CINEMA

Dans ce blog, des commentaires philosophiques de films accompagnent parfois des réflexions plus “techniques” sur les modèles de risque et les enjeux de la rationalité. Les deux types de textes se répondent en s’éclairant mutuellement. C’est un parti pris méthodologique que j’ai adopté dans mes enseignements (cours et conférences) : passer parfois par le cinéma pour accéder directement au sens des choses et aider ainsi les étudiants ou le grand public à “voir” par l’image ce qui sera ensuite explicité par la réflexion. Cette méthodologie est aussi ce qui a été à l’origine du cycle de projections sur “Cinéma et argent” au théâtre de la Reine Blanche.

Donnons deux exemples :

Il y a ainsi deux propositions : des commentaires (“chroniques”) de films et un cycle de projection organisé avec le théâtre de la Reine Blanche, “Ciné-Money” sur le thème “Cinéma et argent”.

  • Les CHRONIQUES DE FILMS (analyses philosophiques de films) sont ICI.
  • Le cycle de projections CINE-MONEY organisé avec le théâtre de la Reine Blanche est ICI.
  • La recension du livre de Hugo Clémot et l’explicitation de la notion de CINETHIQUE est ICI.

Les paragraphes suivants présentent brièvement l’intuition méthodologique.

Méthodologie : des films aux concepts

L’une de mes convictions est en effet que le cinéma est un moyen privilégié de « voir ce qui est visible » selon l’expression de Wittgenstein dans sa seconde philosophie (Christiane Chauviré, Voir le visible. La seconde philosophie de Wittgenstein, Vrin, 2003), c’est-à-dire de nous donner accès à ce qui est « là » mais qui nous échappe. Une manière de saisir ce qui est devant nous, en nous, mais que nous ne voyons pas.

Ma conviction s’inscrit dans le sillage d’une école de pensée sur le cinéma ouverte par le philosophe américain Stanley Cavell (1926-2018) et travaillée en France sous l’impulsion de la philosophe Sandra Laugier, professeur de philosophie à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et traductrice de Cavell (voir par exemple le projet de recherche européen “Demoseries“).

Pensée éthique des images

Comment est-ce possible ? Parce que certaines images ou certaines scènes des films nous touchent. Sans que nous sachions très bien pour quelle raison. Mais nous sommes touchés. Soit par une attraction, soit par une répulsion. La philosophe américaine Cora Diamond l’a théorisé : les images peuvent porter une pensée éthique, souvent mieux que des réflexions argumentées, car elles touchent à un niveau infra-rationnel, caché par la raison. Or le cinéma est un lieu privilégié où l’on peut voir des images. Le film peut ainsi toucher directement. Le fait d’être touché par les images produit une mise en mouvement de nous-mêmes, une transformation morale de soi.

Réanimation morale ou la “cinéthique” des films

Dans Le cinéma nous rend-il meilleur ? (Bayard, 2003), Stanley Cavell considère que le cinéma introduit à une morale de la vie ordinaire. C’est une morale qui n’est pas faite d’obligations qui semblent tomber d’un mystérieux ciel des valeurs ou de normes du « bien », mais qui part de la personne telle qu’elle est : une morale proche d’une fidélité à qui l’on est. C’est une morale qui se veut proche de notre capacité de conversion quand nous sommes en interaction avec les autres. Comment favoriser cette conversion ? Par le cinéma. Pour Cavell, le cinéma est un moyen de transformation morale de soi. Ainsi le cinéma favorise une « éducation morale », une fonction du cinéma que le philosophe Hugo Clémot a joliment qualifiée de Cinéthique (Vrin, 2018, interview ICI et recension sur ce blog ICI)

Vaincre le scepticisme

Tout le monde éprouve le risque du non-sens dans sa vie, un risque en fait inhérent à notre condition humaine. Il arrive que ce non-sens devienne envahissant, et conduise à un scepticisme généralisé sur l’existence. Dans la finance, la théorie introduite par Nassim Taleb, dite du “cygne noir”, est la trace de ce scepticisme sur nos capacités à affronter l’incertitude (sur ce blog ICI).

Le cinéma peut nous aider à vaincre ce scepticisme car les images des films expriment nos difficultés à être les auteurs de nos vies, comme l’a analysé Élise Domenach dans Stanley Cavell, le cinéma et le scepticisme (PUF, 2011, émission sur France Culture ICI).

Quel que soit leur genre (grand public, policier, espionnage, science-fiction, comédie, tragédie, classique, art et essai etc.), les films posent des questions philosophiques qui concernent notre vie de tous les jours, notre vie ordinaire en nous aidant à reconnaître notre scepticisme face à la vie pour apprendre à le dépasser. Le cinéma peut ainsi aider à la transformation morale de soi par la compréhension directe (grâce à l’image) de notions développées par ailleurs dans la réflexion technique.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search