Wall Street ou l’art de la guerre

La théorie financière néoclassique enseigne que le fonctionnement d’un marché boursier est d’autant meilleur que l’information y est correctement transmise et que les prix cotés reflètent cette information. C’est la célèbre théorie de l’efficacité informationnelle d’un marché (efficient market hypothesis) élaborée par Eugene Fama et Paul Samuelson entre 1965 et 1970. Cette théorie est au fondement de la totalité des techniques financières depuis ces dates et irrigue la conception du régulateur boursier dans les réglementations prudentielles du contrôle des marchés. Au fond, la vraie bourse répondrait à l’image théorique de l’outil efficace pour l’économie même si, évidemment, dirons ses promoteurs, on constate un grand nombre de biais dans cette efficacité, que ces biais soient psychologiques (finance dite comportementale), informationnels (analyse bruitée des signaux de prix) ou mathématiques (problèmes de modélisation des dynamiques boursières).

Ce que montre le film Wall Street (1987) d’Oliver Stone, c’est qu’il n’en est rien. Cette théorisation n’est qu’une fiction savante peut-être mathématiquement élégante mais également totalement hors sol, une narration romantique posée sur la bourse mais qui ne rejoint pas la réalité du marché. Pour Oliver Stone, cette réalité ne relève aucunement de l’économie, mais d’un autre champ qui en semble très éloigné, la guerre. Les premières scènes du film sont filmées comme celles de son précédent film, Platoon (1986) : elles présentent les relations entre le jeune courtier Bud Fox (Charlie Sheen) employé par la banque d’affaires Jackson Steinem & Co et les autres courtiers, de la même manière que Platoon décrivait l’arrivée de Chris Taylor (joué par le même Charlie Sheen) à la 25e division d’infanterie au Vietnam, et la communauté les fantassins (les soldats, les GI) de l’armée. L’infanterie de Wall Street composé de l’armée des courtiers. Le sous-titre de l’affiche de Platoon indiquait « la première victime de la guerre est l’innocence ». Ainsi pourrait être posée la même maxime pour Wall Street.

Ce que montre Wall Street, c’est que, loin d’être le lieu d’un équilibre concurrentiel régi par des lois économiques, le marché boursier est le théâtre d’un affrontement sans merci entre des hommes d’affaires puissants, les seigneurs de la guerre. Gordon Gekko (Michael Douglas), le principal protagoniste du film dont le personnage fictif est inspiré par plusieurs financiers célèbres dont Ivan Boesky, Carl Icahn, ou Michael Milken, le dit lui-même explicitement à Bud après une partie de squash : « c’est une guerre de tranchées, il n’y a pas de pardon » et il ajoute « Lis Sun Tzu, L’art de la guerre ».

Dans la guerre, l’information sur l’ennemi est cruciale. Dans la guerre, c’est le rôle du renseignement et de l’espionnage de trouver des bonnes informations sur les positions ennemies. Précisément, Gekko va envoyer Bud espionner les intentions de son rival l’homme d’affaires anglais Larry Wildman (Terence Stamp) dont le personnage est inspiré de Jimmy Goldsmith et dont le nom dans le film signifie « l’homme sauvage », le guerrier. Gekko a eu « un bon informateur chez Larry » mais il est parti. Bud va le remplacer, même si l’espionnage est ici très dangereux car illégal (la SEC). Cela amène Bud à dire à Gekko de manière prémonitoire « j’irais droit en taule », ce qui arrivera effectivement à la fin du film.

Mais la motivation de Bud l’emporte sur la prudence. Quelle est cette motivation ? Oliver Stone nous la montre de façon transparente à l’ouverture du film, avec le choix d’une bande son remarquablement explicite qui en dit exactement le contenu, la chanson de jazz de Frank Sinatra Fly me to the Moon : « laisse-moi jouer avec les étoiles », ici les stars du marché, comme justement Gekko l’est pour Bud. Bud veut précisément que Gekko l’emmène « jusqu’à la Lune ». Traversant l’East River, l’ouverture du film nous fait entrer dans Manhattan, le lieu du combat pour l’argent. Gekko le dira à Bud : « il faut des gars qui soient fauchés, futés, affamés ».

Une autre scène importante du film nous présente une soirée dans la luxueuse villa de Gekko, avec – là aussi – un remarquable choix de bande-son, la chanson brésilienne Corcovado de Stan Getz et Gilberto Gil, dont le titre anglais est Quiet Nights of Quiet Stars, et dont les paroles disent « Je veux que ma vie soit toujours comme ça ». Comme ça, avec des femmes de luxe (la femme et la maîtresse de Gekko), des objets de luxe (les collections d’art de Gekko), des distractions de luxe (la course en buggy sur les plages de Hampton). Une scène qui n’est pas sans évoquer la célèbre séquence de L’affaire Thomas Crown (1968) de Norman Jewison, quand Thomas Crown (Steve McQueen) surfe sur les dunes de sables à grande vitesse. Mais ici Oliver Stone ajoute autre chose, une composante de critique sociale au moment où les buggys passent à grande vitesse devant les pêcheurs qui travaillent, image d’un contraste entre l’argent de Gekko et le travail des pêcheurs, en un plan bref mais précis. On peut comparer les personnalités de Thomas Crown et de Gordon Gekko, deux figures de financiers à vingt ans d’écart.

Mais alors il n’existerait donc pas d’activité boursière non prédatrice ? Une activité davantage en conformité avec la théorie financière ? La réponse de Gekko est à nouveau éclairante : « les gérants de portefeuille se font balader par l’indice des valeurs parce qu’ils sont des moutons, et les moutons, ça se fait tondre ». Il n’est donc pas étonnant que les gérants de portefeuille aient été remplacés par des algorithmes dans la gestion indicielle passive (cf. Revue Banque 869, juin 2022). Wall Street date de 1987, c’est-à-dire avant la transformation algorithmique des marchés et il serait plus difficile aujourd’hui de lutter contre les algorithmes. Mais on remarque cependant dans un autre film, Money Monster (2016, Ciné Money séance du 13 mars 2022) réalisé par Jodie Foster, que les algorithmes sont désignés comme des faux coupables pour une opération d’enrichissement dont les caractéristiques relèvent d’une manipulation dans le « vrai » monde, comme dans Wall Street.

Finalement, semble nous montrer Wall Street, s’il fallait trouver des modélisations adaptées à la bourse (incertitude, engagement), ce serait dans l’art militaire qu’il faudrait les chercher.

Notes

Une version de cet article a été publiée sous le titre “Argent, cinéma et art de la guerre” dans Revue Banque, le 25/10/2022. Lecture [en ligne] ICI.

Wall Street a été projeté dans la série « L’argent au cinéma » : Ciné Money séance du 18 septembre 2022


Christian Walter

Actuaire agrégé, chercheur en philosophie et sciences sociales, spécialiste des représentations du hasard en finance et dans les modèles de risque / Fully qualified actuary, academic researcher in philosophy and social sciences, specialised in the representation of chance in finance and risk models

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search