Les sacrificateurs de l’économie réelle / The sacrificers of the real economy

Baal le dieu dévorateur / Baal the devourer god

Selon le Grand Larousse encyclopédique, BaalLes voyages dAlixsigne, dans la Bible, tous les faux dieux : dans ce sens, le culte de Baal est idolâtrique. Les Romains assimilèrent Baal à Saturne en raison de sa cruauté.

Une image de ce dieu est connue sous l’appellation de Baal-Moloch, Moloch étant, dans la tradition biblique, le nom du dieu auquel les Ammonites sacrifiaient leurs enfants premiers-nés en les jetant dans un brasier. Le dieu dévorateur de Carthage apparaît dans un très grand nombre de bandes dessinées, comme par exemple (illustration ci-dessus) dans Les voyages d’Alix de Jacques Martin.

Bâle III : le Baal de l’économie réelle ? / Basle III : the Baal of the real economy

Le dispositif réglementaire appelé « Bâle III » va-t-il devenir le dieu dévorateur de l’économie réelle auquel l’on sacrifie les premiers-nés des entreprises, c’est-à-dire les start-up de l’économie ?

Considérons en effet la réforme de la réglementation de Bâle sur le risque de crédit pour améliorer la solvabilité des établissements bancaires. Une disposition centrale de l’accord de Bâle est un indicateur appelé le ratio de fonds propres relatifs aux risques de crédit. La diffusion massive des normes de Bâle fait de cet indicateur un instrument réglementaire majeur à l’échelle du système financier international. La forme de ce ratio est déterminée par les modèles mathématiques de la théorie financière, qui fixent les modalités de quantification du risque de crédit.

Si le premier accord de Bâle, nommé « Bâle I » répondait à des négociations entre États pour l’attribution des pondérations des encours par le risque, et relevait de critères institutionnels (appartenance ou non à l’OCDE) pour les États et les banques, le deuxième accord de Bâle, nommé « Bâle II », fait prévaloir un critère financier unique pour toutes les catégories, qui repose sur la notation des crédits par les trois agences de notation qui constituent un oligopole international. Le troisième accord de Bâle, ou « Bâle III », issue de la crise financière, durcit l’accord de Bâle II sans changer les principes de la quantification. Les conventions sociopolitiques de quantification des risques de crédit restent les mêmes. Avec ce changement de rationalité, les États ont délégué une partie de leur souveraineté à des acteurs financiers privés.

De plus, cette expertise repose sur la théorie financière américaine des années 1970, de sorte que l’accord de Bâle II marque une rupture dans la gouvernance des risques bancaires à l’échelle mondiale : avec l’utilisation de la théorie financière, les critères de justice ont changé. L’analyse des instruments de l’action publique de Bâle II met en lumière que ces instruments sont porteurs d’une rationalité qui leur est propre, issue des représentations de la théorie financière dominante, principalement celles contenues dans les équations de Black-Scholes-Merton de 1973. L’application de cette théorie au domaine bancaire par les régulateurs fait apparaître l’extraordinaire effort de construction politique qui illustre la conversion des régulateurs à la représentation dominante des risques en finance. La régulation financière devient ici un vecteur de solidification de la théorie financière.

Le dispositif de Bâle III, par la puissance de sa diffusion internationale, est un outil très efficace d’incitation à l’utilisation de la théorie financière dominante, et fait apparaître un volontarisme politique en faveur des modèles mathématiques de la théorie financière américaine. La réforme des outils de Bâle I à Bâle II puis Bâle III contribue ainsi à la financiarisation massive de l’économie. Dans un chapitre de l’ouvrage d’Eve Chiapello et Patrick Gilbert, Sociologie des outils de gestion. Introduction à l’analyse sociale de l’instrumentation de gestion (La Découverte, 2013), Céline Baud analyse la manière dont l’extension du capitalisme financier passe par les instruments de gestion et les dispositifs de réglementation internationale. La réforme de la réglementation de Bâle sur les risques de crédit est étudiée dans le but de faire apparaître la manière dont les représentations de la théorie financière dominante sont légitimées par les régulateurs.

Les structures pathogènes de la régulation / The pathogenic structures of financial regulation

J’ai utilisé la métaphore durkheimienne du virus brownien pour suggérer que la démarche prudentielle est contaminée par des calculs fondés sur l’hypothèse d’une continuité des activités économiques et financières (pas de crise, de ruptures, d’accidents etc.). Le virus brownien a pour effet de fragiliser considérablement les institutions qui utilisent cette représentation car cette manière de voir le monde ne pense pas adéquatement l’incertitude économique et financière. La réflexion engagée dans le programme de recherche “Normes financières et régulation” a pour objet ce problème.

[Mise à jour / update : 8/02/2016]

 


Christian Walter

Actuaire agrégé, chercheur en philosophie et sciences sociales, spécialiste de la finance / Fully qualified actuary, my research activities relate to financial modelling, history of financial thought, epistemology of finance and ethics of finance.

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Bonjour,
    Très intéressante démarche que celle de votre blog. Pourriez-vous préciser le chapitre de Chiapello et Gilbert (2013) auquel vous renvoyez le lecteur ?
    Cordialement,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.