Gestion indicielle et désir algorithmique – La comédie des erreurs

La recherche scientifique dans le secteur financier (parfois appelée les « mathématiques financières ») a engendré une projection extérieure d’elle-même qui a pris la forme d’un ensemble d’appareillages techniques, de dispositifs, de machines de gestion dans lesquelles sont prises les pratiques quotidiennes des professionnels (banquiers, assureurs, gérants de portefeuille), appareillages qui constituent une machinerie financière. Cette machinerie détermine les modes de vie des professionnels à leur bureau mais aussi les représentations qu’ils utilisent, comme les façons d’appréhender le risque ou de gérer des portefeuilles. En ce sens, le développement de la recherche scientifique dans le secteur financier a modifié la culture des professionnels, les amenant à transformer leurs pratiques selon de nouvelles règles pilotées par les innovations techniques.

La machinerie financière constitue une médiation très concrète entre la recherche et la vie professionnelle des financiers, telle la face visible de la recherche scientifique dans le secteur financier. Même si on ne peut pas identifier directement recherche mathématique en finance et technoscience financière, il existe une relation étroite, amplement examinée par la sociologie de la finance, entre la recherche scientifique dans le secteur financier et l’environnement technologique de la finance moderne. Par exemple les développements de ce qui est appelé « fintech », ou la façon dont le secteur financier est modifié par l’importation de nouvelles technologies comme les « conseillers-robots » (robo-advisors) illustrent la façon dont le développement technoscientifique a profondément modifié la culture des professionnels de la banque, de l’assurance et de la gestion des portefeuilles. Une notion issue de la philosophie pragmatiste permet de qualifier ce changement, celle de « forme de vie ».

Une « forme de vie » pratique scénarisée par la technique

Une « forme de vie » désigne d’une manière générale un ensemble de pratiques, croyances, modes d’action et institutions qui façonnent nos vies individuelles, nos valeurs et nos sociétés. La culture des professions financières avait ainsi construit une « forme de vie » aux banquiers, assureurs, gérants etc., dans laquelle ils pouvaient développer leur carrière et leur existence au travail. Cette culture traditionnelle s’incarnait dans l’ensemble formé par les systèmes de représentation, les systèmes normatifs, les systèmes d’expression et les systèmes d’action. Précisons cela.

Les systèmes de représentation des professions financières comprennent les ensembles conceptuels et symboliques à travers lesquels les groupes professionnels (banquiers, gérants, traders etc.) interprètent le monde économique et financier dans lequel ils sont plongés, les cadres mentaux avec lesquels ils vont agir et en particulier les cadres d’appréhension du risque à l’origine de prises de décision souvent délicates.

Les systèmes normatifs des professions financières comprennent tout ce qui relève des valeurs sur la base desquelles seront appréciées les pratiques concrètes des professionnels et les situations qu’ils rencontrent, valeurs qui justifieront ou non ces actions dans ces situations. Il existe donc des valeurs implicites dans les normes de départ, constituées par les ensembles de règles professionnelles (codes de déontologie, normes d’entreprise ou de conformité etc.) et de réglementations internationales (comme les référentiels prudentiels dits de « Bâle III » ou « Solvabilité II » ou « OPCVM V ») qui organisent l’action quotidienne des financiers.

Les systèmes d’expression des professions financières comprennent les modalités à travers lesquelles les professionnels traduisent les représentations et les normes en fonction de leur personnalité, de leur sensibilité ou de leur habitus propre. Ces modalités dessinent l’image tangible, la trace visible, de leurs affects profonds. Enfin les systèmes d’action des professions financières comprennent les médiations techniques et sociales par lesquelles les groupes professionnels s’organisent pour maîtriser leur environnement ou gérer leur évolution, comme les associations professionnelles (AF2i, AMAFI, FFA, FFB, ROAM etc.). On voit que l’intérêt de la notion de « forme de vie » pour la gestion d’actifs tient au fait qu’elle peut jouer un rôle d’outil intellectuel pour questionner notre rapport aux institutions sans se trouver prisonnier d’a priori préalables d’ordre éthique ou de recherche de « valeurs » (finance verte, finance chrétienne, finance islamique) qui conduisent à considérer comme des points fixes d’investissement des positions morales (sur l’environnement, le climat, la religion).

