par un commentaire philosophique du film de Marie Monge, Joueurs (2018) (sur ce blog : ICI).

La théorie de la décision est un domaine très largement étudié dans les sciences de la gestion, pour ses nombreuses applications dans des situations concrètes multiples (industrie, commerce, finance etc.). Il est intéressant de relever le parallélisme entre décision, choix et jeu. Un jeu peut se définir en particulier par une suite de choix à effectuer, que ces choix concernent la décision elle-même de continuer à jouer ou non, ou qu’ils concernent les actions à mener au cours du jeu. Un jeu est structuré par la décision, comme si nous étions nos choix, les choix que nous faisons dans le jeu. De ce point de vue, le jeu peut s’appréhender comme une succession de décisions (Gilles Brougère, « Le jeu peut-il être sérieux ? Revisiter Jouer / Apprendre en temps de serious game », 2012).

Un autre critère de caractérisation du jeu qui le rapproche de la théorie de la décision est la dimension d’incertitude inhérente au jeu dans lequel se prennent les décisions, se font les choix. Plus récemment, la notion de « jeu sérieux » (serious game) a fait son apparition dans les années 2000 et est devenue depuis un champ important des réflexions en sciences de la gestion. Les travaux sur les jeux sérieux sont par exemple utilisés pour l’éclaircissement de problèmes complexes de gestion (Isabelle Patroix, “Avec qui joue-t-on le jeu“, The Conversation, 20/02/2018) souvent dans un contexte d’éthique du management quand des dilemmes éthiques surgissent, avec la création de jeux en entreprise (Playground de Grenoble École de Management).

Toutes ces réflexions, si elles permettent de bien saisir certains aspects des comportements humains en situation de dilemme ou d’interaction, semblent cependant s’arrêter à un point aveugle : dans les décisions qui sont prises, en quoi les « personnages » de ces théories des jeux et de la décision sont-ils des êtres humains plutôt que des machines ? Les machines aussi peuvent jouer et on pourrait donc, du point de vue des décisions modélisées par ces théories, remplacer les êtres humains par des robots. Au fond, les théories de la décision et des jeux mettent-elles en scènes des êtres humains ou des machines pensantes ? Peuvent-elles efficacement contribuer aux sciences de la gestion si les « personnages » de ces théories pourraient être remplacés par des machines ? N’y a-t-il pas dans ces théories une volonté de rationaliser ce qui peut l’être mais aussi ce qui ne peut pas l’être ? C’est cette question que je voudrais aborder en relisant la manière dont Bataille pense la notion de jeu.

Dans un article publié en 1951 dans la revue Critique (« Sommes-nous là pour jouer ou pour être sérieux ? ») à propos de l’ouvrage de Huizinga Homo ludens, essai sur la fonction sociale du jeu, (1951), Bataille distingue deux sortes de jeu, le jeu mineur et le jeu majeur : « le jeu mineur seul est reconnu dans un monde où l’utile est souverain, non le jeu majeur ; pour cette raison, rien n’est moins familier à notre pensée que le jeu majeur, qui ne peut servir et où se manifeste la vérité profonde » (Œuvres complètes, Gallimard, tome XII, p. 118). Le film de Marie Monge, Joueurs (sur ce blog : ICI) met en scène deux personnages, Abel et Ella, le premier prisonnier d’une addiction aux jeux d’argent dans les cercles clandestins des sous-sols parisiens, et la seconde cherchant à quitter la routine des calculs (elle tient la caisse dans le bistro de son père). Je propose de considérer le parcours d’Ella comme sa mise en jeu dans un jeu majeur au sens de Bataille.

Cette interprétation permet de présenter, par l’usage méthodologique du cinéma (description sur ce blog : ICI), comment la notion de jeu majeur chez Bataille pourrait élargir le champ des théories de la décision et des jeux, et des jeux sérieux, aux situations pour lesquelles ces théories semblent incomplètes ou inadaptées. En cela le cinéma répond bien à sa fonction “cinéthique” : favoriser une éducation morale. Ce qui me permettra d’aborder la notion de rationalité en situation d’incertitude en suggérant que le « jeu avec le je » est une attitude rationnelle face à l’incertitude.

Ainsi, la pensée de Bataille pourrait contribuer à une extension de la rationalité à des situations pour lesquelles les théories de gestion actuelles n’ont pas été conçues. Paraphrasant Bertrand Saint-Sernin (1997), je dirai en conclusion que la notion de jeu majeur chez Bataille « n’entend rien changer à la condition originaire des hommes mais elle s’ajoute aux instruments dont ils disposent déjà pour se guider dans leur navigation incertaine ».


Christian Walter

Actuaire agrégé, chercheur en philosophie et sciences sociales, spécialiste de la finance / Fully qualified actuary, my research activities relate to financial modelling, history of financial thought, epistemology of finance and ethics of finance.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search