Le virus des bonus ?

casino-online-bonus

Haro sur les bonus ! La taxation des bonus aura des vertus pédagogiques en incitant les banques à prendre désormais moins de risques, et l’on sait comment la prise de risque inconsidéré a fini pour les banques (pas toutes : pas les australiennes, les canadiennes etc.). Est-ce donc si simple ?

La question de l’évaluation correcte des risques se trouve au cœur de la problématique des bonus. Tout calcul de bonus devrait prendre en compte les impacts négatifs potentiels des prises de positions des opérateurs. Si les risques de pertes ne sont pas pris en considération dans le calcul des bonus, il est très vraisemblable que ceux qui encaisseront les primes au moment de la vente des instruments financiers ne seront pas ceux qui paieront les pertes que ces mêmes instruments pourraient engendrer au moment où elles apparaîtront : les bonus des uns seront payés par les impôts des autres.

Or, la théorie financière classique (appelée bizarrement « moderne » par ceux qui l’utilisent en ingénierie financière) permet ce tour de magie, pour deux raisons : l’oubli du temps, l’oubli du risque. Le temps et le risque sont évacués de la théorie financière classique car l’hypothèse continuiste des variations de valeur permet de croire que l’on pourra suivre pas à pas l’évolution du cours de l’instrument vendu (pas de rupture) donc que l’on pourra protéger sa position à tout instant (de manière continue). Dans cette représentation continuiste des variations boursières, la notion de durée disparaît aussi : point n’est besoin de considérer le futur puisque seule est suffisante la couverture au présent. On connaît la fin de l’histoire…

Le virus brownien est donc bien présent et actif dans les manières de calculer les bonus. Grâce à la représentation brownienne, on ne voit pas pour quelle raison les bonus ne pourraient pas être payés. Le virus brownien (le virus B – B pour bonus ?) serait ainsi le virus des bonus.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Christian Walter (29 juin 2010). Le virus des bonus ? EpistemoFinance. Consulté le 15 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/ogu6


Christian Walter

Actuaire agrégé, chercheur en philosophie et sciences sociales, spécialiste des représentations du hasard en finance et dans les modèles de risque / Fully qualified actuary, academic researcher in philosophy and social sciences, specialised in the representation of chance in finance and risk models

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search