Dans les années 1950, la « forme de vie » des financiers reposait sur des principes différents de ceux qui ont été induits par la technoscience financière. L’émergence de cette technoscience a eu un impact culturel majeur sur la forme de vie des professions financières, en produisant un double effet. D’une part un effet de déstructuration, selon lequel la technoscience financière a détruit les savoir-faire antérieurs qui constituaient des cultures fortes et éprouvées (par exemple la gestion des risques financiers par les banquiers, la gestion des patrimoines par les gérants ou la gestion des risques par les assureurs). D’autre part un effet d’induction, selon lequel la technoscience financière tend à faire apparaître de nouvelles valeurs remplaçant progressivement les anciens corps de référence.

A partir des années 1980, la technoscience financière a acquis une incidence déterminante sur l’évolution des professions financières, entraînant des bouleversements majeurs dans le secteur financier dans toutes les dimensions cultures de ces formes de vie. La régulation financière (de la loi ERISA de 1973 jusqu’à la directive européenne Solvabilité II de 2009) s’est appuyée sur des systèmes normatifs de plus en plus pilotés par les représentations scientifiques portées par les modélisations des mathématiques financières.

On soutient ici que la technoscience financière pose un problème particulier à l’éthique de la finance car les machineries algorithmiques contiennent une morale embarquée. Pour le dire autrement, la technoscience financière n’est pas axiologiquement neutre. Ce problème rejoint celui de l’éthique de l’intelligence artificielle, une éthique qui interroge l’impact de la technologie sur les comportements. Dans la gestion d’actifs, il s’agit de prendre en compte l’ambivalence de la technologie et de questionner la production de normes professionnelles qui s’appuie sur ces représentations.

Il est donc important de s’interroger sur la place de l’Intelligence Artificielle (IA) dans le secteur financier pour être en mesure de discerner l’apparition éventuelle de menaces nouvelles que l’IA peut engendrer en raison de l‘impact sociétal dû à ces changements techniques. De ce point de vue, le récent rapport de l’Autorité des Marchés Financiers canadiennes (ou « rapport de Montréal ») sur « L’intelligence artificielle en finance » [2] propose des recommandations pour une utilisation responsable de l’IA dans le secteur financier et promeut la notion de « design éthique » des algorithmes. Mais ce rapport passe sous silence les choix intellectuels des modèles d’évaluation à l’origine de la technoscience financière. Dans un article publié en 2016 [3], j’ai considéré que le « design » de la technoscience financière reflétait la présence d’un Logos financier. Cela a pour conséquence que le « design éthique » des algorithmes financiers doit être scruté en étant attentif à la présence de ce Logos. Pour le dire autrement, la conception de l’architecture des machineries financières, en raison de l’impact de ces machineries sur les formes de vie, doit donc faire l’objet d’un examen éthique et d’une responsabilité épistémique.

Avec Marie-Hélène Parizeau, professeure à la Faculté de philosophie de l’université Laval à Québec et membre chercheuse de l’OBVIA, Jennifer Ang, professeure associée à l’université des Sciences sociales de Singapour, et Vanessa Nurock, chercheuse au Centre de Recherches en Histoire des Idées (CHRI) de l’université Nice Côte d’Azur et titulaire de la Chaire UNESCO Éthique du Vivant et de l’Artificiel (EVA), nous avons organisé un colloque récent pour aborder ces questions, un atelier ayant été consacré à la finance [4].

La gestion d’actif comme un théâtre

La gestion d’actifs professionnelles représente un exemple canonique de la manière dont les machineries financières soulèvent la question de la responsabilité des choix intellectuels effectués et du design algorithmique, qu’on appelle « responsabilité épistémique », c’est-à-dire l’éthique des choix intellectuels. Pour ne pas rester dans une approche technicienne de la technique, je vais proposer de considérer le travail des gérants à partir de la notion de jeu. Ce paradoxe apparent (considérer le travail comme une jeu) nous permettra de comprendre certains aspects importants de l’éthique de la technique.

La « scène » de la gestion est la suivante. Plongés dans l’incertitude économique et financière, les gérants de portefeuille professionnels doivent être capables de prouver leur professionnalisme en mettant en scène leur savoir-faire. La mise en scène imposée au gérant pour montrer qu’il est un « bon » gérant passe par la mise en évidence de sa performance. En considérant les sens français et anglais du mot « performance », un double sens apparaît. La performance est à la fois, au sens théâtral du terme anglais, le « jeu » du gérant, et au sens financier classique, son résultat de gestion. Les deux sont nécessaires. La qualité de la performance est un élément clé de l’appréciation de la valeur ajoutée de la gestion, mais dans les deux sens anglais et français du terme.

Le « jeu » du gérant est à la fois son jeu théâtral, la manière dont il met en scène sa gestion, et sa marge de manœuvre par rapport à des contraintes normatives ou réglementaire. Jouant son professionnalisme, il dispose d’un jeu par rapport à une normativité construite par des portefeuilles cibles désignés comme benchmarks et on attend de lui qu’il mette en œuvre une efficace diversification. Ainsi le désir du gérant devient happé par le désir de la machinerie financière. Les algorithmes orientent le gérant vers des choix machinisés.

Le double sens du mot « jeu » permet une remarque intéressante. Le « jeu » des gérants est à la fois le rôle qu’ils jouent selon les normes des scénarios écrits dans les machineries et, en ce sens, le risque du jeu est celui de transformer les acteurs en marionnettes. Mais le jeu désigne aussi le « jeu » d’un mécanisme, ce qui permet à des pièces mécaniques de « jouer », et qui laisse une marge de manœuvre (de « jeu ») aux acteurs pour jouer leur rôle. Dans le cas de la gestion indexée, cette métaphore est très féconde car on apprécie la qualité professionnelle des gérants par l’erreur qu’ils font en ne suivant pas le scénario qui leur est tracé, c’est la notion de « tracking error ». La responsabilité épistémique peut alors se comprendre comme la responsabilité de l’écriture des règles du jeu. Sont-elles éthiques ?

Quel jeu joue-t-on ? La comédie des erreurs

La mise en scène du savoir-faire des gérants les amène à endosser un rôle écrit pour eux, une « représentation » de leur compétence qui a été définie par le modèle d’évaluation des actifs financiers (Capital Asset Pricing Model, CAPM) de William Sharpe (1964) et par la diversification de Harry Markowitz (1952). Le développement massif des gestions professionnelles indicielles passives ou indexées à des indices de marché a illustré le rapport étroit entre mathématiques financières et techniques informatiques pendant la seconde moitié du vingtième siècle.

Les écarts à la performance attendue par le script (« tracking error ») sont analysés et mesurés à partir d’une « loi des erreurs » en général empruntée à Laplace et Gauss. C’est la raison pour laquelle je propose de considérer que la théorie des erreurs de Laplace-Gauss a transformé le théâtre de la gestion professionnelle en « comédie des erreurs ». Telle une pièce de théâtre, la théorie financière « écrit » des scénarios et détermine les « rôles » à jouer par chacun des « acteurs » de cette théorie. En appliquant cette approche à l’analyse de la gestion des portefeuilles, on voit comment, à l’instar d’un script théâtral, le modèle CAPM accompagné de la diversification a défini un cadre de l’action et les personnages qui vont évoluer dans ce cadre : gérants de portefeuille, analystes financiers, mesureurs de performance, contrôleurs des risques, régulateurs.

Pour faire apparaître la manière dont la technique fait norme et transforme le monde de la gestion professionnelle, il faut décrire la théorie pour en exhumer son « script ». La description de la théorie devient une « dé-scription » de l’objet technique. Cette description permet ensuite de saisir comment le désir de la technique (le Logos financier) finit par remplacer le désir du gérant et le désir de ses clients.

Prenons le cas des benchmarks. Issus de l’application de la théorie financière des années 1950, les benchmarks sont des bornes (sens initial anglais) qui cadrent le jeu du gérant, dont la performance sera appréciée par sa capacité à bien jouer de et dans ces bornes. De ce point de vue, il est exact d’affirmer que la gestion professionnelle est une gestion bornée, dans l’exact sens où le professionnalisme est mesuré à l’aune de la piste que le gérant suit de borne en borne, de la trace (« track ») qu’il laisse de la trajectoire qu’il parcourt (« track record ») qui devient son parcours théâtral.

Les techniques de mesure chiffrée et mathématisée de la performance de la gestion (les statistiques des résultats) qui veulent « faire science » ont développé des outils mathématiques et statistiques construits par la représentation du CAPM. C’est ainsi que le modèle CAPM a changé le monde des professions financières de la gestion d’actifs. Le théâtre de la gestion est devenu la scène du CAPM.

Dans deux articles publiés en 2004 et en 2005, j’ai montré que ce modèle transporte dans le monde professionnel une théorie plus ancienne que le CAPM, la théorie des moyennes de Quetelet du XIXe siècle[5] et que la notion de diversification financière peut être vue comme la trace de la mathématisation de l’erreur du XVIIIe siècle en comprenant le risque spécifique des titres comme des erreurs accidentelles[6]. De manière tout à fait curieuse, la théorie des erreurs du XVIIIe siècle reste présente dans la manière de concevoir la gestion dite « moderne » du XXe siècle, qu’on trouve aussi dans la régulation et la réglementation du début du XXIe siècle. Ainsi, j’affirme que le « script » de la gestion professionnelle (le rôle que doivent jouer les gérants et que jouent les régulateurs) a été écrit entre la fin XVIIIe et le milieu du XIXe siècle. Ce qui explique peut-être la difficulté pour la profession de gestionnaire de s’affranchir de la mise aux normes par les moyennes, et conduit les gestions « autres » (je traduis ici l’anglais « alternative asset management ») à se définir comme des contre-cultures par rapport aux mondes de la théorie des moyennes et de la théorie des erreurs.

C’est la raison pour laquelle je propose de considérer le théâtre de la gestion professionnelle machinisée comme une comédie des erreurs.

 

Notes

Article paru dans la Revue Banque, 869, p. 20-22 et en ligne 18/07/2022 (lien ICI).

[2] https://lautorite.qc.ca/fileadmin/lautorite/grand_public/publications/professionnels/rapport-intelligence-artificielle-finance-fr.pdf

[3] Christian Walter, « The financial Logos: The framing of financial decision-making by mathematical modelling », Research in International Business and Finance, 37, 597-604. https://doi.org/10.1016/j.ribaf.2016.01.022

[4] https://observatoire-ia.ulaval.ca/ia-et-responsabilites-comment-les-normes-ethiques-integrees-aux-systemes-techniques/

[5] « La gestion indicielle et la théorie des moyennes », Revue d’économie financière, 79 (2) : 113-36. https://doi.org/10.3406/ecofi.2005.3974. Reproduit au chapitre 4 du livre Le modèle de marche au hasard en finance, Economica, 2013.

[6] « Le modèle linéaire dans la gestion des portefeuilles : une perspective historique », Cahiers du centre d’analyse et de mathématiques sociales, 242, série « Histoire du calcul des probabilités et de la statistique » n°65. Reproduit au chapitre 4 du livre Le modèle de marche au hasard en finance, Economica, 2013.


Christian Walter

Actuaire agrégé, chercheur en philosophie et sciences sociales, spécialiste des représentations du hasard en finance et dans les modèles de risque / Fully qualified actuary, academic researcher in philosophy and social sciences, specialised in the representation of chance in finance and risk models

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search